:: Le Monde :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Chasse au Cerf Blanc [PV Kale]

avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Sam 7 Avr - 11:21
Va en Allemagne, il y a des suspicions d'activité magique. Ce n'était pas exactement ce qu'Umah avait anticipé, en se mettant au service du Comte, qu'il l'ait cherché ou non. Il aurait détesté avoir à se trouver un travail ennuyeux. Être en recherche, au contact, silencieux, attentif, patient, prêt à bondir et déchiqueter. En tant qu'ancien Crow, qu'il soit fier ou non de son héritage, même s'il essayait de ne pas se poser de trop nombreuses questions en la matière, il savait quoi chercher. Mais il n'avait pas de grands espoirs de pouvoir maîtriser un mage. Il avait été bon, mais il était instable. Et cette soirée, en France, l'avait prouvé. Il n'avait jamais cherché à résister avant, et il était absolument certain que ce qu'ils avaient découvert, ces amis d'un instant, à leur libération, l'avait plus déprimé que donner un autre feu.

Il secoua la tête en entamant la montée vers la forêt. L'altitude. C'était agréable. Il avait une tenue confortable, silencieuse et assez solide. Il ferma un instant les yeux. Il devait se vider l'esprit et s'approcher au plus près de son Akuma pour pouvoir traquer correctement. L'excitation de la chasse l'envahit, et l'adrénaline s'emparèrent de lui. Il partit à grands pas, un rythme qu'il pouvait tenir pendant des jours, la magie très distante et à peine perceptible lui donnant la chair de poule. Il n'était pas équipé pour ça, mais c'était une autre question. Les ordres étaient clairs.

Il ralentit, avança plus silencieusement, inspirant profondément. Sentir de la vieille magie n'était pas la même chose que de la magie fraîche. Et sentir non seulement cela et une odeur clairement vivante, chaude, un être vivant, possiblement un humain, un sorcier, ou un sacrifice, ne fit qu'attiser encore son instinct. L'Akuma était de plus en plus proche de la surface. Il sentait la fin de la chasse approcher, mais Umah avait ses doutes. C'était une engeance plus que maligne et rusée. Il fallait qu'il soit prudent, mais lutter contre lui-même était presque aussi difficile. Petit-à-petit, délicatement, il se rapprochait. Qui savait ce qu'il y trouverait.



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Sam 7 Avr - 13:56
Le Jeu du Chat et de la Souris
La journée avait plutôt mal commencée.  Pour commencer, un homme m'était rentré dedans et m'avait insulté de tous les noms soi-disant parce que je ne regardais pas ou j'allais et j'ai dû me retenir de lui arracher ce qui fait de lui un homme pour lui apprendre le respect. Bien trop de témoins aux alentours. Je suis donc parti en ruminant ma rancœur et en réfléchissant au meilleur moyen de me venger. Ensuite j'ai appris que l'un de mes clients résiliait son contrat avec mon entreprise. Son pays était désormais en paix et il n'y avait plus besoin de fournir des armes à ses soldats. Peuh ! Au rythme où vont les choses dans ce pays, une guerre civile ou un coup d'Etat ne devraient guère tarder. Pour me détendre j'ai donc décidé d'aller me promener en forêt et de poser quelques pièges pour les voyageurs imprudents...

- Alors... Un là... Un autre là.... Et un là ! Voilà, Parfait.

Je me recule de quelques mètres pour admirer mon oeuvre. Ce piège va être amusant. Mais est ce que je vais vraiment réussir à attraper quelqu'un au milieu de cette forêt ? Bon sang, j'aurais dû y penser plus tôt. Hmmm... Bon plan B. Je vais trouver quelqu'un, jouer les appâts et l'amener à mon piège ! Est-ce vraiment une sage décision ? Non.
Je lève les yeux vers le ciel gris et ses nuages chargés de pluie. J'espère vraiment que je vais arriver à trouver quelqu'un parce que si je me trempe pour rien, je vais devoir trouver un client pour mes séances spéciales. Ce qui implique de voyager dans un autre pays ou de trouver un contrat intéressant. Bon tentons d'être optimiste, ça va nous changer. Je me place à une distance raisonnable de mon piège et grimpe sur un arbre non loin pour me donner l'ascendant et une couverture raisonnable face à l'orage imminent. Au bout d'un certain temps, gagné par l'ennui, je fini par m'endormir contre le tronc. Je suis réveillé quelques temps plus tard par un bruit ténu et, mettant tous mes sens en alerte, observe attentivement les alentours. J'aperçois un mouvement furtif non loin de ma position; un véritable professionnel, on pourrait presque croire qu'il est en train de me chasser. Pour confirmer cette intuition, je commence à me déplacer en direction de mon piège et je me rend compte que mon poursuivant me talonne. Eh bien, eh bien à quoi ai-je affaire ? Tirons ça au clair immédiatement. Je me rapproche de ma cible/poursuivant et me laisse tomber quelques mètres devant lui.

- Bonjour ! Alors c'est moi que tu cherches camarade ?

Je détaille la personne qui me fait face. Un homme relativement grand, brun et élancé. Un regard de pierre et un je ne sais quoi qui me fait comprendre que je n'ai pas affaire à un simple humain. Il porte des vêtements favorisant la discrétion et la liberté de mouvement. Un vrai petit chasseur si l'on excepte le fait qu'il ne porte aucune arme.

- Je suis Kale Ikaia pour te desservir. Mais quelle gourmandise dans tes yeux ! Allez viens me chercher mon gros, essaye donc de mettre la main sur cette souris !

Je pars en courant vers la position de mon piège, un sourire franc sur le visage. Enfin un élément positif dans cette journée maudite. Je me disais que ça faisait longtemps que je n'avais pas pratiqué la course en forêt. Quelle plus belle occasion que celle-ci ?
; color:black;">La Chasse au Cerf Blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Sam 7 Avr - 18:07
Un mouvement. Au milieu de la chasse, commandée totalement par son Akuma, il sent un mouvement. Il relève la tête, renifle. Oh, il n'oubliera plus cette odeur, maintenant. De magie, d'ancien, de soleil. Il étouffe le grondement qui monte dans sa poitrine. Non, il est encore l'homme, et pas l'animal. La machine. Il PEUT faire mieux, être mieux. Être conscient et prudent. Il avance, et la horde continue à le suivre. Quelque chose l'agace. Pourquoi commencer à bouger maintenant? Repos terminé? Ou était-il repéré? Il essaya de s'arrêter, de réfléchir, de ne pas s'y jeter tête baissée. Mais sa volonté se battait contre son instinct et les ordres du Comte. Il avait été entraîné à garder un contrôle parfait sur son esprit. Il avait été un Crow. Mais la pression de ces deux sentiments si divergents et en même temps le tirant vers la même destination rendaient toute décision impossible. Il poursuivit, silencieux et meurtrier.

Pour s'arrêter violemment, suivant la descente du sorcier. Il avait l'air jeune, mais les apparences étaient trompeuses en magie. Sa posture chasseresse se fit défensive. Il allait devoir attaquer. Il n'avait plus le choix. Le "camarade" le surprit un peu. Il ne savait pas exactement à quoi s'attendre, avec un sorcier. Le tuer et le manger devrait suffire. Il n'avait plus besoin d'être discret, désormais. Il l'attisait, l'attirait, mais quand il commença à partir, les restes de conscience qui subsistaient s'évanouirent. L'Akuma prit complètement le dessus et son appel retentit dans les bois vidés de tous leurs habitants, effrayés par les prédateurs. La chasse était lancée. Il accéléra. Aucun besoin d'être silencieux, désormais.

La rage. La faim. La haine. Rien n'existait plus que ces sentiments. Et la proie. Forme sombre qui bougeait parmi les arbres. Il n'avait pas besoin de voir. Il sentait. Il savait. Il aurait, et il tuerait. Le Comte l'exigeait. Et il en avait besoin comme de respirer. Déchiqueter, arracher, dévorer, tuer. Il n'était plus que sensations alors qu'il se jetait à sa poursuite. Son environnement était flou, sa conscience de celui-ci plus encore. Il courait par instinct. Il était instinct. Il était la horde.

Il courait, et vivait, et n'avait qu'un objectif à une seconde. Et la suivante, il était étalé au sol et se tordait violemment alors que le flot de pouvoir était scellé comme la fermeture d'un barrage sur des rapides. Son conscience clignota un moment, tentant d'absorber le choc, et il se releva, ne prenant pas en compte ses cheveux détachés dans la lutte, ou les taches de boue sur sa tenue. Il allait atta... il se redressa, surpris. La compulsion était là, existait, évidemment. Mais elle était... faible. S'il y versait sa volonté et son entraînement, il pouvait absolument se débarrasser de ça. En toute conscience il regarda autour de lui. Piège magique. Saloperie de sorcier. Et en même temps... en même temps il se sentait libre pour la première fois depuis très longtemps. Et il détestait cet homme de lui faire goûter à ça quand il savait que ça ne durerait pas. Il le chercha des yeux, haussant un sourcil et applaudissant lentement.

"Bravo, Kale Ikaia. Tu as réussi à emprisonner un d'entre nous. Mais nous sommes légion, et nous savons ton odeur, maintenant."

Ce n'était pas exactement vrai, mais il se sentait totalement drogué par la sensation d'être lui-même. Et il avait toujours été un sale con. Ça ne le dérangeait pas.

"Viens, 'camarade'. Ne reste pas caché. Ce sera bien plus amusant si on peut se voir."

Il était un chasseur, Akuma ou non. Sa voix était rauque, en souvenir de la douleur ressentie quand il était entré dans le piège. Mais ce n'était ni la première, ni la dernière fois. Tous ses nerfs étaient éveillés. Il avait mal, mais en même temps... Il adorait ça. Il testa ses souvenirs de techniques Crows. Rien ne fonctionnait. Le piège, visiblement, annihilait sa magie. Intéressant... La chasse n'était pas finie.



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Sam 7 Avr - 20:45
Le Piège se Referme
Je cours pendant un moment dans la forêt sentant la présence de mon poursuivant, puis je le perd arrivé à l'épicentre du cercle d'influence de mon sceau. Je finis par m'arrêter et me retourne pour m'apercevoir que je ne suis plus suivi. J'en profite pour reprendre mon souffle. Je verse toujours dans les extrêmes ! Soit je ne fais jamais de sport soit j'en fais trop intensément. Je reviens prudemment sur mes pas afin de retrouver ma victime. Il est à l'arrêt pile sur mon sceau et ne semble pas apprécier ce que mon pouvoir lui inflige. Je le vois se tordre sur le sol de douleur puis au bout d'un moment, il se relève comme si de rien n'était. Je vois dans son regard que quelque chose à changé. Il n'est plus tout  fait le même homme.

- Bravo, Kale Ikaia. Tu as réussi à emprisonner un d'entre nous. Mais nous sommes légion, et nous savons ton odeur, maintenant.

Oh je ne connais qu'une sorte d'engeance qui parle comme cela : les Akumas. Pourtant, d'après les expériences passées, un Akuma devrait se tordre de douleur au sol sans discontinuer et essayer de s'enfuir. Pourtant cette chose ne bouge pas et attend simplement que je me montre. Je souris à la mention des autres. Eh bien qu'ils approchent si il y en a d'autre, j'ai plein de bonnes surprises pour eux !

- Viens, 'camarade'. Ne reste pas caché. Ce sera bien plus amusant si on peut se voir.

Je souris en entendant ces paroles. Ce surplus d'arrogance est tellement humain ! Mais à quoi ai-je donc affaire ? Je me tourne vers ma cible tout en restant dissimulé.

- Il semblerait que tu aies oublié toutes les règles de respect ! Je me suis présenté et la moindre des choses serait que tu fasses de même mon jeune ami !

Je me déplace à la fin de ma phrase pour éviter qu'il ne me repère. Même en prenant mon pouvoir de plein fouet, il parvient à rester debout et capable de parler convenablement. Bien que mon sceau ne soit pas à pleine puissance, cela reste un exploit pour cet homme/machine. Il semblerait que je vais m'amuser bien plus que je ne le pensais.

- Alors dis moi qu'est ce que tu es ? Un humain ? Un Akuma ? Les deux peut-être ? Dans ce cas tu es le premier représentant de ton genre que je croise.

Bon j'en ai marre de parler en me cachant. Je me décale pour me retrouver dans le dos de mon opposant. Je me prépare à dégainer une des lames que je garde toujours sur moi et me place à découvert derrière lui.

- Qu'est ce que ça fait d'avoir un Akuma en soi ? Le contrôle tu ou en es tu l'esclave ? Et surtout comment en es tu arrivé à cohabiter avec un des monstres du Comte ?

Je lui demande tout ça avec un regard empreint de curiosité. Qui aurait cru qu'aujourd'hui, au milieu de cette forêt je ferai une découverte inédite ? Une excitation enfantine s'empare de moi comme à chaque fois que je découvre quelque chose de nouveau. J'ai presque envie de m'approcher pour l'examiner sous toutes les coutures mais je vais éviter les actions suicidaires pour le moment. Peut-être plus tard...
; color:black;">La Chasse au Cerf Blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Mar 10 Avr - 19:52
Il n'allait pas mentir. La douleur était absolument infernale. Il n'allait pas non plus dire qu'il l'appréciait, parce que ç'aurait été tirer sur la corde, mais quelque part, il ne s'était jamais attendu à ce que la liberté soit sans contrepartie. Les ordres du Comte étaient un lointain et mauvais souvenir, et malgré l'impression écrasante que la magie faisait de son mieux pour lui broyer les os, il s'était rarement senti aussi bien, ces derniers mois. Alors il restait là, comme un idiot, debout et à applaudir et insulter. L'adrénaline de la chasse n'était pas encore complètement retombée dans son sang, celui noir et huileux de l'Akuma, qu'il sentait presque déjà couler de sa bouche, lui laissant peu de chances d'échapper à cette arrogance qui était, en réalité, typique des deux races. Il ne retint même pas le sourire féroce et carnassier qui étira ses lèvres en entendant ses paroles. Il n'avait pas d'amis. Plus d'amis. Peut-être n'en avait jamais eus, parmi les autres devenus comme lui, ou même avant, dans son existence de Crow. Il se contenta donc de hausser les épaules avec une nonchalance qu'il ne ressentait pas.

"Il ne m'a jamais été inculqué que la politesse était due aux sorciers."

Il cracha par terre, satisfait de voir que malgré le goût de cuivre sur sa langue, il n'y avait bien que de la salive qui avait atterri sur le sol. La seule chose gênante de sa situation actuelle, à part bien sûr la douleur, était le fait que ses sens dépendaient en grande partie de son Akuma. Tel qu'il était, son odorat, sa vue, son ouïe, n'étaient guère plus que la moyenne. Au-delà de se douter qu'une homme avec suffisamment de sens tactique pour prévoir des pièges ne resterait probablement pas toujours à la même place, il n'avait aucune information. L'impuissance ne lui plaisait guère.

Il le laissa parler, sans guère lui prêter attention. Qu'il se pâme donc d'admiration devant le monstre qu'était Umah, après tout. Si ça pouvait lui faire plaisir. Lui était occupé à essayer de déterminer si le sceau le maintenait en place. Car pour autant qu'il ait été un Crow plus que passable, il n'avait jamais rien rencontré de semblable. Discrètement, millimètre par millimètre, il déplaça subrepticement son pied, jusqu'à effleurer la ligne. Aucun changement. Ni plus ni moins de douleur. Ses orteils la franchirent. Bien, il n'était visiblement pas cloué sur place. Quand le moment viendrait où même lui ne pourrait plus supporter le prix de son enivrante et éphémère liberté, il pourrait s'enfuir. Avant qu'il ne soit trop tard. Avant que l'Akuma ne se désintègre complètement et ne fasse disparaître ce qui restait de son âme avec lui. Si tant était qu'il en ait toujours une. Probablement pas. Mais ce n'était pas le moment pour des discussions métaphysiques. Après tout, sa mission n'était que d'enquêter, d'explorer. Pas d'arrêter de lui-même un sorcier tel que lui. Il en était incapable. Il leva les yeux au ciel. Il essayait de perdre du temps jusqu'à ne plus avoir de raison pour se rouler dans cette impression retrouvée d'être lui-même.

Finalement, la voix arrêta de bouger. Derrière, il fallait toujours qu'ils soient derrière. Eh bien quoi, ses fesses étaient-elles donc si intéressantes. Il ne put retenir son petit rire guttural à cette pensée. Peu importait, certainement. Il se retourna, lentement, son pas un peu lourd et incertain. Qu'il le croit plus faible qu'il n'était. La surprise jouerait en sa faveur. Il haussa un sourcil, magnifique dans son arrogance et sa douleur.

"Qu'est-ce que ça fait d'être un sorcier, engeance de la magie? Elle te contrôle, ou tu la contrôles? Les questions sont toujours les mêmes, quel que soit l'interlocuteur. De toi au moins, j'aurais attendu un peu d'originalité. C'est d'un ennui."

Comme s'il avait la moindre idée de qui il était. Ou de ce qu'il savait. Ou de ce dont il était capable, même si ce cercle lui en donnait une petite idée, qui aurait été absolument terrifiante s'il s'était arrêté suffisamment longtemps pour y penser. Ce qu'il ne fit pas. Bien entendu. Sombre et chaude, la douleur poursuivait son chemin. Il mima un bâillement pour essuyer discrètement le sang qui commençait déjà à perler aux coins de sa bouche. Malgré le temps qui passait, le goût en était toujours aussi horrible. En plus du cuivre et du sel, la substance presque oléagineuse était terreuse, amère, comme passée. Sous prétexte de tenter de mieux tenir sur ses jambes, il sortit un pied du cercle. Vraiment aucune restriction de ce côté. Mais la douleur ne disparaissait pas, et ne le ferait probablement pas non plus s'il le quittait entièrement. Bah, quitte à mourir, autant le faire en beauté, non?

"Je suis un peu déçu, Kale Ikaia. On m'avait vendu les sorciers comme des êtres sans scrupule et sans compassion, et pourtant ta première action est de me couper du Comte..."

Merde. Ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire. Il avait trop dévoilé, il fallait qu'il agisse vite. Il bondit hors du cercle, feintant vers le sorcier, mais partant vers l'arrière. Fuir. Il n'avait plus le choix. Ses pas, de lourds, devinrent aussi légers que le lui permettait son désespoir. D'accord, mourir ne lui faisait pas peur, mais il ne mourrait pas comme un lâche et sans combattre. Il avait juste besoin d'un terrain moins inégal. Et d'ailleurs, plus il s'éloignait, moins... moins il était libre. Triste ironie. Il mourait s'il restait, mais quelque part, mourait s'il partait aussi. Heureusement qu'il était doué pour se dissimuler. Au moins, il ralentirait la traque. Enfin, peut-être...



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Ven 13 Avr - 1:36
Inversion des Rôles
Un chasseur averti est toujours sur ses gardes lorsqu'il traque une proie imposante et capable de se défendre ou de renverser la situation. Un novice ou un imprudent n'a pas cette méfiance et bien souvent lorsque les rôles s'inversent et que le chasseur devient la proie celui-ci n'a plus d'autres choix que de fuir ou mourir. Disons que mes quelques siècles d'ancienneté sur cette planète m'ont appris à renverser la situation en ma faveur dans bien des cas. Et aujourd'hui ne fait pas exception. Encore une fois les rôles se sont inversés. Le moitié homme, moitié Akuma est tombé dans mon piège et, de chasseur, est devenu le chassé.

- Il ne m'a jamais été inculqué que la politesse était due aux sorciers. Eh bien que d'insolence ! Il va falloir lui inculquer les bonnes manières à celui-ci. Et le respect envers ses aînés alors ? Tout se perd mes bons amis... Il garde le silence pendant un bon moment se contentant de se retourner vers moi quand je décide enfin de m'arrêter. Il a l'air bien plus affaibli qu'il ne le laissait paraître quelques minutes plus tôt. Mon sceau n'est pas suffisamment puissant pour infliger autant de dégâts aussi rapidement. On joue la comédie ?

- Qu'est-ce que ça fait d'être un sorcier, engeance de la magie? Elle te contrôle, ou tu la contrôles? Les questions sont toujours les mêmes, quel que soit l'interlocuteur. De toi au moins, j'aurais attendu un peu d'originalité. C'est d'un ennui. lance t-il. Il commence sérieusement à m'énerver celui là. Il se prend pour qui avec ses phrases grandiloquentes et son arrogance insupportable ? Tu veux me manquer de respect petit ? Soit, joues donc à ce jeu et vois où cela te mènes. Je le voie déplacer son pied hors du cercle du sceau. Ho ho : Tu veux courir petite chose ? Tu penses pouvoir me fuir ?

- Je suis un peu déçu, Kale Ikaia. On m'avait vendu les sorciers comme des êtres sans scrupule et sans compassion, et pourtant ta première action est de me couper du Comte... dit-il avant de brusquement s'interrompre, conscient de son erreur. Coupé du Comte hein ? Le petit oiseau aurait-il retrouvé ses ailes ? Soudain il s'enfuit en courant. Je me lance à sa poursuite en riant.

- Ne t'en vas pas comme ça ! Je viens à peine de trouver un nouveau jouet, c'est cruel de me l'ôter comme ça ! crié-je tout en poursuivant ma proie. Bon je dois l'arrêter avant qu'il ne me sème ou qu'il ne quitte la zone d'effet du sceau. Je dégaine une de mes lames de lancer et la projette en direction de l'homme. Manqué. Je réajuste mon tir tout en luttant contre un point de côté. Magnifique, la lame atteint sa cible : la lame trace une profonde estafilade sur le flanc de ma proie qui commence déjà à perdre en mobilité. Ah le pouvoir des plantes ! Capable du meilleur comme du pire ! Les plantes soignent, tuent, empoisonnent, guérissent et... paralysent. Pendant un bref moment, je crains que le métabolisme Akuma de l'homme n'empêche le poison d'agir mais mes craintes sont rapidement levées lorsque je le vois franchement ralentir, me permettant de le rattraper. Je le plaque au sol et lui assène un violent coup de poing au niveau de la tempe pour le sonner. Je me relève pour le toiser.

- Tu veux de l'originalité de ma part gamin ? Très bien tu vas en avoir ! Je l'attrape par le col puis le traîne vers un arbre abattu non loin. Je le positionne de manière à ce qu'il ait la tête en bas et les genoux posés sur le tronc. Je sors deux lames longues de ma besace et regarde l'homme Akuma droit dans les yeux. - Alors voilà ma question : ressens-tu la douleur ? Et sur ces mots je plante les deux lames dans les genoux de l'homme suffisamment profondément pour les enfoncer dans le bois. Pour faire bonne mesure j'attrape une pierre non loin et m'en sers pour enfoncer les lames dans le bois. On est jamais trop prudent...
Je fais le tour du tronc et me retrouve devant la tête de l'homme. J'immobilise ses bras avec mes jambes et me mord le doigt jusqu'au sang. Je dessine un de mes sceaux sur le front de l'homme en souriant.
- Voilà, tu es bien plus mignon comme ça mon garçon. Ce petit dessin que je viens de faire sur ton front est une version miniature du sceau sur lequel tu te trouvais tout à l'heure. Pour le moment il n'est pas alimenté en énergie. Si tu réponds gentiment à mes questions il restera inactif. Si tu résistes... Je lui lance un sourire carnassier et un regard meurtrier empli d'excitation sanguinaire. On dit que les yeux sont les fenêtres de l'âme alors j'espère que le message est assez clair.

- Alors commençons simplement. Je n'ai pas bien saisi ton nom tout à l'heure. Tu veux bien me le redonner ? Ensuite tu m'expliqueras comment tu t'es retrouvé avec un Akuma dans ton corps. lui dis-je sans le quitter du regard. Allier l'utile, l'agréable et le superflu dans une seule et même activité. Incroyable, non ?
; color:black;">La Chasse au Cerf Blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Sam 14 Avr - 15:21
Il ne s'était pas bercé d'illusions. Il savait qu'il n'arriverait pas à aller tout à fait assez loin. Qu'il serait rattrapé. Il sentit une première lame, qu'il esquiva. Ou qui manqua de loin. Il n'en était vraiment à se poser autant de questions. Il avait beaucoup trop mal pour ça. La panique n'avait jamais été dans son arsenal d'émotions, et il n'arrivait toujours pas vraiment à la ressentir. Il était concentré sur la fuite, et sur les sensations qui lui revenaient peu à peu, comme par à-coups. L'Akuma et la soumission au Comte revinrent en une charge brutale, bien qu'encore légèrement étouffés. Son pas eut un instant d'hésitation, et il sentit l'estafilade. Il n'en fit absolument aucun cas, au départ, mais peu à peu ses muscles cessèrent de répondre, et il ralentit, rattrapé par le sorcier. Il fut plus impressionné qu'il l'aurait avoué de le sentir le traîner. Umah était grand, et musclé. Pas exactement un poids plume. En plus d'être un poids mort, avec cette paralysie.

Fort heureusement, il ne fut pas emmené assez proche du cercle pour que son Akuma disparaisse à nouveau. Il le sentait lutter contre le poison, et bientôt, il fut à nouveau capable de bouger les doigts. Juste au moment où il lui posait sa question. Ressentait-il la douleur? Excellente question. Il la ressentait, mais à quel point? Il cria quand il enfonça, profondément, les lames dans ses genoux. Il jura en chinois, un peu, de vagues souvenirs de son enfance, et le regarda, sentant le sceau sur son front. Il lui offrait la mort ou la mort. Une mort lente et douloureuse, ou une mort encore plus lente et douloureuse. Pour l'interroger. La torture ne lui était pas étrangère, évidemment. Et il sentait son Akuma tentait de se reconstruire autour des couteaux. Ce serait horrible à retirer. Mais au lieu de répondre, il lui cracha sa salive mêlée de son sang huileux au visage et éclata de rire. Hystérique, il était hystérique. Il arrivait encore à lutter contre le Comte, pour l'instant, et il se contrôlait assez pour attraper sa jambe, les crocs perçants au milieu de sa paume arrachant un morceau. De mollet? De tissu? Non, il goûtait le sang.

"C'est tout ce que tu peux faire, Kale Ikaia? Et dire qu'on nous fait craindre les mages... Quelle plaisanterie!"

Quitte à mourir, autant le faire avec panache, après tout. Il se redressa, encore à peine ralenti par le poison, arrachant un couteau de son genou, utilisant la lame, qu'il lui lança dessus. Il n'était pas certain de son tir, mais l'idée était de le distraire suffisamment pour retirer le deuxième.



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Dim 15 Avr - 16:22
Le Mordant d'une Relation
En entendant l'homme hurler de douleur, je ne peux retenir un frisson d'excitation. Que ce son est doux à mes oreilles... Pourtant, il ne se démonte pas et va même jusqu'à me cracher à la figure. Espèce d'insolent ! Je m'apprête à le corriger quand je sens la morsure de mon adversaire. Celui-ci m'arrache un morceau de mollet et je recule en grognant de douleur. Mais il est complètement allumé celui-là.

- C'est tout ce que tu peux faire, Kale Ikaia? Et dire qu'on nous fait craindre les mages... Quelle plaisanterie!

Je le vois se redresser et arracher une des lames retenant ses genoux. Le poison n'aura pas fait effet longtemps... L'influence de mon sceau ne doit plus être suffisante pour bloquer les pouvoirs de l'Akuma qui sommeille en lui. Il lance le couteau plus ou moins vers moi et je n'ai même pas à bouger pour l'éviter. Il vient se planter en vibrant dans l'arbre à côté de moi. Je m'en saisis et commence à insuffler du pouvoir dans le sceau sur le front de ma proie puis m'approche de lui pendant qu'il s'affaire sur la deuxième lame.
Je saisis sa main et plante ma lame dedans, l'embrochant dans la cuisse par la même occasion.

- Ça, ça n'était vraiment pas intelligent.

Je lui envoie un coup de coude dans le nez et augmente encore l'intensité du sceau. Je reconnais le bourdonnement qui m'avertis que si je continue à épuiser mon énergie je vais en pâtir.
J'attrape rapidement une troisième lame dans ma besace. Je savais bien qu'emporter quatre lames était un bon calcul. Mais je vais peut-être avoir besoin de plus avec cet animal là... De la même façon j'embroche la main et la cuisse de l'homme machine et récupère ma jolie pierre pour assurer la tenue des lames. Je recule un peu pour admirer mon oeuvre. Un joli morceau de viande, solidement attaché et prêt à être découpé. Je pose ma jambe blessée sur le tronc d'arbre abattu et observe la plaie. Il m'en a enlevé un bon morceau le bougre. Je souris férocement, je n'avais plus été blessé depuis longtemps ! J'avais oublié l’adrénaline que procure le danger.

- Tant dans tes paroles que dans tes actes, tu ne manques pas de mordant.

Je ris à ma plaisanterie puis arrache un de mes bras de chemises. Je sors une gourde d'eau de mon sac, en bois quelque gorgées et en utilise un peu pour nettoyer la plaie. J'utilise le morceau de tissu arraché pour bander la plaie. Je fais ensuite le tour du tronc d'arbre pour me poster non loin de la tête de l'homme. Je m'appuie contre l'arbre et soupire doucement, avec un sourire aux lèvres.

- Eh bien je ne m'étais plus autant amusé depuis longtemps. Quelque part, je te suis reconnaissant pour tout ça -Je désigne ma jambe- même si je suis quelque peu contrarié d'avoir dû faire tout ça alors que je souhaitais simplement discuter avec toi.

J'ancre mon regard dans le sien.

- Je n'ai nulle intention de te tuer. Du moins, pour l'instant. Si comme tu dis, je t'ai coupé du Comte avec mon pouvoir, alors j'ai affaire à un être humain tout à fait capable de réfléchir et discuter. Alors discutons. Les projets de ton maître ne m'intéressent pas, mais toi si.

Je jugule légèrement la puissance de mon sceau sans pour autant lui laisser la marge de manœuvre nécessaire pour me ré-attaquer.

- Vas tu finalement te décider à me donner ton nom ?
; color:black;">La Chasse au Cerf Blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Dim 15 Avr - 17:15
Il aurait pu s'en sortir. Dans l'absolu, il bougeait plus vite que lui, quand il était au maximum de ses capacités. Cependant, ils n'avaient jamais été sur un pied d'égalité. Il était presque trop fatigué, entre le retour pleine force du sceau, et le fait de se faire à nouveau épingler sur lui-même, pour pouvoir produire un cri satisfaisant. Le coup de coude qu'il se prit dans le nez ne s'enregistra même pas, à part pour le sang qu'il sentit couler le long de son visage. Il soupira. Il n'était pas étranger à la douleur, et au bout d'un moment, elle était telle qu'elle devenait lointaine. Au moins, il n'avait effectivement plus à contrôler son Akuma. Il haussa un sourcil en l'entendant rire. Ce type était fou. Peut-être que tous les sorciers l'étaient, si sa première rencontre était une aune à laquelle se référer. Il regarda vaguement son oeuvre. Juste un tout petit bout de chair. Ce n'était pas équilibré. Enfin, il avait toujours su qu'il s'engageait dans des combats perdus d'avance. Un Crow contre un Akuma, et finalement un... monstre... contre un sorcier beaucoup trop puissant pour son bien.

L'esprit à la fois clair et tiré vers le bas par une douleur transcendante qui semblait réduire ses os en poussière et lui assécher la gorge, il le fixa. Hétérochromie. Un souvenir à garder en tête. Aucune intention de le tuer. Il eut un petit rire. Pas les projets du Comte, mais parler de lui. Parler de lui revenait à parler des projets du Vatican comme de ceux du Comte. Et il n'avait aucune intention de le faire. Lentement, douloureusement, il bougea un peu les doigts. Oui, sur celle-ci, il avait une chance. Ses gestes étaient lents, il se sentait comme dans de la mélasse. Il était absolument épuisé. Même s'il se libérait, il n'irait pas loin. Et on ne s'échappait pas d'un sceau présent sur son front. Il tira, fort, dans le sens de la lame, tranchant peau, chair, muscles et tendons, jusqu'à avoir libéré une main, et enfin une jambe. Sa prise le couteau était trop instable pour qu'il fasse plus que le laisser tomber dans le sous-bois.

Il dût s'arrêter là et sourit au sorcier, avec ses derniers vestiges d'énergie et d'arrogance. Son Akuma était trop loin, trop étouffé, pour qu'il se régénère. Il l'avait dit lui-même, il n'était qu'humain.

"J'ai rencontré de meilleurs tortionnaires... Kale Ikaia... Trop... enthousiaste..."

Il n'avait pas la force de continuer. Mais il lui restait la satisfaction de ne pas avoir répondu à ses questions. Il ne pouvait même pas espérer s'auto-détruire comme un Akuma. Lui laisser son corps ne lui plaisait pas, mais... Encore un choix qu'il n'avait pas, de toute façon. Et franchement, il s'en fichait complètement, maintenant...



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Mar 17 Avr - 0:37
Lécher les plaies
Pendant un instant, je crains que mon excitation n'ait coutée la vie à mon nouveau jouet mais je finis par le voir s'agiter, faiblement.  Bon j'y suis peut-être allé un peu fort avec lui. Mais en même temps il l'a cherché ! Moi je posais mes pièges sans rien demander à personne et il s'est mis à me prendre un chasse. Bon je l'ai peut-être un peu appâté, mais ne nous attardons pas sur les détails voulez-vous ? Mon regard est attiré par un mouvement de la part de mon captif. Je le vois tirer sur une des lames enfoncées dans ses mains et ses cuisses et, comme on est en droit de s'y attendre, le résultat n'est pas vraiment beau à voir. Il s'est arraché une bonne partie de la main et des doigts pendent inutilement, le tout arrosé d'une généreuse couche de sang. Mais il à décidé de mourir celui-là...

- J'ai rencontré de meilleurs tortionnaires... Kale Ikaia... Trop... enthousiaste...

J'éclate de rire à sa remarque.

- Mais regardes toi ! Tu es à l'agonie, tu te vides de ton sang, mais tu trouves quand même le moyen de m'envoyer des piques ! Soit tu es l'homme le plus intrépide qu'il m'ait été donné de rencontrer, soit tu es incontestablement le plus stupide.

Le voyant redevenir inerte, je m'approche doucement pour observer son état général. Hmmm... Privé de son Akuma et de ses pouvoirs guérisseurs, il va mourir d'une belle hémorragie. Il est bien parti pour me claquer entre les doigts.

- Tu ne peux pas te permettre de critiquer quelqu'un sur ses talents et ses hobbies alors que tu le connais à peine. Tu mourras quand je t'y autoriserai, pas avant.

Je libère sa seconde jambe en retirant la deuxième lame, et mon nouvel ami s'effondre au sol avec un bruit mat. Je l’assoies en suite et fait reposer son dos contre le tronc d'arbre. J'utilise ensuite mon pouvoir de scellage pour lier ses deux jambes l'une à l'autre. Comme ça, pas de course éperdue dans les bois. En y repensant, j'aurais peut-être dû y penser plus tôt, je me serais évité toutes ces complications. Mais ça aurait été nettement moins amusant. Je m'assure qu'il n'y a rien à proximité qu'il peut utiliser comme projectile et je vais m'asseoir face à lui, à une distance respectable. J'affaiblis suffisamment mon sceau pour permettre aux capacités de régénération de l'Akuma de se manifester. Je veille cependant à garder un minimum d'emprise sur ma proie, pour éviter tout débordement malvenu. J'attrape ensuite une outre dans ma besace que je débouche. J'en bois de longues gorgées. La bière... Quoi de meilleur ?

- Je note que tu ne m'a toujours pas donné ton nom. C'est décevant tout de même. Un minimum de civisme n'a jamais tué personne.

J’étouffe un rot et me cale un peu mieux contre le tronc d'arbre.

- Alors dis moi qu'est ce ça fait de retrouver sa liberté ? De ne plus avoir à obéir aveuglément aux ordres du Comte ? Tu peux au moins répondre à ça. Ça ne compromet les plans de personne je pense.
; color:black;">La Chasse au Cerf blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Ven 20 Avr - 9:23
Dans son état semi-apathique, et se dégradant rapidement, il peinait un peu à se rendre compte exactement de ce que le sorcier pouvait lui faire. C'était ce qu'il n'avait pas voulu, être à la merci de quelqu'un d'autre. Mais son corps, même amélioré, avait ses limites, et d'autant plus quand il était privé, totalement, de son Akuma. Il eut un spasme involontaire et non maîtrisé quand il fut finalement décroché de la souche et fut remit dans le bon sens. Pas un bon plan. Le sang, qui ne coulait pas tant que ça quand ses jambes avaient été surélevées, commença à couler à gros bouillons. Le peu de conscience qui lui restait ne lui permit pas de se rendre compte du sort qui lui liait désormais les jambes, et elle s'échappait vite. Il l'entendait parler, mais n'arrivait pas à distinguer les mots, les tambours de son cœur en protestation contre le traitement qui lui était infligé battant à ses oreilles tel un fleuve enragé, noyant tout.

Jusqu'à ce que le sceau s'affaiblisse. Son Akuma se précipita violemment, travaillant activement à réparer et à s'enrager, aussi. Il ne sentit même pas, mais il pouvait imaginer son bras devenir ce qu'il était de mieux, une bouche dévoreuse, mais incomplète. Pas totalement libre, alors. Le sorcier était intelligent. Il analysait tout cela froidement, de l'arrière de son esprit. Il n'avait aucun contrôle. La bête en lui était déchaînée et il savait que cela mettrait un moment à passer. Il réussit à ne pas retomber, à maintenir sa position assise, et à regagner lentement son contrôle. Il allait être plus qu'affamé, bientôt, et ça n'était jamais une bonne idée.

Il rouvrit lentement les yeux, les clignant plusieurs fois avant de réussir à le voir correctement. Il n'avait décidément pas changé. Dommage. Il n'appréciait pas spécialement ce rappel de son impuissance. Vraiment pas, même. Il ne comprenait même pas que l'homme soir surpris qu'il soit sur la défensive. Personne n'aimait être au pied du mur. Certains pleuraient et suppliaient. Peut-être qu'à une époque, c'était aussi ce qu'il avait fait. Mais il avait rapidement compris que ça ne fonctionnait pas. Beaucoup moins bien que de mourir la rage aux lèvres. Il mourait quand même, mais au moins, pas en lâche. Il ne prit même pas la peine de répondre à ce commentaire sur son nom. C'était sa dernière fierté, dans cette rencontre. Repartir avec son identité. De toutes les façons, il finirait par apprendre ce qu'ils étaient, parce qu'il chercherait probablement, curieux comme il semblait être. Il soupira finalement, sa voix basse et presque inaudible. Il avait la gorge sèche, sans surprise.

"Pas aveuglément. Pas pour tout."

Et pourtant, en un sens, pas le choix. Mais il avait une mesure de contrôle. Pas face à une innocence, pas face à Allen. Les ordres étaient clairs, incontournables. Cela l'attristait, car trahir l'Ordre n'était pas son choix. Et trahir Allen encore moins. Mais pour beaucoup de choses, cependant, il avait appris qu'il pouvait. Qu'il voulait. C'était encore un monde différent.

"La nouveauté t'intrigue, Kale Ikaia? Pourquoi ne vas-tu pas demander au Comte ce que nous sommes et comment nous sommes arrivés là?"

Aucune utilité de lui dire que le Comte, pour une fois, n'était pour rien dans ces abominations. Ses capacités de Crow étaient bien trop faibles pour lutter contre ce sorcier, et elles n'étaient pas entièrement revenues. L'acide de la réparation disparaissait petit à petit. Presque entier. Il n'était plus qu'un tableau en noir et carmin. Les habitudes avaient la vie dure, de toute évidence.



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 18

Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Voir le profil de l'utilisateur




Kale Ikaia
Tu m'as bien diverti... disparais maintenant
Ven 20 Avr - 22:24
Miracle !
J'observe le Semi-Akuma se remettre de ses blessures à une vitesse stupéfiante. Il faut croire que partager son corps avec un monstre offre quelques avantages intéressants. Mais la contrepartie est bien trop lourde à mon avis. Je regarde les plaies se refermer une à une, fasciné. Avec la disparation des blessures, vient le retour de la clarté d'esprit. Je le vois se ressaisir progressivement, raffermir sa position et je remarque que ses yeux ont perdus leur teinte vitreuse. Le voilà revenu d'entre les morts, pour son plus grand déplaisir. Il m'observe un moment sans rien dire et finit par soupirer avant de parler d'une voix rocailleuse.

- Pas aveuglément. Pas pour tout.

Oh ? Mais serait-ce... Une réponse ? Incroyable ! Il a donc fini par me répondre. Les nuages promettant l'orage depuis si longtemps décide finalement à cracher leur contenu sur nous comme si le ciel lui même n'en revenait pas que l'homme se décide enfin à me répondre. Je lève la tête et ferme les yeux pour sentir les gouttes d'eau sur mon visage. Il ne va pas falloir traîner ici trop longtemps on je vais finir par être trempé.
Je me reconcentre sur ma proie. Pas aveuglément ? Pourtant vu comment il m'a poursuivi et vu "ce" qui m'a poursuivi, je ne peux pas dire qu'il sache se contrôler. Il porte une tenue montrant son expérience en matière de traque et de filature et pourtant il s'est contenté de foncer tête baissée. Si ce n'est pas de l'aveuglement, j'ai besoin que l'on me réexplique en quoi il consiste.

- La nouveauté t'intrigue, Kale Ikaia? Pourquoi ne vas-tu pas demander au Comte ce que nous sommes et comment nous sommes arrivés là ?

Je lui souris malicieusement puis jette l'outre de bière à moitié pleine qui atterrie sur ses jambes.

- Ma femme me disait toujours que boire seul est d'une tristesse infinie et qu'il ne fallait laisser un homme mourir de soif. J'ai toujours respecté ses mots.

Je fais ensuite silence pour l'observer de pied en cap. Prisonnier de son propre corps, ou plutôt, de son esprit. Voilà un destin peu enviable.

- Je sais déjà ce que tu es. Ne me manque qu'à savoir comment tu es arrivé là. Enfin "vous" puisque apparemment vous êtes plusieurs dans ta situation. Pour ce qui est du Comte, je ne compte pas me présenter à lui car, contrairement à toi, je ne suis pas assez stupide pour me lancer dans un combat perdu d'avance. Mais j'oubliais ! C'est de la faute de l'Akuma que tu ne sais maîtriser. Au temps pour moi !

Il a raison le garçon, c'est amusant de lancer des piques à son adversaire. J'étais tellement occupé à poser des questions à mon nouveau jouet que j'en ai oublié l'essentiel !

- De plus, le Comte hait les humains au plus haut point ce qui m'amène à penser qu'il ne vous aurait jamais crées toi et tes semblables. Non je vois là dedans la main de l'homme et de son esprit détraqué. Je dois dire que je regorge d'imagination en terme de torture et de cruauté mais, quiconque t'as crée, m'a largement dépassé.

Je pars d'un grand rire.  Mais qui peut être suffisamment idiot pour faire ce genre de chose ? Un Akuma dans un humain ! N'importe quoi ! Il faut vraiment avoir une case en moins pour faire ce genre de choses ou en vouloir à la victime au delà de toute raison et humanité. Et je parle en connaissance de cause !

- Tu avances que tu n'obéis pas aveuglément. Pourtant, l'Akuma en toi annihile toutes tes pensées et tes inhibitions. Tu es le toutou du Comte et te bats probablement contre ceux qui étaient autrefois tes camarades. En voilà de la maîtrise de soi ! J'aurais presque pitié de toi, si la situation ne m'amusait pas autant. Oses me dire que tu ne détruirais pas ceux que tu apprécies si ton Akuma n'était pas jugulé par mon pouvoir.

Je me relève doucement pour m'adosser contre le tronc de l'arbre afin de me protéger un peu mieux de la pluie. Quel temps de chien !  
; color:black;">La Chasse au Cerf Blanc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 25/03/2018
Messages : 75

La force naît de l'adversité et des souffrances
Voir le profil de l'utilisateur




Umah Hè
La force naît de l'adversité et des souffrances
Dim 22 Avr - 19:34
Umah avait toujours été un homme de peu de mots. L'Akuma n'avait pas spécialement changé cela. Beaucoup plus de bravade qu'avant, mais pas de grands discours. Ce qui ne voulait pas dire qu'il était idiot ou totalement apathique. Il soupira en recevant la gourde sur les genoux, la prenant avec encore un peu de maladresse. La réparation était taxante pour le corps. Il réfléchissait en même temps. Une femme? Cet homme avait une épouse? C'était difficile à croire. Ou alors, comme lui, une adepte de la torture. Cependant, il avait aussi parlé au passé. Décédée? Possible. Les temps étaient durs pour les gens comme lui. Pour tout le monde, en réalité. Qu'ils soient soumis aux combats entre un camp et un autre, qu'ils soient la victime innocente d'un Akuma, ou qu'ils soutiennent dans l'ombre un clan ou un autre, voire, pire encore, s'ils portent en eux, ignorants, une innocence. Les temps n'étaient aisés nulle part, mais certains avaient été élevés pour cela. Il déboucha le goulot et but un peu, avant de la lui rendre.

Mais il était presque adorable, ce sorcier. Non, vraiment, il faisait la conversation tout seul. Pas qu'Umah lui aurait particulièrement répondu s'il lui avait demandé son avis, cela dit. Cependant, au-delà des piques qui étaient particulièrement agaçantes car à la fois si proche de la réalité, et si inexactes. L'Akuma était effectivement parfois trop puissant pour qu'il le maîtrise. Mais la plupart du temps, il n'essayait même pas. Il avait du bon. Il pouvait faire, avec lui, des choses impossibles normalement. Même en tant que Crow. Mais c'était aussi vrai qu'il n'était plus totalement aux rênes de son être. Il ne l'avait jamais particulièrement été. Cependant... Il ne pouvait nier qu'il y avait une part de vérité dans les dires du sorcier. Il soupira et leva la tête en sentant la pluie. Ce ne serait clairement pas la première fois qu'il la prendrait, après tout. Et elle laverait un peu de sang, au moins. Il regarda le brun quand il alla se mettre à l'abri.

"Tu ne poses même plus de questions, et tu sembles certain de tout savoir, déjà. Que puis-je t'apporter à part ton amusement, comme tu le dis? La nouveauté t'intriguait, mais il n'y en a aucune si tu as les réponses. Tue-moi ou laisse-moi partir, mais cette discussion n'a plus aucun intérêt."

Puisqu'il pensait tout savoir de comment et par qui il avait été créé, et de comment il fonctionnait, alors même qu'il avait affirmé n'avoir jamais rencontré personne comme lui, ça ne servait à rien. Umah n'aurait probablement pas parlé, de toute façon. Mais peu importait. Encore une fois, ce n'était pas son choix.



Surprise!:
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe-
Sauter vers: