:: Le Monde :: Europe :: Le Chaudron Lunaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serait-ce une rencontre du destin ? {.feat Irélia} [Terminé]

avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Jeu 22 Mar - 19:22
Il marchait tranquillement, le nez pointé vers le ciel alors qu'il contemplait les nuages, les deux bras repliés derrières sa tête. C'était une belle journée, très belle... s'il ne comptait pas la mission solo qu'il devait effectuer en ville. Déjà que, malgré son optimiste et sa motivation à revendre, les missions étaient rasoir mais alors, quand il était tout seul -et surtout sans Liang à emmerder- c'était encore pire.
Enfin au moins, c'était vraiment une magnifique journée.

Il se mit a siffloter un air joyeux quelconque, marchant d'un pas rapide et bien lancé, semant presque le trouveur qui l'accompagnait. Il fallait dire qu'il était plutôt grand le garçon et qu'il avait souvent tendance à oublier que ses enjambées étaient plutôt conséquente elle aussi par rapport à la majorité des gens.
Il fallait aussi avouer que ce trouveur en particulier était plutôt petit dans la mesure ou il n'atteignait que la moitié de son bras, soit, quelques centimètres en dessous de son épaule.

Le trouveur l'interpella pour qu'il ralentisse mais il ne l'entendis pas, bien trop occupé à observer le ciel et, parfois, sourire à une belle française qu'il avait la chance de croiser. Bon ce n'était pas tout, mais il devait se concentrer sur sa mission : concentration soudaine d'Akumas dans la zone. Maintenant il ne restait plus qu'à savoir où ils se cachaient et à espérer que tout ce passe pour le mieux. Mais pour cela, il n'en avait pas le moindre doute.

Il s'arrêta brusquement alors qu'une jolie pancarte attirait son attention avant de sursauter alors que le trouveur -qui avait dû finalement courir pour le rattraper- lui rentrait dedans, n'ayant pas prévu son arrêt soudain. Quelques rires amusés plus tard et un trouveur rouge de gêne à cause de la situation, il contempla ce qui avait attiré son attention et qui indiquait :  « Le chaudron Lunaire ». Son sourire s'agrandit, rayonnant. C'était dans les bars que l'on récolté le plus d'informations et le nom de celui-ci l'attirait tout particulièrement.
Ne prenant pas la peine d'en faire part au trouveur (qui était bien trop essoufflé pour lui dire quoi que ce soit de toute façon), il se dirigea vers la porte avant d'entrer d'un pas assuré.

Il dégrafa un des pans de la cape qui formait son uniforme d'exorciste tout en la gardant sur ses épaules de manière très décontractée, laissant ainsi voir sa chemise blanche, portée avec la même légèreté. Son éternel sourire joyeux aux lèvres, il s'avança jusqu'au comptoir, se calant entre deux tabouret alors que, toujours dehors, le trouveur surveillait la rue.

Bien le bonjour magnifique demoiselle. Quelle belle journée n'est-ce pas ?

Il la regardait d'un émerveillement presque enfantin, comme s'il venait de voir l'une des merveilles du monde. Mais les femmes françaises étaient si belles aussi ! C'était donc difficile de résister à l'envie de les admirer !

Vous me conseillez quelque chose ?

Il avait fait pas mal d'auberge dans ses missions mais il était rare qu'il puisse approcher du comptoir d'un bar, en étant seule et surtout, avec une femme aussi magnifique derrière pour le servir.
C'était vraiment une merveilleuse journée~

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 132

Localisation : France
Humeur : Calme

Disponibilité : Tout le temps
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Voir le profil de l'utilisateur




Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Mer 28 Mar - 16:19






Après la pluie, le beau temps

Le soleil rayonnant qui avait trôné dans le ciel toute la journée, déclinait en cette fin d'après-midi noyant le paysage d'une lumière dorée. Illuminant les détails architecturaux de la ville et soulignant leurs beauté. La journée avait été douce et amenait un sentiment de joie après ses long jours de grisaille. Pour Irélia, cette journée avait été très productive. Elle l'avait commencée par son habituel tour de serre, puis avait passée la matinée à concocter onguents et autres potions pour sa boutique. En général, elle n'ouvrait son bar qu'en début de soirée, moment nettement plus rentable du jour. Mais aujourd'hui était le jour de livraison et de renouvellement de son stock. Elle avait donc accueilli son fournisseur, rangé les boites, fûts et bouteilles dans l'arrière-salle et en avait même profité pour faire l'inventaire. Elle avait enchaîné avec le nettoyage habituel de la salle juste avant l'ouverture. Par les Astres, elle était une championne ! A peine avait-elle ouvert que deux trois habitués étaient entrés. Elle en avait profité pour respirer l'air frais embaumé de senteurs florales. Les fleurs du petits jardin central avaient fleuries peu de temps auparavant et parfumaient la petite place d'une odeur printanière des plus agréable. Elle était revenue derrière le bar et s'était mise au travail, servant alcool et papotant avec les habitués.

- Bien le bonjour magnifique demoiselle. Quelle belle journée n'est-ce pas ?

A cette voix gaie et pleine d'entrain, elle leva les yeux du verre qu'elle nettoyait pour les poser sur le nouvel arrivant. Grand, certainement plus grand qu'elle, blond, avec un uniforme qu'elle ne connaissait pas. Son instinct se mit en branle et lui déclencha des démangeaisons légères dans la nuque bien que cela puisse être dû au fait qu'elle devait lever la tête pour le regarder dans les yeux. Il était vraiment très grand. C'était la deuxième fois qu'elle s'en faisait la réflexion mais, par les Astres, elle avait rarement autant levé la tête pour regarder quelqu'un dans les yeux. Un phénomène. Il la regardait avec un air émerveillé, auquel elle ne savait pas comment réagir. Elle préféra acquiescer à sa question.

- Vous me conseillez quelque chose ?

Elle lui sourit et regarda ses bouteilles. Elle n'avait que des alcools. Bien sur, elle avait également de l'eau, mais elle n'en servait que sur demande. Elle énuméra ses alcools en levant un doigt à chaque fois.

- Je peux vous servir du whisky. J'ai également du cognac, du rhum. Du vin et de la bière bien sur. Quelle boisson vous plairait ?

Elle pencha légèrement la tête sur le côté, attendant qu'il fasse son choix. Il n'avait toujours pas pris de place, et son regard accrocha une nouvelle fois l'uniforme que son nouveau client portait. Le vilain défaut qu'est la curiosité pointa le bout de son nez etelle ne put s'empêcher de se demander ce qui avait mené un homme comme lui jusqu'à son bar.

Codage par Libella sur Graphiorum




Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Mer 4 Avr - 22:39
Il l'observa attentivement, concentré sur la réponse et eut un sourire mi-amusé, mi-gêné. Ça, c'était des alcools ! En tant normal, cela ne le gênait pas mais il ne savait pas vraiment s'il pouvait boire ce qu'il voulait alors qu'il était en mission.
Il posa ses coudes sur le comptoir tout en s'installant sur un tabouret, posant son menton sur ses mains d'un air songeur. En même temps, il n'aimait pas spécialement le vin et la bière n'était pas son genre. Il n'allait quand même pas ne pas boire dans un bar, surtout qu'il voulait en profiter pour avoir des informations, cela ne serait pas poli puis, ce n'était pas non plus comme s'il comptait se bourrer non plus. Il lui fit un grand sourire, son choix fait.

Je vais vous prendre un cognac alors~

Il la regarda un instant faire avant de se tourner vers la salle, toujours un sourire amusé aux lèvres alors qu'il détaillé certaines personnes, rendant le salue a quelques uns qui lui rendait son regard. C'était impoli de fixer les gens sans les saluer sinon. Akuma ou pas d'Akuma alors ? Hum...
Il se repositionna correctement au comptoir, avisant le verre.

Merci beaucoup, charmante tenancière~

Il remua légèrement le liquide ambré dans le verre, un peu pensif et semblant calmé malgré le sourire toujours présent. Il leva les yeux vers elle, la tête sur une main et jouant avec le verre de l'autre.

Dites-moi, vous n'auriez rien vu d'étranges ? Des citoyens qui feraient des choses dont ils avaient pas l'habitude ou des disparitions ?

C'était toujours ce que faisait les Akumas, toujours le même procédé. A moins que ceux-ci avaient décidés d'innover et de rester discret, ce serait bien sa veine. Surtout qu'il n'avait aucune autre piste puisque les trouveurs avaient perdus leur trace.


Merci Iré pour les signa :coeur:

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. »
Rainer Maria Rilke

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 132

Localisation : France
Humeur : Calme

Disponibilité : Tout le temps
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Voir le profil de l'utilisateur




Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Lun 16 Avr - 13:39






Des nuages devant le soleil ?

Elle lui servit le verre qu'il avait demandé et reprit ses activités. Nettoyer la vaisselle, la ranger, servir d'autre clients. Tout en faisant son boulot, elle remarqua l'étrange uniforme que portait le nouveau venu. Très voyant, bien coupé, et dans une matière assez coûteuse. Elle ne connaissait pas cet uniforme. Et pourtant elle faisait attention à tout savoir concernant les forces armées. Elle remarqua également les coups d'oeil assez prononcés que le "géant" avait envers ses clients. Que pouvait-il bien vouloir ? Elle revint derrière le comptoir quand il l'interpella.

- Dites-moi, vous n'auriez rien vu d'étranges ? Des citoyens qui feraient des choses dont ils avaient pas l'habitude ou des disparitions ?

Irélia eut envie de rire. Ou de soupirer. Partir en courant serait aussi une option. Allons ma grande, ressaisit toi ! Elle haussa un sourcil, essayant de ne pas avoir l'air choquée ou perturbée par ce qu'il venait de dire. Qu'insinuait cet homme ? Savait-il qu'elle était une sorcière ? si oui, voulait-il jouer avec ses nerfs avant de la tuer ? Si non, il devait sans doute en chercher puisqu'elle ne voyait pas quoi d'autre il pouvait chercher ... Elle prit le torchon et essuya le comptoir d'un geste machinal tout en secouant la tête.

- Désolée Monsieur mais je ne voit pas de quoi vous parlez. Elle rajouta un peu de vérité dans ses propos, au cas où cet homme pouvait détecter les mensonges. Bien qu'elle n'ai pas mentit, elle n'avait effectivement aucunes idées de ce dont il parlait. Je ne sors pas beaucoup, et donc ne côtoie pas grand monde à part mes clients. Vous devriez demandé à quelqu'un d'autre.

Bien joué ma grande ! Elle avait réussie à rester calme d'apparence et avenante. Si elle pouvait se dédoubler, elle se serait félicitée. Maintenant le but était de le faire parler pour savoir si elle était menacée ou pas. Si il y avait une chose qu'elle avait apprit en tant que tenancière de bar, s'était que les hommes adorait parler d'eux-même. Elle posa le torchon et s'accouda au bois.

- Vous êtes enquêteur ? Si ce n'est pas indiscret...

Irélia ne pouvait feindre la curiosité présente dans sa voix. Elle voulait vraiment savoir. Bon peut être pas pour des raisons purement désintéressées mais bon, lui ne le savait pas.

Codage par Libella sur Graphiorum




Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Dim 22 Avr - 23:09
Elle ne voyait pas... pourquoi disait-elle ça ? On aurait dit qu'elle prenait sa question pour une attaque. Normalement les gens disait plutôt qu'ils n'avaient rien vu d'alarmant ou de sortant de l'ordinaire. Alors même si elle c'était un peu rattrapé avec sa phrase d'après, cela restait une réponse étrange. Allons donc, c'était un des Akuma d'ici ? Dommage, elle était ravissante comme demoiselle. Mais bon, l'habit ne faisait pas le moine.
Il lança un regard dans la salle. Et si tout ses « clients » en étaient aussi ? Dans tout les cas, il ne pouvait pas activer son innocence au hasard sans savoir car s'il se trompait, il pourrait blesser des innocents et ce ne serait pas bon. Ce n'était absolument pas son but non plus.

Vous êtes enquêteur ? Si ce n'est pas indiscret...

Il se retourna vers elle, lui souriant avant de finir son verre d'une traite. C'était une bonne question pour embrouiller les pistes mais il ne baisserait pas sa garde pour autant.
Il fini par soupirer, ennuyé. Ce n'était quand même pas la situation rêvé.

Exorciste de l'église. Répondit-il en lui souriant, un peu gêné. On m'avait annoncer des akumas dans la région mais je les cherche depuis ce matin et aucune trace. Je n'ai pas envie d'attendre qu'ils fassent un génocide pour intervenir.

Et il ne pouvait pas dire qu'il préférait les savoir hors de la ville car cela n'arrangerait rien. Ne pas pouvoir reconnaître les Akumas au premier coup d’œil était une vraie plaie, ils étaient vraiment désavantagé sur ce plan là. Ils pouvaient se cacher... même si c'était étrange qu'ils le fassent. D'habitude, ils leur suffisait de voir le manteau d'exorciste pour les attaquer dans une ruelle sombre mais là rien.

Je commence à désespérer... ce serait pas bon de les laisser en liberté.

Il se releva, lui faisant un léger salut de la main. Même si elle faisait partie des Akumas, il attendrait le soir pour voir, cela ne servait à rien de rester ici. Sauf s'ils étaient tous de mèches et, dans ce cas, en le voyant partir ils risquait fort probablement de l'attaquer.
Dans un sens, ça l'arrangerait.

Désolé du dérangement et... ah au faite, je vous dois combien pour la boisson ?

Un peu plus et il partait sans payer... Quoiqu'elle le lui aurait sûrement fait remarquer.


Merci Iré pour les signa :coeur:

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. »
Rainer Maria Rilke

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 132

Localisation : France
Humeur : Calme

Disponibilité : Tout le temps
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Voir le profil de l'utilisateur




Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Mar 8 Mai - 13:14






Espoir & Curiosité

Il me regarda pendant un moment sans rien dire.


- Exorciste de l'église. On m'avait annoncé des akumas dans la région mais je les cherches depuis ce matin et aucune traces. Je n'ai pas envie d'attendre qu'ils fassent un génocide pour intervenir. Je commence à désespérer... ce serait pas bon de les laisser en liberté.

Aux premiers abords, quand il avait mentionné l'église, elle s'était inconsciemment crispée. Quelques souvenirs étaient remontés et elle n'avait pas apprécié. Franchement, elle n'avait pas besoin d'une piqûre de rappel pour ses cauchemars merci. Mais lorsqu'il parla des Akumas, elle le fixa interdite. Akumas ? Hein ? Mais de quoi parlait-il ? Soit cet homme était totalement fou -Ironique qu'elle dise ça- soit ce qu'il disait était vrai et elle venait de découvrir un truc. Il se leva pour partir avec un geste de la main pour ensuite se retourner rapidement.

- Désolé du dérangement et... ah au faite, je vous dois combien pour la boisson ?

Irélia le fixa un peu plus et jeta un coup d'oeil à la salle de son bar. Elle avait actuellement deux clients qui ... partaient en même temps que le "géant". Soirée pauvre en revenus mais au moins il ne restait personne à part elle et l'homme de l'église dans son bar. Elle lui désigna le tabouret qu'il venait de quitter d'un geste.

- Rien monsieur, je vous échange la boisson contre une explication. Pouvez vous m'éclairer sur ce qu'est un Akuma ?

Elle attrapa un torchon et nettoya le comptoir sans le quitter des yeux.Il avait piqué sa curiosité. Toutes craintes d'être découverte s'était envolées, remplacées par cette soif de savoir qu'elle se souvenait avoir toujours eu.

-D'après vos dires, ils n'ont pas l'air sympathiques, et je dois vous avouer, que je ne voudrais pas me retrouver devant un "génocide".

Irélia espérait vraiment qu'il accepterait le marché et lui expliquerait. Elle ne voulait pas avoir à chercher par elle même et se retrouver devant une de ses choses, pour mourir ensuite de la pire des façons. Si elle pouvait éviter la fin "mort atroce" ça lui convenait.

Codage par Libella sur Graphiorum




Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Sam 12 Mai - 19:40
Il avait remarqué la soudaine distance qu’elle avait prise quand il avait répondu à sa question mais il ne dit rien. Peut-être avait-elle juste été surprise… ou alors c’était sa façon de montrer qu’elle en était un et qu’elle n’était donc pas ravis d’être découverte. Dans tout les cas, il ne pouvait pas partir tant qu’il n’aurait pas tiré ça au clair. Cela dit, faire des dégâts au milieu des civils n’était pas son genre alors il n’avait pas d’autres choix que de se retirer pour le moment.
Il se leva en s’excusant avant de se rappeler qu’il ne l’avait pas payé. Autant faire profil bas et attendre. Les Akuma agissait surtout la nuit et avait tendance à les prendre à revers quand il ne voulaient pas prendre le risque d’être démasqué. Du coin de l’œil, il vit que la salle c’était en faite bien vidé et qu’il était le dernier avec deux autres qui étaient sur le point de partir. Coïncidence ou bien ils l’attendaient à la sortie ?

Rien monsieur, je vous échange la boisson contre une explication. Pouvez vous m'éclairer sur ce qu'est un Akuma ?

Il se concentra de nouveau sur la tenancière. Elle ne savait pas donc ? Hum… Ah, ça allait être mauvais s’il virait parano comme ses camarades.
Il lui sourit, s’asseyant de nouveau sur le tabouret qu’il venait de quitter. Il hocha légèrement la tête.

D'après vos dires, ils n'ont pas l'air sympathiques, et je dois vous avouer, que je ne voudrais pas me retrouver devant un "génocide".
Ils ne sont pas sympathique du tout et ont le don pour se fondre parmi les civils. D’où notre difficultés à les débusquer quand ils font profil bas. C’est pour cela que l’on porte l’uniforme. Ils savent qu’on peut les tuer et qu’on est les seuls à pouvoir le faire. Ainsi, on sert de cible vivante.

Il posa ses coudes sur le comptoir pour croiser les mains et poser sa tête dessus.
Cela pouvait sembler peu réjouissant mais tous c’était fait à l’idée. Du moins, ils aimaient se dire ça. Et après, ils entendaient des choses comme la trahison de Summan…

Ils… hum… Quand une personne meurt, tout le monde fait le même vœux, celui de la revoir. Un « homme » connu sous le nom de Comte Millénaire profite de cette peine pour proposer a un proche ne parvenant pas à faire son deuil, de faire revenir la personne morte.

Il leva ses yeux juste pour pouvoir observer les réactions qu’aurait la jeune femme à son explication.

Quand la personne cède et accepte… il fait revenir l’âme du mort qui tue celui qui l’a appelé et revêtit sa « peau ». Elle se fait passer pour la personne l’ayant appelé puis tue les gens autour d’elle, à commencé par ses proches le plus souvent pour augmenter de niveau. Ils sont enchaînés aux ordres du Comte et ne peuvent pas lui désobéir. Voilà ce qu’est un Akuma.

Si elle en était un, peut-être lui rirait-elle au nez… si ce n’était pas le cas, elle était peut-être bonne pour des nuits remplis de cauchemars… ou alors peut-être pour les aider… ou pire si elle…
Il lui fit un léger sourire triste. Il espérait vraiment que ça n’arriverait pas.


Merci Iré pour les signa :coeur:

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. »
Rainer Maria Rilke

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 132

Localisation : France
Humeur : Calme

Disponibilité : Tout le temps
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Voir le profil de l'utilisateur




Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Sam 26 Mai - 12:19






Un verre et une histoire.

L'homme à l'uniforme vif se rassit devant Irélia et lui sourit légèrement.

-Ils ne sont pas sympathique du tout et ont le don pour se fondre parmi les civils. D’où notre difficultés à les débusquer quand ils font profil bas. C’est pour cela que l’on porte l’uniforme. Ils savent qu’on peut les tuer et qu’on est les seuls à pouvoir le faire. Ainsi, on sert de cible vivante.

Elle resta interdite. Cible vivante ? comment pouvait-ils supporter cela ? Savoir qu'ils pouvaient se faire attaquer à tous moments ... Elle compatit. Elle savait ce que ça faisait de toujours regarder derrière elle. Elle lui offrit un autre verre en guise de signe de compassion. Elle savait que les mots n'avaient pas beaucoup de poids dans ce genre de situation.

- Ils… hum… Quand une personne meurt, tout le monde fait le même vœux, celui de la revoir. Un « homme » connu sous le nom de Comte Millénaire profite de cette peine pour proposer à un proche ne parvenant pas à faire son deuil, de faire revenir la personne morte. Quand la personne cède et accepte… il fait revenir l’âme du mort qui tue celui qui l’a appelé et revêtit sa « peau ». Elle se fait passer pour la personne l’ayant appelé puis tue les gens autour d’elle, à commencé par ses proches le plus souvent pour augmenter de niveau. Ils sont enchaînés aux ordres du Comte et ne peuvent pas lui désobéir. Voilà ce qu’est un Akuma.

Irélia ne sut quoi dire. C'était impensable... Comme ils n'étaient que deux, elle en profita et se servit un verre. Elle buvait de plus en plus sur son lieu de travail en ce moment. Il fallait vraiment que tout revienne à la normale si elle voulait que son foie tienne. Elle fit tourner son verre dans ses doigts.

- C'est ... Elle secoua la tête. Horrible. Je n'ai d'autres mots. Irélia leva les yeux sur son client. Et vous combattez ces créations ? Vous êtes courageux. Elle but son verre et fronça les sourcils. Dites moi, une fois ce monstre vaincu, que devient l'âme de cette personne ?

Elle ne pouvait imaginer que ces êtres ne pouvaient plus aspirer à ceux à quoi aspire une âme après la disparition de son corps. C'était la plus cruelle des choses. Elle se demanda si elle aurait été aussi faible. Si elle aurait acceptée. Aujourd'hui, elle a trop appris sur la vie pour accepter. Elle refuserait tout net. Mais juste après la tragédie ? Elle ne savait pas. Un grand homme avait écrit un jour : La mort est un cadeau que nous offrent ceux qui partent. Un cadeau exigeant, écrasant, mais un cadeau. La possibilité de grandir, de comprendre, de s'ouvrir, d'apprendre. Elle avait compris depuis. Et même si elle en faisait des cauchemars, que ça l'écrasait elle avait appris à vivre avec*.
Irélia revint au présent et regarda celui qu'elle avait imaginé l'emmener au bûcher. Il était de l'église pourtant. Mais elle n'avait pas tant de démangeaisons que cela. Elle se força à se détendre légèrement. Il n'était pas de ceux qui la brûlerait en place publique. C'est déjà un bon début.

Codage par Libella sur Graphiorum




Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Lun 4 Juin - 17:29
Il prit une petite pause dans ses explications, un moment pensif. Il détestait penser aux traîtres dans leur camps. Certes ça arrivait peu souvent… mais ça arrivaient quand même et cela entraînait beaucoup de pertes de leur côtés en plus des innocents.
Il la remercia pour le verre avec un léger sourire avant de reprendre son explication tout en observant la jeune femme.

La tenancière sembla à court de mot et il en profita pour boire une gorgée de son verre. Elle semblait plutôt… triste de cette histoire ? Le demoiselle était plutôt compliquée à déchiffrer.

C'est ...Horrible. Je n'ai d'autres mots. Et vous combattez ces créations ? Vous êtes courageux. 
- On s’y fait.

Il eut un léger rire.Courageux ? Peut-être mais c’était surtout qu’ils n’avaient pas le choix. Beaucoup étaient là-dedans par défaut… ou parce qu’ils avaient quelque chose de précieux qu’ils voulaient protéger. Mais ils ne pouvaient pas fuir l’Ordre et pas ce cacher des Akumas. Avoir une vie tranquille était voué directement à l’échec.

- Dites moi, une fois ce monstre vaincu, que devient l'âme de cette personne ?

Il la regarda intensément. Cette question faisait sens en quelques sortes… ou peut-être pas. Très peu d’exorcistes se posaient la question et encore moins s’en souciait. Et puis, ce n’était que des suppositions.

- Nous portons le nom de « Exorciste » alors ont suppose qu’ils sont purifiés. Nous ne pouvons pas en être sûr, nous n’avons aucun moyens de le savoir. J’ai entendu dire que l’un des nôtre pouvait voir l’âme des Akuma alors il pourrait certainement répondre à votre question.

Il finit son verre avant de le reposer sur le comptoir dans un léger bruit.

- C’est peut-être sans cœur de faire ça sans savoir ou de ne pas s’en soucier. Mais nous avons suffisamment de mal à protéger nos vies et celles des civils pour chercher à en savoir plus sur cela… ce serait le rôle des scientifiques mais je pense qu’ils ne s’en soucient pas. Peut-être que les Bookmen le savent…

Il soupira, la scrutant de nouveau.

- Rassurez-moi, vous n’êtes pas un Akuma ? Parce que j’aurais l’air un peu stupide du coup à parler de ça…

Il se leva de nouveau, effleurant son innocence du bout de ses doigts. Sauf si elle se transformait devant lui, il ne l’attaquerait pas et maintenant il n’avait qu’une envie, aller dormir. Cela ne servait strictement à rien de passer la nuit à leur recherche s’ils décidaient réellement de se planquer.
Maudits Akumas.


Merci Iré pour les signa :coeur:

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. »
Rainer Maria Rilke

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 132

Localisation : France
Humeur : Calme

Disponibilité : Tout le temps
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Voir le profil de l'utilisateur




Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Ven 8 Juin - 17:51






Moi ?! Un Akuma ?

N ous portons le nom de « Exorciste » alors ont suppose qu’ils sont purifiés. Nous ne pouvons pas en être sûr, nous n’avons aucun moyens de le savoir. J’ai entendu dire que l’un des nôtre pouvait voir l’âme des Akuma alors il pourrait certainement répondre à votre question.

Irélia espérait vraiment que c'était le cas. Son côté empathique en serait plus que soulagée. Elle ne croyait pas tant que ça à la vie après la mort mais savait qu'il y avait autre chose. Ce serait dramatique si une fois les Akumas détruits les âmes ne pouvaient suivre le chemin qui continuait à être tracé pour elles. L'homme reposa son verre sur le comptoir en soupirant et ce faible son la fit revenir à elle.

- C’est peut-être sans cœur de faire ça sans savoir ou de ne pas s’en soucier. Mais nous avons suffisamment de mal à protéger nos vies et celles des civils pour chercher à en savoir plus sur cela… ce serait le rôle des scientifiques mais je pense qu’ils ne s’en soucient pas. Peut-être que les Bookmen le savent… Rassurez-moi, vous n’êtes pas un Akuma ? Parce que j’aurais l’air un peu stupide du coup à parler de ça…

Irélia le fixa quelques secondes puis cligna des yeux rapidement. Elle ne sut si elle devait être outrée ou curieuse de la conclusion de cet homme sur elle.

- Moi un akuma ? Non ! Qu'est ce qui vous fait dire cela ?

Irélia était vraiment curieuse de savoir comment cet homme avait pu en arriver là. Elle ne pensait pas avoir été si étrange ... Elle avait certes été un peu froide lorsqu'il avait mentionné l'église mais elle s'était vite reprise, enfin elle l'avait pensé. Peut être s'était-elle trompée ? Elle le regarda se lever. Malgré sa taille de géant, elle aime bien cet homme, il était gentil. Si il ne se jetait pas sur elle avec dans la tête l'idée qu'elle était un Akuma, et de fait n'essayait pas de la tuer, alors elle se ferait un plaisir de le resservir si il revenait. Elle lui offrirait même quelque baumes si il le voulait, pour ses blessures. Elle ne voulait pas d'Akumas près de chez elle, et encore moins que cet homme meurt en les combattants. Elle n'aimait pas ça du tout. Elle eu une révélation.
Irélia sortit de derrière le comptoir et lui fit signe de la suivre. Elle passa dans le vestibule avec l'escalier qui montait aux chambres d'hôtes, et déverrouilla la porte menant à sa boutique d'apothicaire. Elle lui fit signe de l'attendre et farfouilla dans ses fioles avant de trouver un petit coffret. Il faisait la taille de la main et était renforcé par des armatures métalliques. Irélia le tendit celui dont elle ne connaissait toujours pas le nom.

- Tenez, ce sont des potions de ma conception. Je n'avais pas pour but de les donner à qui que se soit, mais je sens que vous allez en avoir besoin. Elle ouvrit la boite. A l'intérieur se trouvait trois petites fioles. La verte c'est pour les douleurs physiques. Si vous la prenez, elle accélérera la guérison. Faites attention, elle ne répare pas les gros dommages mais peut vous aider en fin de convalescence. Elle se doutait que cet homme en aurait besoin, ses pré-sentiments le lui disait. La bleue c'est un antidote universel. Il peut bloquer pratiquement tous les poisons existants. La rouge, elle, c'est particulier. Disons qu'elle met le corps de celui qui l'avale en "pause". Une sorte de petit coma. Elle ne dure que trente secondes, je sais que c'est peu mais c'est déjà ça non ?

Irélia avait bataillé pour créer la dernière fiole. En réalité ça tenait plus d'un coup du sort et d'une maladresse qu'autre chose, mais ça, personne n'avait besoin d'être au courant.
Codage par Libella sur Graphiorum




Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 21/03/2018
Messages : 77

La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Voir le profil de l'utilisateur




Khan Wu-Ji
La lutte n'a de sens que lorsqu'on a quelque chose de précieux à défendre
Ven 15 Juin - 16:30
Il eut un léger rire à la réaction de la jeune femme, faisant un léger signe de la main et un regard d’excuse.

Rien de particulier, ne le prenais pas mal. Je ne voulais vraiment pas vous offenser. C’est juste, c’est un peu compliqué pour nous parfois. Mais je suis heureux que vous n’en soyez pas.

Il lui fit un grand sourire, un peu amusé il fallait l’avouer. Bien sûr, elle pouvait mentir encore une fois mais il avait envie de la croire et puis, encore une fois, il n’allait pas non plus l’attaquer pour s’en assuré. Il laissa donc sa main tomber le long de sa hanche.
Il ne trouverais donc vraiment rien ce soir… C’était fatiguant parfois, mais il doutait que les trouveurs se trompait pour autant, ils avaient eut l’air convaincu. A moins que le groupe n’est déjà quitté le secteur. Il fit légèrement la moue, il n’allait pas faire tout Paris non plus…

Enfin, si vous voyez quelque chose de louche… je pense que je suis bon pour rester dans le secteur pendant un moment.

Il haussa les épaules avec désinvolture, s’apprêtant à lui dire au revoir avant qu’elle ne quitte son comptoir et lui fit signe de la suivre. Ah ? Avait-il parlé trop vite et allait-elle profité qu’il « baisse sa garde » pour l’attaquer ? Hum… dommage, il aimait assez bien la jeune femme… Tant pis.
Il la suivit à travers le bar jusqu’à… une boutique ? Il regarda autour de lui. Charmant, une boutique d’herbes. Mais c’était sûrement l’enseigne qu’il avait vu en passant. C’était donc elle qui tenait ça aussi ? C’était intéressant à savoir et peut-être utile… sauf si elle se révélait être un ennemi.

Tenez, ce sont des potions de ma conception. Je n'avais pas pour but de les donner à qui que se soit, mais je sens que vous allez en avoir besoin. La verte c'est pour les douleurs physiques. Si vous la prenez, elle accélérera la guérison. Faites attention, elle ne répare pas les gros dommages mais peut vous aider en fin de convalescence. La bleue c'est un antidote universel. Il peut bloquer pratiquement tous les poisons existants. La rouge, elle, c'est particulier. Disons qu'elle met le corps de celui qui l'avale en "pause". Une sorte de petit coma. Elle ne dure que trente secondes, je sais que c'est peu mais c'est déjà ça non ?

Il l’a regarda un peu surprit avec d’accepter avec un grand sourire ce qu’elle lui tendait.

Whaa, vous êtes vraiment impressionnante ! Je vous remercie, vraiment, cela pourrait vraiment me sauver la vie un de ses jours !

Les accepter et les utiliser relevait sûrement de la folie mais il n’aimait pas devoir douter de tout le monde. La raison voudrait qu’il demande aux scientifiques d’analyser ça avant mais… si ce qu’elle disait ce révélait effectif, ils voudraient savoir où il l’avait eut et il ne voulait pas attirer une personne dans cette guerre, civile qui plus était. C’était bien trop dangereux. Pourtant, cela pourrait être tellement utile d’avoir une personne comme ça dans leur rangs… rha…
Il observa avec attention la fiole bleue.

Je me demande si cela serait efficace contre le poison des Akumas… Demanda-t-il pensif.

C’était plus une réflexion qu’une vraie question et elle resterait sûrement sans réponse puisqu’il ne comptait certainement pas la tester ainsi. Mais celle-ci, il pourrait peut-être la montrait aux scientifique en trouvant une bonne excuse pour sa provenance… à voir…
Il releva les yeux vers elle, il était bien tenté de lui demander combien il lui devait pour cela mais son instinct de survit lui indiquait qu’elle serait possiblement capable de lui arracher la tête s’il le faisait. Pourtant elle semblait vraiment douce et amicale comme personne… Hum…

Je vous remercie sincèrement. Ah au fait, je m’appelle Khan Wu-Ji. Si jamais un jours vous avez besoin d’un coup de mains, vous n’aurez qu’à trouver un trouveur et lui dire de m’appeler, je viendrais. Les trouveur sont assez reconnaissable, ils ont tous un long manteau beige et ne sont pas toujours très discret dans leurs « espionnages ». Ajouta-t-il d’un air amusé avec un clin d’œil complice.

Lui adressant un petit signe de la main, il ressortit de la boutique par le bar avant de reprendre sa route en direction d’une autre auberge. Il était fort possible qu’il se fasse attaquer ce soir alors il ne voulait pas risquer d’endommager le bar, surtout après la gentillesse de la tenancière.


Merci Iré pour les signa :coeur:

« Pour l'instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse. »
Rainer Maria Rilke

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe :: Le Chaudron Lunaire-
Sauter vers: