:: Le Monde :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comme si deux frères vont laisser des trouveurs protéger leurs divins arrières. [PV Kuro]

avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Ven 27 Avr - 21:19
Vacances ruinées
Shiro & Kuro



Après avoir passé un sale petit moment en Amérique -bien qu’il fut plus agréable sur la fin, le maréchal était bien décidé à prendre quelques vacances loin de tout temple, pièges et brume. Et loin des Noés et de l’Ordre aussi si possible, ces types là le saoulaient aussi, même peut-être un peu plus que les pièges…  Il avait eu sa dose d’endroits et de types étranges pour un moment.. Il rejoignit donc par la mer un pays relativement chaud qui regorgeait d’endroits agréables à visiter. Avec un peu de chance, les akumas ne seraient pas de cet avis et ne seraient donc pas sur les lieux. Il rejoignit la cité de Padoue, en Italie. C’était ancien, datant XIIIème siècle d’après ce qu’il avait lu, et bien moins peuplé que la capitale. L’endroit était de plus supposé être superbe. Certes pas autant que Rome, mais ça en valait le détour.

En arrivant aux portes de la cité, il constata que l’ambiance était étrange malgré le merveilleux soleil qui trônait dans le ciel. Il n’y avait aucun bruit, et comme une sale odeur… mais il n’arrivait pas à dire pourquoi elle lui semblait familière. Génial, il ne s’était pas attendu à ça et sentait la déception arriver. Il traversa les portes et commença à explorer le village. Tout était détruit et les villageois semblaient avoir fuis les lieux. Les akumas s’étaient-ils réellement attaqués à un tel endroit ? Si c’était le cas, il arrivait bien après la bataille. Il n’avait cependant pas entendu parler de la destruction de cet endroit. C’était étrange. Les démons s’étaient peut-être éloignés pour un moment.

En avançant, il constata qu’il restait au final un groupe de civil qui semblait être encadré par des types de l’Ordre. Donc l’attaque était vraiment récente, peut-être du jour même.. Il ne semblait pas y avoir d’exorcistes sur les lieux, les akumas étaient alors probablement dans un autre coin de la cité à la recherche de victimes. Ahh… vacances ruinées. Il s’en foutait pas mal de laisser les akumas revenir par ici et de les laisser exterminer les survivants et les hommes de l’Ordre… mais il aurait alors à faire un rapport tout entier sur le pourquoi du comment c’est arrivé, et ce n’était pas cool. Il serait plus rapide d’aller directement éliminer ces déchets, s’il en restait.

C’était vraiment une sale journée de plus en perspective.. il allait peut-être même devoir parler aux types de l’Ordre pour se rendre compte de la situation. Lui qui espérait se poser dans un coin avec un cocktail ou explorer divers endroits… c’était une fois de plus gâché par ces foutus démons. Les lieux aussi étaient dévastés.. quelle tristesse. Pourquoi était-ce arrivé, cette fois ? Le plaisir de tout dégommer, ou bien il y avait une innocence planquée dans le coin ? Il allait vite le savoir, enfin il l’espérait. S’il n’avait pas à mener lui-même l’enquête, ça l’arrangeait.

Il s’approcha du groupe d’hommes en uniformes de l’Ordre et lança sur un ton détaché.

Messieurs, quel bazar vous laissez là dîtes-moi…  Enfin, quelle est la situation ? À part désastreuse évidement.

Pourquoi il devait être poli, déjà ? Il omit évidement de se présenter. C’était déjà si ennuyeux, il allait leur laisser un peu de suspens. De tout manière, certains le connaitraient peut-être, ou devineraient grâce à sa prestance, et ses magnifiques pupilles rouges, aussi…






Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Dim 29 Avr - 10:26
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaYou've got it all, you lost your mind in the sound. There's so much more, you can reclaim your crown. You're in control, rid of the monsters (...). (King → Lauren Aquilina)Je ferme brièvement les yeux, profitant des derniers instants du voyage où le silence s'impose. Voilà un point pour lequel j'apprécie l'Inspectrice Aelhaern ; elle ne parle pas inutilement, ne fait pas des détours inconsidérés lorsqu'elle s'exprime et sait parfaitement respecter le silence pendant un laps de temps très long. Quelque chose qui, je dois l'admettre, fait défaut au Commandant Alexander. Cet homme est dangereux, une véritable anguille orale, cela je le maintiens... mais bon sang, cet homme parle beaucoup. Beaucoup trop. C'est ce qui fait sa dangerosité en un sens. Je me remémore ma dernière rencontre avec le Commandant et un sourire léger étire mes lèvres. J'ouvre mes paupières lentement alors que le train siffle, signalant par la même occasion son arrêt. Je me lève d'un mouvement fluide en repensant à la raison de ma présence ici. Présence indésirable en Italie, à Padoue. Les exorcistes étant débordés au vu de la dernière mission en Amérique, ce sont des membres du Crow qui ont été envoyés pour régler cette histoire. Pourquoi pas, après tout... Je sors du train et je vais à la rencontre du groupe de civils qui ont fait remonter l'activité étrange des lieux. Des partisans de l'Ordre, paraît-il. Paisiblement, je laisse ma supérieure gérer la première approche, me laissant vite guider par les civils qui se mettent en marche.

J'avance parmi les vestiges d'une maison, écoutant ledit groupe de civils expliquer la situation à l'Inspectrice Aelhaern. Elle s'attarde sur des détails que beaucoup jugeraient anodins et pose des questions particulièrement précises, constat qui me fait sourire avec légèreté. Pour ma part, je regarde sereinement les environs, absolument pas perturbé de voir une des merveilles italiennes réduite en ruines. Je laisse à la jeune femme le soin de mener cet interrogatoire, me contentant d'écouter et de laisser mes sens observer tranquillement le moindre millimètre carré qu'il y a à observer. Ma sérénité écrasante semble perturber certains civils, raison pour laquelle je me place stratégiquement en retrait. Un raid de quatre akumas, vraisemblablement. Finalement, l'Inspectrice hoche la tête et demande à un civil de lui montrer les deux autres zones touchées par ce raid, après nous avoir donné ses directives. Je soupire légèrement en la regardant s'éloigner. Seulement quatre akumas ? Ils ne sont pas de niveau un, auquel cas. Enfin, quel que soit leur niveau, la faiblesse n'a pas sa place en ce bas-monde ; ils mourront comme ils auraient dû le rester.

Je remarque du coin de l'oeil quelqu'un s'approcher et, à ses yeux rouges, un sourire amusé se forme au coin droit de mes yeux. Tiens tiens... Pourquoi ne suis-je pas étonné de sa présence ici ? Tranquillement, je continue d'écouter un civil finir de me donner son témoignage. Mon regard n'a pas quitté les yeux de ce dernier, ne laissant pas un instant comprendre que j'ai vu le brun s'approcher de nous. Je hoche la tête quand le civil me dire que je sais tout ce qu'il sait et le remercie de ma voix calme et apaisée. Quant audit brun, sa voix détachée n'ébranle en rien ma paisible sérénité et mon calme.

- « Messieurs, quel bazar vous laissez là dites-moi…  Enfin, quelle est la situation ? À part désastreuse évidemment.
- Bonjour, maréchal Takuya.
, je dis paisiblement, quoiqu'avec un sourire amusé émergeant doucement sur mes lèvres. Quatre akumas, dont au moins de niveau deux, ont été déclarés dans les environs. Ils ont détruit trois zones de la ville et tué deux personnes. Deux membres du Crow sont allés s'occuper des proches de ce dernier. Il y a environ une vingtaine de blessés. Quant aux akumas, ils officient qu'aux crépuscules. », je lui réponds avec mon calme habituel, pouvant passer pour un détachement froid aux yeux d'un inconnu.

Enfin, je sais déjà que le groupe de civils que nous encadrons actuellement ne contient pas d'Akumas. Comment ? Sinon je ne pourrais pas utiliser ma spécialité sur eux, vu que les Akumas n'ont pas de système sanguin. Non que j'aie essayé de manipuler le sang de ces civils, je sais simplement qu'ils ont un système sanguin. Preuve suffisante que je préfère taire. En attendant, je préfère demander à un des civils de me conduire vers la troisième zone touchée, comme me l'a demandé l'Inspectrice.

- « Voudriez-vous bien m'accompagner, maréchal Takuya ? La troisième zone est celle que les quatre akumas ont attaqué à l'aube, il sera donc plus probable de les croiser là-bas et l'aide d'un exorciste comme vous est plus que bienvenue pour les détruire. », je demande d'une voix détendue et tranquille.

Bien qu'à dix heures du matin, je doute qu'ils se montrent... même si ce n'est pas une raison suffisante pour que je range ma prudence dans ma besace.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Mer 2 Mai - 22:26
Vacances ruinées
Shiro & Kuro



Il adorait emmerder les types de l'Ordre quand il le pouvait. Surtout les trouveurs. La plupart du temps, ils n'y pouvaient et ne faisaient rien mais de temps en temps, l'un d'eux se mettait à rager ! À partir de là, c'était souvent très amusant.. Évidement, lorsqu'il s'agissait de corbeaux, la discussion était bien souvent moins amusante. Il semblait d'ailleurs y en avoir quelques-uns dans ce groupe, ils prendraient donc probablement la parole à la place des autres. Tant pis. De toute manière, en voyant ce bazar, le brun avait tout de suite bien compris que ce moment ne serait pas une partie de plaisir. Il les interpella donc, cherchant à obtenir des informations sur la situation mais surtout à leur envoyer une petite pique. Après tout, à cause de leur incompétence une si belle ville avait été endommagée. Ne savaient-ils pas se servir des barrières anti akumas ? Quels boulets...

Un corbeau s'approcha, un léger sourire aux lèvres. Oh ? Il était curieux de savoir ce qu'il l'amusait. Ces types là tiraient les trois quarts du temps une tronche complètement blasée. D'ailleurs, il avait un visage assez atypique, avec ses yeux vairons. N'était-ce pas censé être pour des couleurs comme le bleu et le vert ? Il n'avait jamais vu ça ! Amusant...

"Bonjour, maréchal Takuya."

Il l'avait reconnu. Bien, il n'aurait pas à se présenter au moins. Il lui répondit par un léger sourire, attendant qu'il fasse son travail en lui décrivant la situation. Avec un peu de chance, il serait efficace et il en aurait vite fini avec cette histoire. Comme espéré, il en tarda pas à reprendre la parole.

"Quatre akumas, dont au moins de niveau deux, ont été déclarés dans les environs. Ils ont détruit trois zones de la ville et tué deux personnes. Deux membres du Crow sont allés s'occuper des proches de ce dernier. Il y a environ une vingtaine de blessés. Quant aux akumas, ils officient qu'aux crépuscules. "

Quelle horreur. Trois zones détruites.. c'était pire qu'il ne l'avait imaginé. Il n'aurait décidément plus rien à visiter dans cette cité. Son regard se porta sur les civils présents sur les lieux. Il s'agissait donc là de tout ce qu'ils avaient pu sauver. Seulement deux morts, ça aurait pu être bien pire compte tenu du nombre de bâtiments détruits ainsi que du niveau des akumas. Au dessus du niveau un, certains akumas devenaient vicieux, en particulier ceux de niveaux deux ! Ils étaient de loin les plus agaçants. Fort heureusement, il leur laissait rarement le temps d'ouvrir la bouche et de l'emmerder. Ce qui le gênait un peu était l'heure d'apparition des akumas... au crépuscule. Il était donc bon pour passer la journée ici à s'ennuyer, super. Il souffla, ne masquant pas son agacement.

- Je vois, ce sera donc une chasse plutôt nocturne..  

Au niveau du combat, cela ne lui posait aucun problème étant donné que ses yeux lui permettaient de plutôt bien voir lorsqu'il faisait sombre, mais devoir glander toute la journée vraiment.. ça n'avait rien de passionnant. Le corbeau alla échanger avec un civil, le laissant quelques instants échanger des regards ennuyés avec les trouveurs, puis revint vers lui, reprenant.

"Voudriez-vous bien m'accompagner, maréchal Takuya ? La troisième zone est celle que les quatre akumas ont attaqué à l'aube, il sera donc plus probable de les croiser là-bas et l'aide d'un exorciste comme vous est plus que bienvenue pour les détruire. "

Car en plus il voulait aller sur les lieux en avance ? Il était un peu trop prévoyant, celui-là... mais bon, ça le ferait un peu visiter, et demandé si poliment, il n'allait pas refuser. Enfin.. la politesse ne comptait pas vraiment en vérité, mais il n'avait pas d'autre raison que la flemme de refuser. S'il y avait une chance de croiser un akuma lève-tôt, pourquoi pas. Ce serait déjà ça de détruit. Il acquiesça d'un léger hochement de tête.

- Je suppose que oui. Ne vous en faites pas, si l'un d'eux entre dans mon champ de vision, il aura signé son arrêt de mort.

Quoi ? Il n'avait pas le droit de se vanter un peu ? De toute manière, le vairon pourrait le constater de lui-même... alors c'était une préparation. Car oui, il allait être tellement incroyable - comme toujours dans tout ce qu'il entreprenait- qu'il fallait que ce type soit préparé mentalement. Il lui suivit longuement à travers les ruines, en profitant pour "admirer" ce qu'il restait des édifices. C'est à dire pas grand chose.. beaucoup de pierres, un peu d'eau par-ci par-là, des restants de fontaines sans doute. Au bout de quelques minutes, il atteignirent la dite zone. Le maréchal la parcourut des yeux. Pas d'akuma en vue. Ils arriveraient probablement après le coucher de soleil, comme l'avait expliqué le corbeau. Ne s'éloignant pas trop, il examina rapidement les décombres, mais ils ne lui apportèrent rien de bien intéressant. Il revint donc vers le corbeau, lassé, et s'appuya contre un mur.

- Je crains que nos amis ne soient encore au creux des bras de Morphée.





Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Dim 13 Mai - 18:17
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaYou've got it all, you lost your mind in the sound. There's so much more, you can reclaim your crown. You're in control, rid of the monsters (...). (King → Lauren Aquilina)Je remarque le sourire du Maréchal sans plus m'en formaliser, continuant de parler pour lui apporter un élément de réponse sans que ma sérénité naturelle n'en soit entachée. Le tout avec clarté et concision, évidemment. Un léger sourire fleurit sur mes lèvres à cette pensée, ponctuant par la même occasion la fin de ma tirade et le regard du brun qui se dirigea vers les civils. Je décide de laisser couler ce geste et un membre de l'unité me regarde et nous nous hochons mutuellement la tête. Avertir l'Inspectrice de la présence du Maréchal Takuya me semble être une bonne option, même si une étrange intuition me dit qu'elle est déjà au courant. Décidément, les membres du Crow sont tous tellement discrets, secrets, qu'ils en deviennent suspects à la moindre respiration. Un souffle agacé parvient jusqu'à moi et je n'y réagis pas, continuant d'observer en silence et dans l'immobilité ce qui m'entoure sans laisser une seule seconde penser que je ne laisse rien au hasard.

- « Je vois, ce sera donc une chasse plutôt nocture...
- Crépusculaire, pas nocture. Ils officient au lever et au coucher du soleil seulement, pas entre les deux. »
, je réplique tranquillement, un sourire amusé aux lèvres.

Je ne vais pas perdre mon temps à lui en vouloir, ou à m'agacer, d'avoir confondu "aux crépuscules" avec "entre les crépuscules" ; ce serait une perte d'énérgie et j'ai de toutes évidences mieux à faire que de la perdre vainement. Je finis d'écouter le témoignage du civil, m'excusant de l'avoir interrompu pour corriger le Maréchal, puis je reviens vers ce dernier. J'ai une zone à visiter et, tant qu'à avoir un Exorciste qui a fait ses preuves avec moi, autant aller sur place ensemble... et avec son consentement, c'est tout de même mieux. Le voyant aquiescer d'un hochement de tête, je me mets paisiblement en route.

- « - Je suppose que oui. Ne vous en faites pas, si l'un d'eux entre dans mon champ de vision, il aura signé son arrêt de mort. »

Je me contente de sourire sans rien répondre ; il n'y a rien à redire. J'en prends bonne note est la seule pensée à m'avoir traversé mais je ne la laisse aucunement se voir sur mon visage. Le calme est la seule chose qui y règne actuellement, avec la tranquillité bien sûr. Arrivé sur la zone, ayant observé les alentours durant le trajet sans le montrer, je me fais moins discret quand il s'agit d'examiner les décombres. Je compare en silence, avec ma sérénité inchangée, les formes des ruines de cette zone et celles de la zone d'où je viens et je remarque quelques différences. L'Akuma qui a fait semble avoir des griffes, ou une arme tranchante, tandis que sur la première zone, c'est plus comme si un énorme marteau avait massacré les lieux. Un ou plusieurs. Je me redresse souplement, de la poussière de pierre entre mon majeur et mon pouce droits. Je frictionne mes deux doigts entre eux, écoutant attentivement le Maréchal bien que je ne le regarde pas.

- « Je crains que nos amis ne soient encore au creux des bras de Morphée.
- Ou qu'ils s'emploient à engendrer douleur et tragédie pour grossir leurs rangs. »
, je poursuis paisiblement, un sourire tranquille aux lèvres.

La douleur engendre la tragédie et la tragédie engendre les Akumas. Une vingtaine de blessés signifie une vingtaine de personnes affaiblies. Mettant souplement mes mains dans mes poches, j'offre mon visage apaisé au ciel. Le groupe de civils qui nous a accueillis est protégé par le reste de l'unité. Les blessés ont été évacués dans une des deux seules zones de la ville à être encore intactes - comparé au tas de ruines nous entourant, lesdites deux zones sont plus qu'intactes. J'expire profondément avant d'intérioriser ma respiration.

- « Je vais voir les blessés. », j'annonce simplement.

Avec "Faites ce que vous devez faire" en implicite mais, ça, je n'ai pas besoin de le formuler à voix haute tant c'est évident. Je reagrde autour de moi jusqu'à tomber sur une zone au loin qui me semble potable pour accueillir des blessés et je commence à m'éloigner du mur auquel il est adossé. Ouais, zone potable et petite... à moins qu'elle n'en cache une plus grande. À voir.
© 2981 12289 0

H.R.P:
Nom de Thor que cette ouverture est courte et dégueulasse. TOT N'hésites pas si tu veux que je modifie un truc ou que je rallonge mon RP. /O/ Et pardon pour le retard, j'avais pas vu que tu avais répondu. ._. ( je sais ) ( je déconne /out )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Lun 14 Mai - 20:46
Vacances ruinées
Shiro & Kuro


"Crépusculaire, pas nocture. Ils officient au lever et au coucher du soleil seulement, pas entre les deux. »

Il leva les yeux au ciel sans chercher à le cacher, n'appréciant pas que l'autre le reprenne pour si peu. Il avait fait preuve de "politesse" jusqu'ici, mais s'il commençait à se la jouer ainsi, il le traiterait comme les autres. L'important était que les démons n'attaquaient pas en pleine journée, à quoi bon l'emmerder avec des détails ? Ça allait déjà être assez saoulant comme ça pour qu'il commence à écouter avec précision les indications d'un sale corbeau quasi inexpressif. Pourquoi était-il de base allé les aider, hein ? Il avait mieux à faire qu'attendre trois plombes les akumas et de supporter les types de l'Ordre durant ce temps.

Il suivit le corbeau jusqu'au lieu-dit et constata qu'il n'y avait comme prévu pas la moindre trace d'Akuma. Quel ennui... il n'y avait que des décombres inintéressants.. Il n'y avait plus rien de ce qui lui avait donné envie de venir visiter les lieux... juste du travail et une perte de temps conséquente en perspective. Il se demandait de plus en plus s'il était maudit pour que ce genre de chose lui tombe à chaque fois dessus. Il prit tout de même la peine d'aller jeter un oeil au débris, sachant d'avance que ce serait inutile et plutôt dans le but de passer le temps. Il se lassa rapidement et revint vers le brun, lui faisant implicitement remarquer l'inutilité de leur présence si tôt sur les lieux.

"Ou qu'ils s'emploient à engendrer douleur et tragédie pour grossir leurs rangs. "

Il ne semblait même pas peiné par les paroles qu'il prononçait. Pas plus que lui du moins. Ils pouvaient bien engendrer de la douleur et d'autres faiblards, il n'en avait rien à faire. Les Akumas existaient car des gens étaient assez stupides pour croire à la résurrection. Tout ça à cause de quelle genre de croyance, hein ? Bon, il n'allait pas commencer sur ce sujet, sinon il n'en aurait pas fini. Il se contenta de pouffer, s'appuyant contre un des rares murs qui tenait toujours debout.

« Je vais voir les blessés. »

Il lui lança un regard blasé. Le corbeau le laissait-il vraiment en plan pour aller voir des personnes dont il n'avait apparemment strictement rien à foutre ? Quel ennui... Il commençait à croire que la principale qualité attendue de la part d'une recrue chez les corbeaux était d'être insupportablement chiant. Probablement. Ils répondaient quasiment tous à cette description. Il souffla.

- Ouais, des fois qu'ils se blessent un peu plus sous le regard attentif de vos collègues.

Il le regarda de partir, l'air ennuyé. Que pouvait-il faire à présent ? Rien, il n'y avait rien à faire. Un exorciste normal partirait probablement à la recherche d'informations sur ses futurs ennemis, mais ce genre de chose le fatiguait inutilement. Grâce à ses yeux, il n'avait que très rarement à engager un véritable combat face aux Akumas, ceux-ci étant paralysés quelques secondes, ce qui lui laissait largement le temps de les achever. Et au pire, il était rapide, Kindness était puissante... Il se considérait comme une sorte de faucheuse pour les démons et ne craignait plus leurs attaques depuis bien longtemps. Elles étaient si ennuyeuses et dépourvues d'originalité !

Il décida de s'asseoir, toujours appuyé contre le mur, et sortit son calepin pour griffonner dessus. Il aurait bien fait une sieste, mais le moment ne s'y prêtait pas vraiment. Il avait beau avoir toutes ces qualités d'exorciste, il ne verrait rien venir s'il était endormi. Il continua donc de crayonner, se perdant des temps à autres dans ses pensées et ce pendant un long moment, peut-être des heures. Il fut sorti de ses pensées par le bruit d'une explosion, cependant lointaine. Il se leva, observant les alentours et vit de la poussière se dégager de là où le corbeau s'était dirigé. Et bien, ne lui avait-on jamais dit qu'une concentration importante d'humains attirait les akumas. Non ? Tant pis pour lui. Il se mit en route pour les lieux, un sourire au coin des lèvres.

- J'ai comme l'impression que l'on me désire par là-bas...


Hrp:
J'ai pas mal avancé de ce fait, et j'me suis dit qu'il serait temps d'exploiter le côté imprévisible de nos amis Akumas /o
N'hésite pas à me le dire si ça ne te va pas.




Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Jeu 17 Mai - 1:03
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaDon't give up now, we'll make it though somehow ; there's lots of living left, in this life not the next. Nobody know when it's their time to go, to go, to go... {but I do}. (The End is not the Answer → Three Days Grace)Les réactions du Maréchal à mes corrections et mes phrases m'amusent mais je n'en montre rien. Et bien, monsieur n'apprécie pas le fait d'être corrigé sur un petit détail insignifiant ? Pauvre chaton. J'ai mieux à faire que de ressasser ce moment de toutes façons et, ici, l'observation est la clef. Une fois mon inspection des environs opérée, je lui annonce simplement que je vais voir les blessés. Il serait étonnant que les Akumas ne cherchent pas à accroître leurs rangs, surtout maintenant qu'il y a un Exorciste qui se pose dans les environs. Je m'engage de ma démarche tranquille et efficace vers la zone que j'ai repérée, indifférent au regard blasé qu'il me lance en guise de réponse. Il fait bien ce qu'il veut tant qu'il fait son devoir.

- « - Ouais, des fois qu'ils se blessent un peu plus sous le regard attentif de vos collègues.
- Pourquoi une hypothèse ? »
, je réponds, me tournant de profil pour lui offrir mon sourire amusé.

Je continue de marcher et lui fais un simple signe pour le saluer, je plie tout mes doigts droits sauf l'index et le majeur. Une fois arrivé sur place, je me déplace entre les blessés, leur parle pour recueillir des témoignages supplémentaires. L'un deux me parle de chaînes et je garde cette information dans un coin de mon esprit, avant de me diriger vers mes collègues. J'arrête certaines hémorragies externes discrètement et seulement si un bandage a déjà été placé dessus, puis je m'adosse à un mur pour observer le tout, me restaurant lorsqu'il est temps. J'en profite pour dormir d'un sommeil léger, à l'affût du moindre petit détail malgré mon sommeil, et je me réveille ainsi alors que le soleil entame la dernière moitié de sa descente.

Quinze heures quarante ? Un début d'agitation m'entoure. Que se passe-t-il ? Certains de mes collègues sont paniqués. Eh bien, le sang-froid ne s'apprend pas... Aussi serein et paisible qu'à l'accoutumée, ne semblant pas du tout sortir d'une séance de sommeil réparateur, j'intercepte la conversation de deux d'entre eux.

- « Ça craint, le groupe de civils qu'on protégeait a été attaqué.
- Ils ne sont plus loin d'ici, ça va aller pour eux.
- Les Akumas vont surtout se rameuter ici !

- Alors dites aux trouveurs de préparer les barrières.
- Ça ne neutralisera pas les Akumas de niveau deux ou trois s'il y en a ! »
, me réplique-t-il.

Je me contente de lui sourire aimablement en hochant la tête, arquant imperceptiblement un sourcil amusé. Non, tu crois ? Comme c'est étonnant... Son collègue pose une main sur son épaule avant qu'ils ne s'activent pour préparer le terrain. Étonnant que l'Inspectrice Maelrys ne soit pas ici, aurait-elle des problèmes sur la zone qu'elle est allée vérifier ? Peu probable mais, vu l'agitation présente autour de moi, parfaitement plausible. Les civils arrivent enfin... avec trois Akumas de niveau un aux trousses. Magnifique. J'empoigne une bande de sorts et me dirige vers un membre du Crow en charge des blessés, d'un pas rapide et paisible.

- « Combien y a-t-il de blessés ?
- Là ? Quatorze. Trois sont morts pendant que vous arriviez.
- Merci. »


Et ça vous aurait arraché les boyaux de nous prévenir ou de répondre correctement à ma question de tantôt ? Crétin qui croit tout gérer. Je me tourne vers les Akumas, bien plus proches, et me concentre aussi bien sur eux que sur les alentours. Où sont les Akumas de niveau deux ? J'affine mon regard, de façon à ne laisser échapper aucun détail, ayant ainsi un regard vide qui ne semble pas du tout se préoccuper de la moindre poussière. Mon expression devient froide alors qu'au fond je suis simplement calme et serein.

- « Restez derrière les trouveurs ! »

Comme si je vais laisser des trouveurs protéger mes divins arrières. Deux Akumas se retrouvent piégés dans des barrières anti-Akumas mais le dernier est un peu trop près maintenant. Vu que le trouveur est manifestement lent, je m'approche plus franchement de l'Akuma, mes bandes de sorts activées, et je relâche Kureha Nenki dans sa tronche mécanique pour le ralentir momentanément. Rapidement, je sors mes propres sceaux pour le sceller, sans laisser quoi que ce soit autour de moi m'échapper. Je m'écarte du scellé pour observer un point à l'horizon. L'air empeste la mauvaise nouvelle et le vent est chargé d'une attaque à venir. Cela se sent aussi à l'ambiance qui s'est alourdie. Je regarde les barrières, qui ont l'air de tenir et qui tiendront au moins jusqu'à la venue du Maréchal, puis je me détourne sans changer d'attitude et d'expression. Je vais directement vers un membre du Crow.

- « Des nouvelles de l'Inspectrice Aelhaern ?
- Aucune depuis deux heures. Elle nous contactera quand elle aura quelque chose à nous dire.
- Je vois. »
, je réponds simplement en inclinant furtivement la tête.

Les Akumas ont peut-être fait une exception pour elle, qui sait ? Ça expliquerait son silence, vu qu'elle a l'habitude de donner de ses nouvelles au moins une fois toutes les trente minutes en mission. Au moins et dans un contexte calme. Même là... Mon expression paisible et tranquille, comme mon regard qui semble vide, semblent désarçonner certains. Qu'à cela ne tienne, s'ils ont du temps à perdre ainsi ça les regarde. Alors que je vois le Maréchal arriver, il s'est presque fait attendre celui-là, une autre explosion retentit du côté de la zone où Maelrys est allée. Magnifique.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Sam 19 Mai - 18:43
Vacances ruinées
Shiro & Kuro


Sacrés Akumas. Il ne savait pas s'il s'agissait des mêmes que ceux qui étaient supposés attaquer aux crépuscules,  mais s'ils l'étaient il ne se gênerait pas pour railler un peu le corbeau qu'il l'avait amené sur la zone des heures à l'avance. Rien ne disait après tout qu'un Akuma allait attaquer deux fois au même endroit, surtout si la majorité des civils se trouvaient ailleurs. Se rapprochant de la zone attaquée, il commença à entendre des cris de civils effrayés et vit bientôt les corbeaux s'agiter et donner des instructions. Il avait été rapide, mais les Akumas avaient eu le temps de foutre un beau bordel quand même. Et il ne s'agissait que de niveaux uns. Ils devaient vraiment être teubés pour avoir des blessés alors qu'il ne s'agit que des Akumas les plus faibles... même les barrières pouvaient les tenir un certain moment.

Il se posta à côté du corbeau qui venait de sceller un Akuma, un léger sourire aux lèvres. Il était bien le seul qui n'avait pas l'air paniqué. À croire que tout le reste du Crow ainsi que les trouveurs n'avaient jamais été pris par surprise par des Akumas. Ah... sans leur commandant, ils ne valaient décidément pas grand chose. Déjà qu'avec, ce n'est pas la joie, alors imaginez... Il eut un rire.

- Magnifique. Il semblerait que votre idée ne soit pas la meilleure et que vos équipiers soient aussi utiles que les civils.

Voir moins utiles qu'eux. Oh, il n'allait pas lui en vouloir pour ce petit commentaire, il allait après tout leur sauver la peau. Avec une facilité et une classe déconcertante, mais il allait le faire. Par contre, il ne voyait pas les akumas de niveau deux... ce qui signifiait qu'ils n'étaient pas à l'abris d'une nouvelle attaque. Si les Akumas ne se joignaient pas d'eux-mêmes à la fête, il faudrait les trouver, ou les attendre ici et assurer par la même occasion la protection de tous ces bons à rien. Sur le chemin il avait entendu des explosions venant d'une autre partie de la ville, peut-être étaient-ils là bas en train de faire une petite fête de leur côté.

Il activa Kindness et dépassa le corbeau pour venir détruire l'Akuma qui était scellé. Il s'éloigna de quelques mètres pour ne pas être pris dans l'explosion, ce qui le mena auprès des trouveurs qui étaient toujours terrorisés même en ayant capturé les deux akumas avec plusieurs barrières... sans doute un peu trop, d'ailleurs, ce qui allait de pair avec leur peur.

- Et si vous rendiez leur liberté à ces pauvres Akumas ? Les expressions que firent les hommes à ce moment-là étaient hilarantes. Comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort pour eux. Ahh... ne se rendaient-ils pas compte qu'avec le grand maréchal à leurs côtés, ils ne risquaient plus rien ? Il reprit sur un ton plus autoritaire. Libérez-les.

Il n'avait jamais tenté de détruire des Akumas enfermés dans des barrières et ne comptait pas faire de cette occasion un crash-test. Les trouveurs se décidèrent enfin à relâcher les Akumas et Shiro utilisa ses yeux pour instantanément les paralyser, épargnant ainsi aux hommes de se faire dessus en voyant les démons bouger. Il alla ensuite tranquillement les achever avant de se retourner vers le corbeau insensible en désignant l'endroit où d'autres explosions se faisaient entendre.

- Quelqu'un se trouve t-il encore par là-bas ?

Il attendit la réponse du brun puis se mit en route, prenant la même vitesse que celle qu'il avait adopté pour faire son entrée héroïque. Il ne tarda pas à arriver sur les lieux, se postant en hauteur afin de repérer rapidement les akumas. Ceux-ci ne devraient pas tarder à faire de nouveaux dégâts et à ainsi leur indiquer leur position.




Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Lun 28 Mai - 1:22
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaDon't give up now, we'll make it though somehow ; there's lots of living left, in this life not the next. Nobody know when it's their time to go, to go, to go... {but I do}. (The End is not the Answer → Three Days Grace)Un rire survient à côté de moi, que j'apparente sans mal à celui du Maréchal. Je l'ai entendu arriver, même si j'ai émis des doutes vu qu'il était en train de courir. Enfin, une telle démarche ne peut appartenir qu'à lui et sa voix me le confirme. Un sourire amusé s'allume sur mes lèvres. Il prononce le mot auquel je pense,
en plus ? Amusant.

- « Magnifique. Il semblerait que votre idée ne soit pas la meilleure et que vos équipiers soient aussi utiles que les civils.
- Ravi de vous revoir, maréchal Takuya.
, je réponds simplement.

Je le regarde éliminer l'Akuma que j'ai scellé sans aucune peine, observant sa manière de faire. Si je me retrouve à devoir me battre à ses côtés, j'aime autant savoir comment il se comporte dans ce genre de cas pour pouvoir m'adapter à ses mouvements et en découdre beaucoup plus rapidement. D'autres explosions retentissent alors que le Brun s'adresse aux trouveurs, d'abord avec décontraction, puis avec un ton autoritaire. J'arque un sourcil amusé. À se demander pourquoi ils sont aussi apeurés alors que, sur d'autres missions, ils se sont montrés diablement efficaces. Le lieu, peut-être ? Je hausse les épaules. Qu'importe. Je regarde les Akumas libérés... qui ne bougent pas pour autant. Mes yeux se déportent sur le Maréchal. Ses yeux ? Une double Innocence ? À vérifier. Une autre explosion retentit dans mon champ de vision et je tourne mon attention vers cette dernière. À tous les coups, il s'agit de l'Inspectrice. Sans doute en difficulté, vu toutes les explosions qui retentissent.

- « Quelqu'un se trouve t-il encore par là-bas ?
- L'Inspectrice Aelhaern et un civil. »
, je réponds simplement avant d'emboîter le pas au Maréchal qui se met déjà en route.

Courant aux côtés du Maréchal sans difficultés, sautant par-dessus les gravats ou les évitant soigneusement suivant ce que j'y trouve du regard, une explosion beaucoup plus violente que les précédentes retentit. En Ba. Je sors mes propres sceaux et je vois l'Inspectrice sortir du nuage du fumée, une esquive à en juger la vivacité de son geste. Elle ne darde qu'un simple regard sur nous avant d'esquiver une nouvelle attaque d'un niveau deux et de parvenir à le sceller. J'observe les alentours. Aucune autre trace d'Akumas. Je vais à l'encontre de l'Inspectrice.

- « Blessée ?
- J'ai de quoi me soigner.
- Bien.
- Vous tombez à pic. Ils sont cachés dans les sous-sols de cet édifice. On est tombé sur eux par hasard, ils en ont profité pour prendre le civil qui me guidait. L'un d'entre eux possède des griffes tranchantes. Et peut aussi en faire surgir de nulle part. L'autre peut vraisemblablement se fondre dans le décor.
, dit-elle, en s'asseyant face à l'édifice. Allez-y, je me soigne et je vous rejoins. »

Je hoche la tête paisiblement et la regarde bander sa jambe. Un simple bleu. Avec une légère trace de coupure... et une odeur que j'identifie sans mal. Je m'approche d'elle et me baisse à son niveau.

- « Qu'y a-t-il ?
- Lequel vous a infligé cela ?
- Le griffu. Pourquoi ?
- Ses griffes sont empoisonnées. Permettez ? »


Je fouille sous ma cape ma réserve d'antidotes que j'ai toujours sur moi. Avec un peu de chance, j'ai les bons. Je la laisse arrêter son hémorragie et j'applique un onguent sur sa plaie. Je lui tends un autre liquide.

- « Une gorgée. Au cas où. », j'explique tranquillement.

Elle hoche la tête, boit et finit de se soigner. Je me lève tout en rangeant mes antidotes, avec la fiole qu'elle m'a rendue. Je me tourne vers le Maréchal et m'avance vers l'édifice. Griffes empoisonnées, donc... Inutile perte de temps. Je gagne rapidement les ruines de l'édifice, laissant autour de moi ma sérénité et ma tranquille assurance.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Mar 19 Juin - 17:32
Vacances ruinées
Shiro & Kuro


Le brun acquiesça et indiqua qu'une inspectrice et un civil se trouvaient sur les lieux. D'accord. Si l'inspectrice était un tant soit peu plus douée que ceux présents sur les lieux, les deux seraient encore en vie à son arrivée. Mais quelle idée d'aller se paumer là-bas alors qu'un groupe s'était formé ici... encore pour un exorciste, il aurait compris, mais là... ça lui faisait juste perdre son temps et son énergie à courir après des Akumas qui seraient directement venus à lui sans la présence de ces deux boulets.  Il se mit rapidement en route, tout de même déterminé à en finir rapidement et à s'épargner le désagrément de retrouver deux tas de cendres à la place des deux personnes. Il ne fut pas surprit en constatant que le corbeau n'avait pas de mal à le suivre, bien qu'il n'était pas à sa vitesse maximale, ces types là recevaient probablement un entraînement spécial... il faut ce qu'il faut pour ne pas être immédiatement buté par les Akumas quand on est pas un élu.

Ils arrivèrent apparemment au bon moment, une Crow sortant d'un nuage de fumée engendré par l'un de ses sorts. Celle-ci dissipée, il put voir un premier Akuma, scellé. Bien, elle n'était donc pas totalement inutile. Par contre, il semblait que le civil n'avait pas eu autant de chance qu'elle. Il se rapprocha des deux Crow afin d'éliminer la machine, puis de voir ce qu'elle avait à dire à propos des autres Akumas, et aussi du civil, même s'il en avait un peu rien à faire. Le sauver, c'était surtout le boulot du Crow tant qu'il était là.

"Vous tombez à pic. Ils sont cachés dans les sous-sols de cet édifice. On est tombé sur eux par hasard, ils en ont profité pour prendre le civil qui me guidait. L'un d'entre eux possède des griffes tranchantes. Et peut aussi en faire surgir de nulle part. L'autre peut vraisemblablement se fondre dans le décor. Allez-y, je me soigne et je vous rejoins. "

Il se tourna pour voir le bâtiment. Celui-ci était plutôt imposant, les sous-sols étaient probablement un véritable labyrinthe. Labyrinthe abritant deux Akumas du genre qu'il n'appréciait pas du tout, voilà qui serait amusant... il allait faire bouffer ses griffes au premier, et... il aviserait pour le deuxième, mais ça lui rappelait étrangement celui qu'il avait croisé en Egypte... ce qui n'était pas réjouissant. Il laissa le brun soigner sa collègue et lança avec ennui.

- Ne vous en faites pas, inspectrice. Nous n'avons pas besoin d'être trois pour mettre fin aux jours de ces deux pauvres bêtes et récupérer un civil. Par ailleurs, la bande d'incapables qui se trouve actuellement avec le groupe de civils pourrait avoir besoin de vous.

Un putain de corbeau lui suffisait, il n'était pas d'humeur à s'en coltiner deux pendant cette chasse. Ils ne feraient que le gêner...
Il s'engouffra dans l'édifice à la suite du corbeau, observant avec admiration l'intérieur. Si seulement il n'avait pas à chasser les démons, il serait libre de profiter des lieux et de tout ce qui va avec... enfin, il pourrait le faire en cherchant des indices sur la position des Akumas, mais les sous-sols ne seraient sûrement pas aussi attrayants. Ils ne tardèrent d'ailleurs pas à y arriver. Des couloirs et des pièces sombres, aucun signe des démons pour le moment, si ce ne sont quelques traces sur le sol et les murs indiquant que des griffes en étaient probablement sorties il y a peu de temps. Il activa ses Yeux Divins afin d'avoir une vision convenable dans l'obscurité, mais aussi de prévoir une protection au cas ou l'un de ces Akumas aurait la merveilleuse idée d'essayer de le prendre par surprise.

Il suivit longuement les traces de griffes, n'y trouvant pas la moindre logique et cherchant donc simplement à repérer les Akumas. Si l'un était discret, le second irait probablement à leur rencontre sous peu. Après tout, les Akumas n'étaient pas connus pour leur malice, même si ceux-là avaient réussi à prendre un otage. Si celui-ci se mettait un peu à crier, ça l'arrangerait un peu d'ailleurs... Ennuyé par le manque d'action, il se tourna vers le corbeau, s'autorisant une petite curiosité.

- Anata wa nihonjin ka? (Es-tu japonais ?)

Il avait un léger doute, mais savais bien reconnaître un japonais d'un autre asiatique. Le problème était que voir un autre japonais était... extrêmement rare, pour ne pas dire impossible. Et quoi de plus efficace qu'employer la langue pour être sûr d'obtenir une réponse certaine ? Enfin, en oubliant le fait que le brun ait pu apprendre à parler japonais, mais connaissant la situation du pays, il y avait peu de chances.





Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Sam 14 Juil - 21:10
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaDon't give up now, we'll make it though somehow ; there's lots of living left, in this life not the next. Nobody know when it's their time to go, to go, to go... {but I do}. (The End is not the Answer → Three Days Grace)Alors que je me redresse, le regard ennuyé du Maréchal me fait sourire avec amusement. Je ne commente rien cela dit et laisse l'Inspectrice gérer la suite de ses soins, elle sait mieux que moi ce dont elle a besoin là tout de suite. J'écoute ce que dit le Brun d'une oreille tout en jaugeant l'édifice de l'autre. Le fait qu'il tienne encore debout ne laisse que très peu de doutes quant à sa composition. À la fois présent et dans mes réflexions, une tranquille assurance m'auréole tandis que je réfléchis à toute vitesse.

- « Ne vous en faites pas, inspectrice. Nous n'avons pas besoin d'être trois pour mettre fin aux jours de ces deux pauvres bêtes et récupérer un civil. J'arque un sourcil à la fois amusé et malicieux à cette affirmation mais n'ajoute rien de plus. Par ailleurs, la bande d'incapables qui se trouve actuellement avec le groupe de civils pourrait avoir besoin de vous.
- Très bien. Je vous retrouve tous là-bas. »
, elle répond simplement, sans se départir de son calme.

Je hoche la tête et achève de me détourner pour gagner rapidement l'édifice. Je suis les traces de griffes sur le sol et les murs, ayant déjà une stratégie en tête pour l'Akuma qui se fond dans le décor. Pour l'autre, le Maréchal se débrouillera très bien sans moi. L'obscurité des sous-sols est apaisante et j'y progresse sans perdre une once d'assurance ou de sérénité, ma démarche étant identique à celle que j'ai lorsque je me promène. J'observe avec une grande minutie les traces de griffes qui nous entourent tout en donnant l'impression que mon regard ne voit seulement ce qui est devant moi. Tout regarder sans tout voir. Je sens un très léger déplacement d'air mais je ne m'alarme pas. Il ne provient pas des akumas mais du Maréchal qui vient de bouger pour se tourner un peu plus vers moi. Sa question me fait sourire, paisiblement et sereinement.

- « Anata wa nihonjin ka ?
- Sô desu, Takuya-san. »


Clair, concis, précis. Je souris avant de caresser des griffures du bout des doigts, que je frictionne ensuite entre eux tout en poursuivant mon chemin et bifurquant dans une autre salle. Ma marche est volontairement lente et mes yeux à demi-ouverts. Je suis plus concentré sur les informations livrées par mes oreilles et ma peau que par mes yeux. Je n'en reste pas moins ouvert à la conversation qu'il vient d'instaurer, une intéressante conversation qui plus est. Ce ne sont que plusieurs minutes, sept à peu près, plus tard que je m'arrête, une lueur malicieuse dans le regard.

- « Je m'occupe de celui qui se fond dans le décor. »

En riant légèrement, comme si je viens de dire une plaisanterie que je suis le seul à comprendre, je me dissimule en laissant mon rire s'évanouir dans l'obscurité des lieux. Mes bandes de sorts sont de sortie et je me suis volontairement accroupi, prêt à me plaquer au sol comme bondir. S'il peut se fondre dans le décor et donc dans l'air... je ferme les yeux, dégageant le plus que je peux ma peau pour percevoir le plus de déplacements d'air possible. Puis j'attends. Je sens qu'ils ne vont pas tarder à se montrer, ces petits malins crépusculaires...
© 2981 12289 0

H.R.P:
J'ai pris un peu les devants, j'avoue tout. /out

AH AU FAIT. Si tu fais intervenir l'Akuma que Kuro traque, il va lui sauter à la gueule pour le sceller cash.
- et même si Shiro n'en a pas envie, ils ont encore un civil à trouver 8D Love on you  In love  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Sam 28 Juil - 20:12
Vacances ruinées
Shiro & Kuro


Joie. L'inspectrice accepta d'aller rejoindre ses collègues sans trop broncher. Peut-être réalisait-elle son inutilité dans la situation présente. Enfin, ça lui importait peu, tant qu'elle ne restait pas dans ses pieds. Il avait assez d'un seul corbeau dans les parages... et un, c'était déjà trop de base. Le seul point positif était qu'il semblait un minimum compétent. Et il savait se la fermer, aussi. Bon point. Il le suivit dans l'édifice et commença à chercher quelques indices sans y porter plus d'intérêt que ça. Puisque le Crow était là, il allait se démerder hein... Le brun se préparait simplement à éviter une attaque. Il préférait ne pas risquer de se prendre une griffe dans le cul par manque d'attention. Ses Yeux Divins activés, il voyait plutôt bien dans la pénombre et pouvait aussi quasi-instantanément se protéger, ce qui était quand même pratique dans une situation pareille. Non pas qu'il s'inquiétait, mais bon.

Autant par ennui que par curiosité, il questionna le corbeau à propos de ses origines, usant de la langue qu'il soupçonnait d'être natale l'autre, tout comme pour lui. S'il avait raison, et bien... ce serait aussi surprenant qu'intéressant.

"Sô desu, Takuya-san."

Il esquissa un large sourire. Alors il allait peut-être un peu moins s'ennuyer pour la suite de cette stupide mission. Il devait avouer qu'il était curieux de savoir de quelle région il venait, et comment il avait fait pour s'en sortir. Des questions peut-être indiscrètes... mais le corbeau n'avait de toute manière pas une tête à devoir être ménagé.

- Voilà qui est intéressant, mon frère. D'où viens-tu exactement ? Et comment se fait-il que tu n'es pas six pieds sous terre ?

Ouais, il n'était pas tellement coutume de se considérer comme"frères" entre asiatiques, mais ils devaient à présent être si peu que leur nombre devrait correspondre à celui d'une fratrie. Et cela ne signifiait pas non plus qu'il l'appréciait... disons simplement que pour un corbeau, cela lui faisait une qualité.
Ils continuèrent durant de longues minutes d'explorer et d'examiner l'édifice, sans trouver le moindre signe de vie des Akumas ou de l'otage. L'édifice semblait vraiment grand, et les Akumas avaient eu le temps de faire le tour du propriétaire bien avant eux. Le maréchal restait cependant persuadé qu'ils finiraient par se montrer d'eux-mêmes. Les humains, et par extensions les innocences, les attiraient...

"Je m'occupe de celui qui se fond dans le décor."

Il ne comprit pas l'origine de son rire et ne chercha pas non plus à l'interroger, heureux de le voir s'éloigner en décidant de prendre l'Akuma le plus énervant pour cible. Ça lui allait parfaitement, même si cela ne garantissait pas qu'il n'allait pas lui même tomber dessus. D'un pas tranquille, il continua de suivre les griffes laissées derrière par sa cible. Il devait être de niveau deux... voir trois, mais cela ressemblait plus à une capacité d'Akuma de niveau deux. Il s'éloigna encore un peu du corbeau, ne sentant presque plus sa présence, jusqu'à en sentir une nouvelle. Une seule. Un Akuma, donc. À moins que le civil ait été laissé derrière.

Il ne tarda pas à avoir sa réponse, puisqu'une masse armée de griffes acérées fonça sur lui, lui laissant tout juste le temps de s'écarter. Le brun pouffa, constatant qu'une mèche de ses cheveux y avait échappé de peu. Il se tourna vers la machine, activant son innocence.

- Tu sais ce que je fais à ceux qui tentent de ruiner ma coupe ?




Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Jeu 23 Aoû - 14:40
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaDon't give up now, we'll make it though somehow ; there's lots of living left, in this life not the next. Nobody know when it's their time to go, to go, to go... {but I do}. (The End is not the Answer → Three Days Grace)Un large sourire accueille ma réponse. Amusé, les commissures droites de mes lèvres s’étirent légèrement tandis que j’observe les traces de griffes sur les murs. Certaines sont plus marquées que d’autres, les plus fines semblent le plus empester le poison. Intéressant. Paupières à moitié fermées, je me focalise sur les informations délivrées par mon ouïe et ma peau. Ma vue ne me sera pas très utile vu l’obscurité des lieux, de toutes façons. Serein et calme, mon attitude à elle seule fait comprendre que je suis conscient de tout ce qui m’entoure tout en restant détaché de mon environnement. La conversation entamée en japonais se poursuit et une douce tranquillité envahit mon regard. Tout en écoutant le Maréchal, je remarque que les traces de griffures sur les murs sont plus fines mais plus présente.

- « Voilà qui est intéressant, mon frère.
- Plaît-il ?
, je dis, un sourire amusé sur le coin des lèvres.
- D’où viens-tu exactement ?
- Tsushima.
- Et comment se fait-il que tu n’es pas six pieds sous terre ? »


Un léger rire m’échappe, suivi d’un sourire aussi doux qu’amusé. Intéressante façon d’aller droit au but, efficace avec ça. Je laisse mon hilarité passagère se tarir d’elle-même, opération qui prend moins de trois secondes, avant de parler.

- « De la chance et des bons contacts., je réponds clairement. Et toi ? »

***

Je me plaque au mur, laissant tout de même un mince espace entre lui et moi. Je ferme un peu plus mes paupières, me concentrant pleinement sur mon ouïe et mon toucher. Un son, ainsi qu’un vent fort, parviennent à mes sens. Je garde ces informations dans un coin sans négliger les sons plus infimes, les mouvements d’air plus subtils. Un soudain vacarme, produit par une attaque de griffes sortant du sol, n’arrive pas à me déconcentrer mais me fait perdre la trace d’un son aussi léger qu’une plume tombant sur de l’eau. La répartie du Maréchal m’informe qu’il va bien et j’ignore ainsi les bruits qu’il émet. Lui comme sa proie. Le même son ténu revient à mes oreilles et, toujours dissimulé, je penche le buste en avant, mes doigts tenant fermement mes sceaux personnels. Bien. Visage orienté vers le sol, genoux fléchis, j’attends patiemment que le deuxième Akuma daigne faire acte de présence. Il est inutile que je m’épuise à attaquer dans le vide.

Je cesse ma dissimulation durant moins d’une seconde, juste le temps pour l’attirer hors de sa tanière. Une bourrasque, légère, vient vers moi, s’arrête et s’éloigne. Hoho ? Prudent, le petit. Je reste immobile puis un autre bruit attire mon attention. Un bruit de chute. J’ouvre un peu plus mes paupières et reconnais le civil de tantôt. Il compte s’en servir comme appât ? Fais donc, petit Akuma prudent, fais donc. Le civil se met à léviter et je devine sans mal que c’est l’Akuma qui le porte. Je n’ai toujours pas bougé. Le civil s’apprête à être jeté dans les pattes du Maréchal mais l’Akuma commence à se matérialiser. Impatient, peut-être ? Hm, pour des Akumas qui avaient monté une telle stratégie… Hm. Il n’en reste pas moins prudent. Pourquoi pas, après tout. Un sourire aux lèvres, je me penche davantage vers le sol.

- « Coucou petite Innocence. », lance-t-il au Maréchal en se matérialisant totalement.

Je suis déjà sur lui et je le scelle directement, tirant sèchement le civil entre mes bras en arrêtant ma dissimulation au passage. Il serait tout de même fortuit que je le scelle avec l’Akuma alors qu’il peut nous fournir certaines informations, tout de même. Le civil sursaute et tente vainement de se débattre avant de s’immobiliser. Je me tourne vers le Maréchal, m’étant préalablement écarté de l’Akuma scellé et rouvrant mes paupières à demi par la même occasion. Je pose mon index sur les lèvres du civil qui s’apprête à hurler vu ses tremblements et il lève ses yeux vers moi avant de me lancer un regard rassuré et de se calmer. Du moins tremble-t-il moins. Je le lâche et remarque qu'il reste de lui-même près de moi. … Amusant. Une fois que le Maréchal a tué l’Akuma scellé, je hoche simplement la tête.

- « O tsukaresama desu, Takuya-san. »

Je me tourne vers le civil, le fixant de mes yeux paisibles et sereins, arquant un sourcil interrogateur. Il se tait et reste immobile, avant de secouer la tête en signe de dénégation et de se mettre à marcher. Hors de l'édifice. Plaît-il... Souriant légèrement et sereinement, je me mets en route. Si l'Inspectrice est parmi les blessés, il ne devrait pas y avoir plus de morts à déplorer.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 01/11/2017
Messages : 410

Localisation : Ne le dites pas à Alice...
Humeur : Libre ~


Dim 16 Sep - 19:12
Vacances ruinées
Shiro & Kuro


"Tsushima."

Oh ? Si ses souvenirs étaient bons, ce n'était pas si loin que ça de où il vivait autrefois. Amusant. Peut-être était-ce la région du Japon la moins touchée à ce moment-là, d'où le fait qu'ils aient pu la quitter vivants. Enfin... il se souvenait du chaos qui régnait, et rien que pour cette raison ça n'avait pas été une partie de plaisir, et quitter le pays n'était pas facile. Il était donc curieux de savoir comment il s'y était pris. Ce n'était certainement pas avec l'aide de l'Ordre...  Le brun eut un léger rire puis répondit.

« De la chance et des bons contacts., je réponds clairement. Et toi ? »

Le maréchal pouffa. Voilà qui n'était absolument pas une réponse ! Le brun semblait vraiment mystérieux. Peut-être avait-il des choses à cacher à l'Ordre ? Ça ne l'intéressait pas plus que ça au fond... voir pas du tout. Il répondit sur un ton amusé, désignant simplement ses pupilles rougeâtres.

- Ça a arrêté des démons, et ça en a attiré d'une autre sorte.

Lui n'avait rien à cacher de ce côté-là, même s'il aurait aimé être caché et ne pas être embarqué par l'Ordre à cette époque là..

[...]

Il avait immobilisé l'Akuma aux griffes grâce à ses yeux, et même si celui-ci tentait de l'atteindre en faisant sortir des griffes du sol, c'était inutile. Le danger qu'il représentait n'était déjà plus que de l'histoire ancienne à ses yeux. Il avança calmement jusqu'à lui et s'arrêta à à peine un mètre de distance. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il passa une main dans ses cheveux, les remettant en place. Qu'avait-il dit à propos de sa coupe, déjà ? Ah oui... Il leva son bras armé et vint lentement enfoncer la pointe de son arme au niveau du torse de l'Akuma, ignorant ses grognements. Il s'éloigna finalement pour ne pas être pris dans le souffle de l'explosion.

À peine cet ennemi avait-il disparu qu'il sentit une nouvelle présence... ou plutôt trois. Le Corbeau jouait-il à Chat avec l'Akuma et le civil ? Il fit demi-tour pour lui porter main forte. Plus vite ce serait réglé, et plus vite il pourrait retourner à ses chères vacances.
Il ne tarda pas à voir un homme léviter, et presque en suivant l'Akuma fit peu à peu son apparition, apparemment fier d'avoir ruiné tout seul sa propre couverture.

« Coucou petite Innocence. »

Il leva les yeux au ciel, se préparant à réceptionner le civil, mais se ravisa en voyant le brun surgir par derrière et sceller l'Akuma, récupérant par la même occasion l'otage au creux de ses bras. Vraiment pas inutile...
Il vint rapidement achever le démon puis rejoignit le Corbeau, jetant un regard dépourvu d'intérêt au civil qui semblait étonnamment calme pour quelqu'un qui venait d'être pris en otage par de véritables monstres.

« Otsukaresama desu, Takuya-san. »

Il hocha la tête en désactivant ses innocences. Il n'y avait plus d'Akuma ici, et si le camp de réfugiés était aussi hors de danger, sa mission se terminerait ici. Restait le rapport... mais le rapport pouvait attendre la fin des temps pour être écrit. Lui avait bien mieux à faire que de faire un stupide résumé d'une mission sans importance, surtout en sachant que le corbeau l'aurait déjà fait au préalable.

Ils quittèrent les lieux et marchèrent silencieusement en direction du camp de réfugié, allant à la vitesse du civil, c'est à dire assez lentement pour lui donner envie de dormir debout. Pourquoi l'avaient-ils secouru, déjà ? Ah oui, pour perdre du temps...
Lorsqu'ils arrivèrent au camp, le maréchal l'examina du regard, et force était d'avouer que tout allait pour le mieux. Il se tourna vers le corbeau.

- Autre chose ? Le devoir m'appelle ailleurs.

Rencontrer un autre japonais avait un peu égayé la mission d'une certaine manière, mais tout cela avait assez duré. Il lui restait une partie de la journée pour ne rien faire !




Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 02/04/2018
Messages : 61

Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Voir le profil de l'utilisateur




Kuro Kai
Un chemin, ça se dessine une fois que l'on a marché
Mar 18 Sep - 15:08
Serenity all around you...Kuro Kai & Shiro TakuyaDon't give up now, we'll make it though somehow ; there's lots of living left, in this life not the next. Nobody know when it's their time to go, to go, to go... {but I do}. (The End is not the Answer → Three Days Grace)Je souris en voyant le Maréchal hocher la tête et désactiver ses Innocences. Des démons d’une autre sorte, hein… Mon sourire se teinte d’amusement. Intéressant.  Je me mets en marche sans plus de forme de procès, aux côtés du civil. La main de ce dernier tient fermement ma manche et son emprise se relâche à mesure que nous nous rapprochons des autres. Le silence nous entoure et renforce la quiétude dans laquelle j’ai l’habitude de baigner. Serein, un sourire paisible au visage, mains dans les poches, je contemple les ruines qui nous entourent. Je ne prends même pas la peine de vérifier du regard si le Maréchal nous suit, mes oreilles reconnaissent sa démarche à mes côtés. Tout en marchant, mon esprit rédige le contenu de mon rapport en pensée. J’ai le temps de réfléchir à la totalité, remerciant d’un léger sourire le Maréchal et le civil de garder le silence. Une fois arrivés, le civil part rejoindre ses confrères, non sans nous remercier oralement. Il tremble toujours un peu mais j’imagine que c’est normal après ce qu’il a vécu.

J’interpelle Maelrys du regard quand j’arrive à capter ses yeux et elle hoche sa tête, finissant de superviser quelque chose visiblement. Je me tourne vers le Maréchal, au trois quart de profil pour lui, en le sentant se tourner vers moi. Impatient, peut-être… ? Un sourire tranquille et enjoué étire mes lèvres. Les mots ne tardent d’ailleurs pas à venir. Direct et efficace. Attitude appréciable. J'arque un sourcil interrogateur. Oui ?

- « Autre chose ? Le devoir m’appelle ailleurs.
- L’Inspectrice Aelhaern voulait te parler. »
, je réponds simplement.

Cela dit, je détourne mon regard vers les civils qui ont l'air apeurés mais bien portant. Le Crow les encadre bien, comme quoi ils ne sont pas aussi inutiles que tout à l'heure. Certains, en tous cas. Mon sourcil s’arrondit vaguement et je me tourne vers l’Inspectrice qui vient vers nous, avec son habituel enthousiasme. Toujours là à point nommé… Je souris doucement tout en inclinant légèrement ma tête sur le côté droit. Amusant. Maelrys s’arrête près de nous et me lance un regard interrogateur. Je hoche simplement la tête.

- « Aucun dommage.
- Bien. Maréchal Takuya, le Commandant Alexander et votre apprentie vous cherchent. Il serait peu avisé de les évincer, n’est-ce pas ? »
, dit-elle, yeux plantés dans les rubis du Maréchal, un ton de voix sérieux mais clairement amusé.

Le Maréchal, la moue dégoûtée, part dès la mention à Alice faite. Maelrys soupire, les yeux rieurs, et me fait signe de venir. Elle m'explique brièvement la situation. Il n’y a plus d’Akumas ici mais il y a apparemment des informations non-négligeables à obtenir. … Soit. Je sais déjà quel civil je vais aller interroger.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe-
Sauter vers: