:: Le Monde :: Europe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Drunk in Ichor - Paris [PV Lavi Jr., Heath, Rudy]

avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 27


Dim 13 Mai - 12:18
Micah...

Micah. Ce nouveau moi, qui il y a quelques minutes à peine a été capable de décimer un groupe de cinq Akumas à mains nues sans jamais réellement y investir le moindre effort.

Micah. Noah de l'Humanité, mémoires du récit de ces hommes qui perdent la foi, de ces miracles et manifestations divines qui faiblissent à travers le temps. Témoins d'un changement d'ère, d'un monde nouveau qui se façonne peu à peu.

Micah. Ce nouveau moi qui a changé le regard de parents sur un fils en celui de faibles hommes sur quelque chose de plus grand qu'eux. Cet espèce de mélange de peur primale et d'admiration. Et quelque part, je ne sais pas. Je ne sais pas si je déteste ça.
Micah. Quelques heures maintenant seulement que je suis toi, et déjà, tu me fais douter. Tu me fais changer. Pour le mieux, oui, mais est-ce un mieux qu'ils seront prêts à accepter?

J'y songe, entre deux pas dans les rues de la Paris nocturne. Celle qui n'a pas besoin de lune pour briller de mille feux, celle qui ne dort jamais. « Ville lumière », disent-ils.
Ce soir, sur le bitûme de la Ville Lumière, un fragment d'étoile marche sans réel but, à cogiter, ressasser les visions de ces autres vies. Et les questions sont nombreuses, dans cette cervelle qui ne cesse de penser.

Qu'est-ce que c'est, être un Noé ?
C'est... Vrai, tout ce que j'ai vu ?
Ils vont revenir pour papa et maman ?
Et la suite alors...?


A certaines de ces questions, une réponse instinctive qui s'impose tout naturellement. A d'autres ne se présente qu'un voile de doutes et mystères inélucidés.

Bordel, je sens que les prochaines journées ne vont pas être de tout repos.

Un sourire d'ironie sur mes lèvres, et je relève les yeux pour de nouveau regarder devant moi. Un luxe nouveau et pas désagréable, ceci dit : celui de pouvoir marcher pensif dans Paris sans risquer de rentrer dans quelqu'un d'autre tous les trois pas. Parce qu'ils savent, inconsciemment, tous ceux-là autour. Alors quand je passe, ils s'écartent.
Oui, vraiment. Je ne sais vraiment pas si je déteste ça.

Maiiiis, avant de prendre goût, il va s'agir de maîtriser. De comprendre, d'affuter. Et peut-être après, de s'investir. Sûrement... Vais-je seulement avoir le choix ?
Après tout, il ne tardera pas à réclamer son vassal, ce Compte. Que feras-tu alors à ce moment, Micah?

Tseh. L'avenir le dira. L'avenir me doit beaucoup de réponses, à vrai dire. Ce que le présent me doit, en attendant, c'est un bon verre d'alcool. Ca tombe bien, mes pas m'ont menés hors de la Paris d'en bas pour arriver vers celle qui brille. Lampes et commerces qui illuminent les rues, et parmi ces commerces, ce bar à ma gauche. Une oeillade vers l'établissement, puis ma main pour tâter le fond de mes poches, et y sentir ma première paie d'il y a quelques semaines, encore quasi-intacte.

Bien. En ce cas, je ne vois aucunes raisons de ne pas noyer le trop-plein d'émotions de cette nuit dans quelques verres, n'est-ce pas ?

***

« Quelque chose de fort, barman. »

Car quitte à boire, autant le faire jusqu'au bout. un signe vers l'homme derrière le comptoir, alors que mes pas m'y ont menés, de l'entrée de cet établissement classieux jusqu'au tabouret sur lequel je m'assied. Une maigre attente pendant laquelle je joue du bout de l'index sur le bois massif de ce comptoir, pour finalement vite me faire servir. Plus vite que d'habitude, même.
« Merci. »

Un signe de tête suivi d'un sourire aimable, et le barman retourne à ses affaires, non sans m'avoir fixé un court instant. Quelque chose de similaire à ce que j'ai pu retrouver dans les yeux de mes parents, il y a quelques heures. Dans ceux de ces passants, aussi. De quoi m'arracher un soufflement de nez entre deux gorgées.

« C'est ta façon de me dire que les miracles existent encore, vieil homme ?
Il est un peu tard, pour ça. Et tu t'es trompé de cible...
 
»

Phrase murmurée à soi-même, d'une voix basse, à la fois rieuse et amère. Enfin, je tend la main pour lever mon verre à une assemblée invisible, pour boire une grande rasade.
Un toast à la fin du mensonge, messieurs dames.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 350

Localisation : Arche des Noés
Humeur : Hum... ironique

Disponibilité : Actif

Dim 13 Mai - 19:19
Une autre « mission »… il n’y voyait pas forcément d’inconvénient, surtout qu’il avait besoin de se changer les esprits. Cependant, il ne savait pas combien de temps cela allait durer encore. Pourrait-il vraiment continuer alors qu’il avait pratiquement reprit tout ces anciens souvenirs ou devait-il retrouver son « maître » ? Cela lui partait encore à confusion et il n’avait pas vraiment quelqu’un à qui en parler pour tenter d’aller dans la bonne direction. Alors chercher un nouveau membre de la famille en étant comme ça…
Enfin, le Comte faisait ce qu’il voulait… Enfin, ce n’était pas comme s’il était seul pour faire ça au moins. Une vraie délégation.

Prenant tout de même son temps, il se dirigea entre les ruelles de l’Arche avant de prendre la porte qui le mènerait à destination pour rejoindre les deux autres. Heath qu’il avait rencontré il y avait peu de temps de cela et Rudy qu’il avait vu… peu avant que ça ne dégénère avec le couple d’exorciste. Il soupira.
Quand il arriva enfin sur plus, les deux autres était déjà là et pourtant, il était venu dès que le Comte lui avait « ordonné » alors il n’avait pas la sensation d’être en retard. D’un commun accord ils se séparèrent et alors que ses deux aînés dans la famille se dirigeait vers la maison de leur nouveau « frère », il montait en ville pour faire pleinement connaissance avec ce dernier. Il devait avouer qu’il était un peu curieux. Devait-il garder sa forme de Noé ou prendre sa forme humaine pour passer inaperçu ? Là était le dilemme surtout qu’il n’avait pas pensé à le demander aux deux autres. Enfin, n’étant pas vraiment à l’aise avec sa forme « humaine » récemment, il garda son joli teint mate de Noé et tant pis pour le reste.

Marchant à pas lent dans les ruelles, il se laissa guider par le sentiment de familiarité pour remonter la piste du nouveau éveillé avant de se retrouver devant la devanture d’un bar. Au moins, peut-être pourraient-ils lier l’utile à l’agréable.
Il poussa la porte, saluant d’un signe de la tête le tenancier avant de rejoindre son « frère » au comptoir, s’y appuyant tout en le regardant.

Salut à toi mon frère… Dit-il d’un air neutre.

Il contempla le Noé à côté de lui, attendant sa réaction. Que pouvait-il dire d’autre ? Lui demander si tout allait bien et si son éveil c’était bien passer dans le genre politesse et autres courtoisies ? Il trouvait ça simplement stupide, un éveil se passait rarement bien. Alors il attendrait simplement de voir comment l’autre réagirait à son approche et puis au pire… les deux autres arriverait dans pas longtemps.
Pourquoi l’avaient-ils laisser prendre contact le premier déjà ?

Je m’appelle Yanwë, il semblerait que nous faisions partie de la même « famille » à présent.

Pour l’air convaincu on pouvait faire mieux… mais soit.
Profitant que le barman se soit rapproché, il commanda un verre de liqueur.



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 27


Dim 13 Mai - 20:19
Ou plutôt, à la fin d'un mensonge, pour le début d'autres encore différents.

Un mot qui sonne à mon oreille. Un mot qui ne me plait pas, pour être très précis. Quelque chose de dérangeant, dans ce qu'il rappelle, ce qu'il sous-entend. Alors avant même de me retourner vers celui qui l'emploi, les yeux se ferment en un léger, très léger soupir. Le coude se lève, que l'ultime gorgée de me fond de verre soit consommée.
Et finalement, ma tête se lève au plafond, pour ensuite lentement rouler dans la direction de cette voix. A la fois étrangère et familière. Les yeux s'ouvrent, et le visage vient à m'inspirer la même impression. Un moment de silence, à scruter le roux en face de moi, une curiosité neutre sur le visage. Quoiqu'il y ait ce fond de méfiance, caché, mais sûrement deviné. Pas besoin de le voir pour le penser acquis. Tout le monde se méfierai.

« Mon frère est parti emporté par la peste il y a de cela quelques semaines, étranger. Tu dois te tromper de personne. »

C'est dit d'un ton sans affect, pragmatique, ferme. Oui, il y a ce sentiment de familiarité, ce besoin de réponses aux innombrables questions qui se battent dans mon esprit, mais rien de tout ça ne justifie un empressement tout autant stupide que dangereux. Ainsi allons nous commencer doucement, si tu le veux bien, « frère ».

« Ou de formule. L'homme en face de toi, c'est celui qui pourrait devenir un frère dans le futur. Ne pressons pas les choses, veux-tu ? »

Vois ça comme ma façon subtile de te demander un peu de temps pour assimiler les récents événements. Un sourire espiègle sur le visage, je commande mon second verre en même temps que lui commande son premier, non sans capter le regard du barman, fixé sur l'autre. Je le suis, pour tomber sur une partie des stigmates, qui dépassent d'entre les mèches au front de ce frère d'une autre vie. Oui, ce n'est pas d'une discrétion à toute épreuve, il est vrai. Le sourire s'élargit un peu, puis je reporte mon attention sur l'homme en tablier de l'autre côté du comptoir, les yeux en amande.

« N'as-tu donc jamais vu un tatouage, barman ? »

Et de me regarder, l'air confus, honteux, pris en flagrant délit dans son petit forfait. Je ris doucement de ses bégaiements d'excuse, pour enfin glisser quelques pièces sur le bois du comptoir.

« Shht. Deux verres pour ces messieurs, donc. »

Une tête qui acquiesce, et sa petit forme bedonnante se retourne pour vite s'affairer à la tâche qui lui a été confiée. Quant à moi, je reviens vers ce Yanwë.

« Vous veillerez à envoyer de plus dégourdis de vos larbins à l'avenir, j'ai dû me débarasser des abrutis d'un peu plus tôt. Tu gageras qu'il y a mieux, comme première impression. »

Les verres arrivent enfin. Un vague signe de remerciement à l'intention du barman, et ma main se referme sur la chope de l'étranger avant qu'il n'ait l'occasion de l'attraper.

« Le bar n'est pas trop rempli, ce soir. Allons nous déplacer vers un coin plus tranquille. »

Un rictus entendu, et je me retourner pour m'engouffrer un peu plus avant dans l'établissement, jusqu'à me retrouver prés de quelques banquettes isolées, autour d'une table. Deux verres déposés, et je m'assied en une expiration relaxée. Bien.

« Mieux. J'ai assez de me taper tous les regards absorbés des chalands pour ne pas en plus supporter les oeillades en coin sur tes stigmates et ton teint, tu ne m'en voudras pas.
Pour une fois, j'ai envie d'un peu de calme
 ».

L'on aurait pu s'attendre à plus d'incompréhension, de peur et d'empressement, moins de maîtrise, chez un Noah à peine éveillé. Mais non, je ne leur donnerait rien de tout ça. Pas de ces signes de faiblesse dispensables. Puis, mis à part quelques inquiétudes, je me sens plutôt bien, en fait.
Mais.
Mais ces quelques inquiétudes qui subsistent, oui.

« J'aime autant mettre de suite les choses au clair avec toi : si vous voulez réellement que les choses se passent au mieux, ne touchez pas à ma famille humaine. J'apprécierais pouvoir m'enorgueillir d'avoir résisté aux tentations de fratricide dans mes deux vies. »

Certains parleraient de menace, je préfère parler d'avertissement. De mise à plat. Ce malgré le regard un peu plus intense, lorsque ces mots sortent, ce malgré le ton plus lourd. Malgré tout ce sérieux qui a pu se ressentir pendant quelques secondes, là où je suis jusqu'ici resté léger.
Un simple avertissement, malgré tout ça. Promis.

« Bien ! » Et tout aussi rapidement qu'il est apparu, l'éclair de rigueur disparaît de mon regard pour de nouveau laisser place au miel agréable d'une voix amicale et d'un regard bienveillant. « Yanwë, donc. De mes deux identités, j'imagine plus pertinent de me présenter sous le nom de Micah, Noah de l'Humanité.
Enchanté.
»

Et mon verre, levé encore une fois, mais cette fois-ci pas face au vide.
Face à un frère étranger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 350

Localisation : Arche des Noés
Humeur : Hum... ironique

Disponibilité : Actif

Lun 14 Mai - 0:01
Il haussa un sourcil à la réponse… dénué de sentiment de son interlocuteur. Un méthode assez efficace de faire comprendre à son interlocuteur que les mots étaient mal choisit. Ça lui apprendrait à tenter d’entrer un peu dans cette nouvelle histoire.

Ou de formule. L'homme en face de toi, c'est celui qui pourrait devenir un frère dans le futur. Ne pressons pas les choses, veux-tu ? 

Il fit un succinct hochement de tête avec un sourire en coin, montrant son assentiment. Il se fichait bien de ces histoires de famille lui… mais bon, au moins il ne semblait pas lui en vouloir car dans le cas contraire, il aurait certainement eu un soucis avec les deux autres qui allaient répliquer par la suite.
Il continua donc son observation de l’autre, captant son sourire espiègle. Bien, elle risquait d’être amusante cette rencontre et non ennuyante comme il avait pu le croire en venant ici.

Un sourire amusé fleurit sur ses lèvres alors que le plus jeune rembarrait le barman. Il commençait un peu a cerner le type de personne à qui il avait affaire. Enfin, seulement en surface mais suffisant pour lui pour savoir à quoi s’attendre à moindre mesure. Sauf s’il se trompait et que son interlocuteur n’avait pas un aussi franc parlé que ce qu’il était en train de lui montrer. Mais si c’était bien le vas, ils s’entendrait au moins sur ce point là.

▬  Vous veillerez à envoyer de plus dégourdis de vos larbins à l'avenir, j'ai dû me débarrasser des abrutis d'un peu plus tôt. Tu gageras qu'il y a mieux, comme première impression.

Larbins ? Il le regarda curieusement. Hum… il voulait certainement parler des Akuma, cela ne le concernait pas vraiment, n’étant absolument pas de son fait.

Je suis plutôt de ton avis, mais je suis au regret de t’informer que ce n’est certainement pas de mon fait.

Moins on le mêlait à ses histoires d’Akuma et de Noés, mieux il était. On l’avait déjà fait deux fois avec les 3G et une mission d’assassinats multiples, ça avait largement suffit… et dégoûté.
Il accepta la proposition de se trouver un coin tranquille et le suivit silencieusement les mains dans les poches avant de poser sur la banquettes à face de lui dans un mouvement nonchalant.

▬  Mieux. J'ai assez de me taper tous les regards absorbés des chalands pour ne pas en plus supporter les œillades en coin sur tes stigmates et ton teint, tu ne m'en voudras pas. Pour une fois, j'ai envie d'un peu de calme 

Il sourit, moqueur pas du tout vexé et encore moins coupable. Et puisque l’autre ne le prenait pas mal, cela n’avait pas lieu d’être n’est-ce pas ? Il n’avait pas vu la raison de se cacher, trouvant que c’était mieux qu’un longs discourt pour expliquer à l’autre qui il était.

J'aime autant mettre de suite les choses au clair avec toi : si vous voulez réellement que les choses se passent au mieux, ne touchez pas à ma famille humaine. J'apprécierais pouvoir m'enorgueillir d'avoir résisté aux tentations de fratricide dans mes deux vies.

Encore avec ça ? Comment dire… il était lui-même pas très au clair avec ses histoires de familles Noés alors qu’on l’assimile à eux pour un potentiel massacre d’humain… il n’appréciait pas des masses. Surtout qu’il était le Noé de la compassion… il avait toujours du mal avec cette blague.
Il lança donc un regard ennuyé a son interlocuteur.

 Bien ! Yanwë, donc. De mes deux identités, j'imagine plus pertinent de me présenter sous le nom de Micah, Noah de l'Humanité. Enchanté. 

Il prit son verre à son tour pour le lever face à Micah avant de prendre une gorgée.
Comme il était plaisant de mettre un nom sur un visage.

J’ai bien peur que tu doive réitérer ta demande aux deux autres membres de la « famille » qui vont nous rejoindre bientôt. Je ne suis pas vraiment au faits de tout cela et ne tiens pas à m’y impliquer plus que cela… Laisses-moi donc compléter ma présentation et ainsi t’aider à comprendre mon problème : Je suis Yanwë, le Noah de la Compassion.

Il finit son verre d’une traite, le reposant silencieusement sur la table avant d’y poser ses coude afin de poser sa tête sur ses deux mains croisés, un sourire sans joie aux lèvres.

Je ne me suis pas éveillé depuis beaucoup plus de temps que toi aussi, je ne vois pas vraiment ce que je fais là pour « t’accueillir » mais les ordres sont ceux qui sont et je préfère avoir ma tranquillité pour le moment. J’espère que nous pourrons tenter de bien nous entendre malgré tout.

Il ne manquait plus à présent que d’attendre l’arrivée des deux autres, en espérant qu’ils n’aient pas commis quelques actes regrettables chez Micah où ce serait bien pire qu’une mauvaise impression et il n’avait aucune envie de voir le Comte débarquer ici.



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/05/2018
Messages : 20


Lun 14 Mai - 23:13
Le Nouveau "Frère"
Et me voilà à Paris. pour travailler. Encore. On se décidera jamais à me foutre la paix. Mais bon, encore une fois, c'est le genre de demande que j'peux pas refuser sans m'faire agresser par tous le monde. Un nouveau membre dans notre belle et grande famille. Super. Encore un potentiel emmerdeur. Je suis avec Yanwë et Rudy/Yakin. On doit aller le chercher vu que ces bons à rien d'Akumas ont foiré leur coup. Rien d'étonnant à vrai dire. On décide de se séparer, Rudy et moi allons à la maison du nouveau pour voir ce qui s'est passé. Le Bookman, lui, va aller voir notre nouvel ami.

- J'comprends pas pourquoi on a besoin d'être autant pour si peu. C'est d'un chiant...

Nous progressons dans les rues de la ville sous les regards admiratifs de la plèbe vis-à-vis de Rudy et de sa "prestance"" naturelle. Et moi je me coltine les regards apeurés et dégoûtés.  Comme d'hab quoi. Au bout d'un moment on arrive aux abords de la maison de notre frère. Rien d'incroyable. Je dirais même qu'on est loin du grand luxe ici. Nous entrons dans la maison pour trouver du sang d'Akuma et deux personnes recroquevillées dans un coin de la pièce. Les Akumas ont été détruits ? Par ces humains ? Aucune odeur d'Innocence. Donc impossible que ce soit eux. Il semblerait que le nouveau membre de la famille ait un sacré tempérament. Je pousse un soupir et m'approche des deux humains, sûrement les parents de l'hôte de notre frère. Je m'accroupis devant eux et la mère lève les yeux vers moi et lâche un hoquet d'horreur en me voyant. Elle saisit un chapelet et ne me lâche pas de son regard terrifié. Le père la prend dans ses bras et se met en avant pour protéger sa femme.

- Salut les vieux. Bon je vais faire simple pour que vos p'tits cerveaux percutent. Vot' fils est un des nôtres maintenant. D'ailleurs, normalement, on doit buter tous les témoins.

Je remarque la terreur grandir dans les yeux des deux humains. Ils sont marrants quand même. Je remarque les insignes religieux un peu partout dans la baraque et je laisse un gloussement amusé m'échapper.

- On dirait bien que votre Dieu vous a abandonné.

Une lueur de colère s'allume dans les yeux du père et je le vois se redresser légèrement. Je plante mon regard dans le sien et je laisse mes stigmates apparaître sur mon front.

- T'es sûr de toi le croûton ?

Il se ravise et se rassoit. Aucun courage. C'est décevant. Faut espérer que le nouveau Noé a plus de tripes. Quoi que, si c'est un trouillard, il viendra pas m'emmerder.

- Bon perso, j'en ai rien à cirer de vos faces. Vous pouvez crever ou pas, je m'en cogne. J'vous laisse avec l'autre. Moi j'vais m'promener.

Je me tourne et sors de la pièce non sans adresser un clin d’œil à Rudy. Je m'adosse au mur extérieur et lève le regard vers le ciel pour regarder les étoiles. Je me plonge un moment dans la contemplation des astres. Je n'oublie pas de tendre l'oreille au cas où Rudy décide de faire un truc marrant. Au bout d'un petit moment elle ressort sans que rien ne se fasse entendre. Intrigué, je passe la tête dans la maison et je remarque que les vieux sont toujours en vie. Je ressors et suis Rudy en direction de la position de nos deux amis. Je marche les mains croisées derrière la tête et je lance un regard en coin en direction de ma sœur.

- Franchement Yakin, j'pensais que t'allais les tuer. J'suis presque déçu... Tu perds la main ma vieille.

Je continue ma route jusqu'à l'endroit où sont nos deux frères. J'espère que l'autre n'a pas fait de conneries. Il a un peu de mal avec sa nouvelle situation et ça m'étonnerait pas qu'il fasse n'importe quoi. Il serait bien assez con pour se promener avec ses stigmates sur le front lui, histoire de crier au monde et p'têt même à de possibles espions de l'Ordre qu'il est Noé.
La Famille s'agrandit... Youpi...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 74

Localisation : Juste devant toi, sayang...
Humeur : Joyeuse.

Disponibilité : ... Pardon ? /VLAN/

Jeu 17 Mai - 20:47



Quelle entrée, cher nouveau frère !
Le Royaume de Java avait essuyé une énième poche de résistance mais elle avait réussi à calmer le tout et, mieux, souder Java, Bornéo, Sumatra, Timor et les îles Celebes grâce à l'incident. Cela n'avait pas empêché à l'incident de passablement l'agacer, quand bien même son agacement s'était transformé en joie en moins de temps qu'il n'en fallut pour ressentir un début d'agacement. Cela avait énervé sa consoeur mais là n'était pas la question du moment. Après s'être assurée que son royaume ne craignait rien et avoir dispensé une flopée d'ordres au palais de Yogyakarta, elle emprunta l'Arche pour se rendre en France, à Paris. Un de ses frères s'était éveillé il y a peu et elle se devait de l'accueillir avec deux autres de ses frères.

*Et là tu considères pas comme de l'impolitesse ?*
*Quoi donc ?*
*Trois Noés pour un seul nouvellement éveillé, c'est n'importe quoi.*
*Yakin, très chère, cette impolitesse ne vous sied guère.*
*Tu me gaves, putain.*
*Voilà une nouvelle renversante.*
*ET T'EN PROFITES POUR TE FOUTRE DE MA GUEULE ?!*
*Je dirais plus pour m'amuser mais, ce détail mis de côté, oui.*
*... I'm out.*
*Je doute que vous puissiez le faire, ma chère.*
*T'AS FINI DE FAIRE TA RABAT-JOIE DU LUNDI MATIN ?! TA GUEULE !*


Rudy leva furtivement les yeux au ciel, amusée et encore plus joyeuse qu'auparavant. Et, malgré son ton et son inestimable mauvaise foi qui préférait dire l'inverse, elle savait que Yakin s'amusait autant qu'elle dans leurs joutes mentales.

*Mais oui, et mon cul est sur mon front tant qu'on y est. Connasse.*

Ignorant sa soeur, notre Javanaise rejoignit ses frères et se contenta de suivre le mouvement, n'ayant rien à ajouter. La réflexion de son frère ne manqua pas de l'amuser et d'exacerber encore plus sa joie, bien que son expression restait mesurée et simplement heureuse.

- Yakin partage votre opinion.

*Et ça te trouerait les yeux de me laisser sortir ?*
*Oui.*
*PÉTASSE !*


Rudy ne réagit pas et se contenta d'avancer sans faire attention aux regards qu'elle suscitait, répondant seulement à certains d'entre eux par un sourire poli, distingué, où la joie était nettement visible. Arrivés sur place, Rudy remarqua assez vite le sang d'Akuma et arqua ainsi un sourcil aussi amusé que joyeux. Il avait détruit la délégation d'Akumas destinée à l'accueillir ? Eh bien, quel caractère volcanique.

*Et là, c'est pas impoli pour toi ?*
*À en juger l'attitude de ces deux humains, non.*
*... T'es putain de pas logique.*
*Autant que vous, ma chère.*
*Ne me compare pas à ta tronche de connasse joyeuse.*


Rudy se contenta d'écouter la salutation et les présentations de son frère ainsi que la réaction des deux humains. Directement tenter de l'abattre ? Sans lui demander son avis en premier ? Voilà qui était fort peu catholique, jeune homme. Elle assista à l'échange silencieusement, restant en retrait jusqu'à ce que son frère prenne congé, souriant à son clin d'oeil. Les deux semblèrent s'apercevoir de sa présence et Rudy s'avança vers eux et s'accroupit devant eux, dominant les envies de meurtre de plus en plus retentissantes de sa consoeur. Hum... elle ne devrait pas tarder à sortir d'ici également pour éviter un esclandre inutile.

- Bonjour, très chers. J'espère que vous vous portez bien. Et si vous me permettez de vous prodiguer un conseil..., commença-t-elle, tendant ensuite son bras pour caresser la joue de la femme avec une grande douceur. ... à l'avenir, faites-vous oublier et montrez-vous utiles. À moins que vous ne souhaitiez mourir ?

Leur réponse silencieuse la fit sourire et elle hocha joyeusement la tête.

- En ce cas, je vous dis à bientôt très chers.

Elle se leva souplement et majestueusement, puis sortit simplement de la maison pour retrouver ses deux autres frères. La remarque de Heath fit naître un subtil sourire amusé sur ses lèvres.

- Yakin n'est pas sortie, cher frère, sinon c'est exactement ce qu'elle aurait fait.

Et de toutes façons, il était inutile de faire quelque chose qui pût blesser son nouveau frère, d'autant qu'il venait de se réveiller et que ces deux humains étaient en vie là où les Akumas ne l'étaient pas ; sans compter le fait que les deux humains avaient refusé de mourir. Et elle n'allait pas les tuer sans leur consentement, voyons, ce serait fort discourtois de sa part... Sans compter l'enchaînement d'événements regrettables que cela pouvait engendrer.

*TU TE FOUS DE MA GUEULE ?!*
*Non.*
*Et les règles t'en fais quoi ?! T'es censée les tuer j'te signale !*
*... Vous tenez tant que ça à sortir, ma chère ?*
*À LES TUER OUI !*
*En ce cas, vous pourrez sortir dès que vous n'aurez plus cette envie.*
*Va te faire foutre.*


Ah, quelle adorable consoeur... Rudy eut un rire clair et joyeux, ponctuant l'injure de Yakin qui lui était adressée ce faisant, puis rejoignit ses deux autres frères... pour voir Yanwë sous sa forme de Noé, quand bien même ses stigmates étaient cachées par sa frange. Tiens donc...

- Voilà qui est très osé, Yanwë. Bonjour...

*Osé ?*
*Osé.*
*OSÉ ?!*
*Osé.*
*VA CHIER !*


Elle se tourna vers son nouveau frère et inclina sa tête furtivement mais pas moins respectueusement.

- Bonjour à vous aussi. Je suis Rudy, Noé de la Joie. Et vous êtes... ?

Elle ne s'assit pas, préférant rester debout pour l'instant et ignora copieusement les remarques de sa consoeur. Cette dernière n'avait décidément aucune éducation, heureusement que personne à part notre Javanaise ne pouvait l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 27


Ven 18 Mai - 2:16

« Vois ça comme un simple conseil d'ami à l'intention de la Famille. Les petites mains sont plus utiles réfléchies que coupées. Celles de ce soir, j'ai dû les couper précisément parce que la réflexion ne semblait pas leur fort. »

Car ça n'est pas la plus éclairée des idées, que de proposer le meurtre de la famille humaine d'un Noah tout juste éveillé à quelques mètres de lui. A quelques mètres de moi, moins encore.
Vous auriez pu mourir avec vos âmes libérées face à un exorciste, Akumas, mais votre bêtise vous a condamné à l'errance éternelle. Et la mienne, à un fond de culpabilité réfréné. J'aurais pu simplement donner l'ordre, oui. J'aurais pu. Mais l'instinct en a décidé autrement.
Tseh. Tant pis.

J'y songe, alors que l'on se déplace vers la table, un sourire sombre sur le visage. De ces sourires sans envie, un peu forcé, il ne dure pas, mais subsiste quelques secondes. Les sales habitudes n'ont pas toutes changées, depuis que Michael et devenu Micah. Je suis toujours cette chose imprévisible de jadis.

Simplement suis-je maintenant capable de décimer une armée de mes seules mains. C'est... Grisant. Et effrayant.

Ca fait peur oui, de se dire ce que l'on peut être amené à faire, sur un coup de colère. Hier, un coup de poing était synonyme de nez cassé, tout au plus. Aujourd'hui, j'appréhende encore mal à quel point il signifie tellement plus. J'aurais l'occasion de tester. Au plus tard, si possible. Au plus tard, oui. C'est ce déroulement de pensée qui m'amène à la suite, une fois que nous sommes assis. De cette remarque sur les stigmates jusqu'à l'avertissement sur les conditions qui sont miennes. L'esprit cogite, mais les lèvres cachent, en répondant au sourire affiché. Au moins ce frère ne semble-t-il pas allergique à la franchise. Un bon point. Si je sais habiller mes mots, j'aime moins maquiller mes intentions. Je sais faire, mais nul besoin de ça entre membres de la même famille, oui ?
Heh. Me fais pas rire, Micah.

Enfin, je peux au moins lui attribuer plus de sympathie que ce à quoi je m'attendais de prime abord. Alors oui, la méfiance reste, mais se nuance d'un peu plus de décontraction. Ce qui justifie les présentations, et les gorgées partagées.

Partagée, mais avalée avec un arrière goût amer en ce qui me concerne, lorsque j'écoute ce qu'a à me dire Yanwë. Malgré tout, mon visage garde cet air amical de tout le long, lorsque j'écoute.
Cependant,

« Oh, mais sois assuré qu'il ne s'agit pas d'une banale demande » Cependant, ce quelque chose de plus ferme, dans ma voix. Ce dos qui se penche sur la table, pour m'approcher doucement, parler à voix plus basse, mais pas moins lourde pour autant. « Les choses ne se passeront pas bien, s'il devait arriver quoique ce soit. Vous n'avez pas besoin de second Néah, et je n'ai pas envie de devenir ça. Dans l'intérêt de tous, ne m'y forcez pas. »

Je le fixe un moment, une braise de férocité dans mon regard. Quelques secondes seulement, pour me raviser en un sourire plus sincère. « T'en fais pas, j'ai pas pour habitude de tirer sur les messagers. Quelque part, tu as l'air plus ou moins dans la même merde que moi. Différent, mais... » Je me renfonce dans ma banquette, puis l'étudie un moment. Repense à ses mots, de façon générale. « Mais tu n'as pas vraiment envie d'être là, n'est-ce pas ? »

De son manque d'implication avoué, à sa présentation, en passant par son attitude détachée de façon générale, j'aurais tendance à dire...

« J'aurais tendance à dire que tu préfères de loin le banc des spectateurs aux feux de la scène, hm ? Cette scène, en tout cas.
Je me demandais justement la même chose, avant que tu arrives. Combien de temps aurais-je le luxe de rester un simple observateur avant que le Comte vienne réclamer son dû.
»

Et j'aurais aimé que ça dure un peu plus longtemps, Dit mon regard. Sans reproche à l'égard de Yanwë, non, simplement une... Lassitude. Lassé d'avance, oui. La Mémoire m'a révélé beaucoup de ce que j'ai à savoir, et j'en garde contrairement à d'autres un souvenir assez clair. Ce qui explique que je puisse parler de Néah. Ce qui explique mes réticences et inquiétudes aussi, certainement.
Je médite sur mes derniers mots, l'air rêveur, à fixer le plafond. Bref.

« Bien s'entendre ? Ça dépend. Tu paies ta tournée ? » Un large rictus espiègle sur mes lèvres. « Profitons donc du peu qu'il nous reste de tranquillité tant que c'est encore possible. »

Et ensuite, nous verrons.
Sauf "qu'ensuite", c'est quelque chose qui arrive plus tôt que prévu. Qui arrive par ces deux silhouettes plus atypiques qui entrent dans l'établissement pour s'approcher de notre table. Une jeune femme, pas désagréable à regarder, très... Souriante, en premier. Puis un autre, plus désagréable à regarder, très... Brûlé, en second.

« Mwai, bon, je pense pouvoir oublier pour l'aspect "passer inaperçu"... »

A voix basse mais pas trop, encore audible, la remarque est lancée en une œillade conjointe vers Yanwë et l'autre grand brûlé. Une risette au visage, je reporte finalement mon regard vers la dernière nouvelle arrivante.

« Bonsoir,  » et les yeux continuent leur chemin. Passés de chaque Noah un à un, ils finissent maintenant leur course vers le comptoir et ses bouteilles. « Hm. Micah, Noah de l'Humanité. Vous pardonnerez l'air distrait, le sommeil ne m'a pas été très clément, dernièrement. » Entre autre. « Une entrevue autour d'un verre est-elle envisageable, ou... ? »

Pour le moment, continuer le jeu des politesses et formules cordiales, pour instaurer au moins l’ersatz d'un climat de confiance. Pour se forcer à un calme nécessaire, en l'état.
Puis, après tout, ne dit-on pas que l'alcool adouci les mœurs ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 350

Localisation : Arche des Noés
Humeur : Hum... ironique

Disponibilité : Actif

Ven 18 Mai - 14:16
Il garda un aspect neutre alors qu’il se faisait « menacé » de nouveau. En vérité, il pouvait presque les sentir flotter dans l’air, les sentiments qui assaillait Micah tant ils étaient fort en ce moment. Mais il ne broncha pas. Il ne pouvait rien y faire, ça ne changerait rien.
Pas comme Néah… donc il savait que c’était un traître alors qu’il venait de s’éveiller. Contrairement à lui et à beaucoup d’autres, il avait pleinement accepté sa condition alors. Que savait-il d’autre sur le quatorzième alors que seul Wisely semblait pouvoir s’en souvenir ? Il masqua un soupir. Pourquoi s’en souciait-il maintenant ?

Micah sembla se calmer de nouveau… l’éveil les rendaient-ils tous lunatique ou était-ce seulement parce qu’ils venaient à peine de l’être ?

T'en fais pas, j'ai pas pour habitude de tirer sur les messagers. Quelque part, tu as l'air plus ou moins dans la même merde que moi. Différent, mais...  Mais tu n'as pas vraiment envie d'être là, n'est-ce pas ? 
Je ne vois pas où je pourrais être à la place… répondit-il dans un bref sourire. Et c'était bien là le problème. Pour le moment, il n'avait nulle part ailleurs où aller.
J'aurais tendance à dire que tu préfères de loin le banc des spectateurs aux feux de la scène, hm ? Cette scène, en tout cas.
Je me demandais justement la même chose, avant que tu arrives. Combien de temps aurais-je le luxe de rester un simple observateur avant que le Comte vienne réclamer son dû. 


Il garda un léger sourire désabusé. Il ne comptait pas faire semblant, l’autre avait visé juste bien qu’il ne s’était pas donné la peine de cacher quoique ce soit. Pas qu’il voulait fuir… mais plus ses souvenirs revenaient, et plus il avait envie de s’éloigner des autres Noah. Il ne lui restait plus grand-chose à découvrir sur lui-même de ce qu’il sentait, sa seule marque d’ombre tournait encore autour de « Bookman ». Dire que c’était là le plus important de sa « vie » de ce qu’on lui avait fait comprendre.
Enfin, à en juger la lassitude affichait par son jeune « frère », il ne semblait ne pas être le seul. Par contre contrairement à lui, il ne savait pas s’il aurait vraiment aimé être tranquille à ce moment là. Mais peut-être était-ce parce que, contrairement à lui, il avait complètement perdu la mémoire.

Bien s'entendre ? Ça dépend. Tu paies ta tournée ? Profitons donc du peu qu'il nous reste de tranquillité tant que c'est encore possible. 

Il allait répondre qu’il doutait que la tranquillité dure encore longtemps quand il entendit la porte s’ouvrir sur… les deux autres de la famille, lui épargnant ainsi une réponse. Et voilà, c’était définitivement la fin de la tranquillité.

Voilà qui est très osé, Yanwë. Bonjour...

Osé ? Hum… que risquait-il ? De tomber sur un membre de la Congrégation ? Et alors… il s’en fichait bien pour sa part.
Il lui répondit toutefois qu’avec un sourire moqueur autant pour elle qu’a la réflexion de Micah. Exactement… Une aristocrate, un type au teint sombre étrange et un type ayant des brûlures et autres… vive la discrétion de la famille Noah. A ce stade là, ils auraient très bien pu faire venir les jumeaux que ça aurait été la même chose.

Il se poussa un peu sur la banquette pour laisser la place aux autres de s’asseoir et garda le silence en observant tout ce petit monde. Il était difficile de juger si oui ou non ils avaient fait un carnage dans la maison du nouveau venu et ne comptait pas poser la question, ce n’était pas à lui de le faire.
Il regrettait que son verre soit déjà vide…



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/05/2018
Messages : 20


Sam 19 Mai - 15:20
Le Nouveau "Frère"
Nous progressons dans les rues de Paris en direction de nos frères. J'espère qu'on va pas les retrouver dans un trou ou dans une ruelle dégueulasse. Rudy fait son petit sourire de princesse lorsque je lui fais une remarque.

- Yakin n'est pas sortie, cher frère, sinon c'est exactement ce qu'elle aurait fait.

Ça aurait au moins eu le mérite d'être drôle. Mais comme souvent Miss Balaidanslecul s'interpose. Je soupire et nous arrivons enfin à l'endroit où se trouvent nos frères. Un bar. J'imagine qu'on peut faire pire. Rudy entre la première et je la suis. Elle se dirige vers les autres Noés et moi je me dirige vers la bar. Les choses importantes d'abord. Je m'accoude au comptoir sous le regard stupéfait du barman.

- Une bière. Et arrête de m'fixer comme ça, j'vais finir par m'vexer.

L'homme pâlit légèrement et me sers ma bière en quatrième vitesse. Je prend mon verre et jette la monnaie sur le comptoir en reniflant. Connard. Je me retourne pour me diriger vers les autres. Le nouveau nous accueille avec des manières alambiquées.

- Bonsoir, Hm. Micah, Noah de l'Humanité. Vous pardonnerez l'air distrait, le sommeil ne m'a pas été très clément, dernièrement. Une entrevue autour d'un verre est-elle envisageable, ou... ?

Et voilà, il raconte sa vie. J'm'en tape garçon. Je remarque enfin la couleur de peau de Yanwë. Mais il est con celui-là. Je comprends mieux la phrase de Rudy. Je colle une claque à l'arrière du crane du rouquin.

- Tu veux pas non plus porter un panneau avec marqué dessus "Je suis un Noé" ? Putain mais faut vraiment vous tenir la main en permanence.

Je m'assois à la table et pose mon regard sur le nouveau. Il a dit quoi ? Noé de l'Humanité ? Eh ben ça promet... Et pourquoi c'est jamais le chaos, la douleur etc ? Bon dans sa dernière incarnation, Wrath était complètement con. Du coup ça aide pas trop. J’espérais qu'il relèverait le niveau mais bon, c'est pas gagné.

- Encore un avec des manières et des formules de politesse. J'espère que t'es pas du genre à péter plus haut que ton cul comme Rudy.

Je lance un regard un coin à la Noé à côté de moi. Je j'aime bien mais des fois ses manières sont vraiment chiantes. Heureusement, y'a Yakin qui équilibre un peu les choses. Je bois une grande rasade de bière. Elle est pas dégueulasse, c'est au moins ça de pris dans cette soirée pourrie.

- Ah ouais d'ailleurs j'm'appelle Heath. Noé du Néant. On a rencontré tes vieux avec Rudy. Ils sont marrants avec leur petite croyance débile. Enfin on a réglé le problème, ils devraient plus nous emmerder.

Je lui lance un sourire moqueur. Eh si on peut même plus plaisanter ! Et puis c'est l'occasion de voir si l'nouveau est aussi coincé que Rudy. Et ça mettra du piment dans cette soirée qui promet d'être vraiment chiante...
Définition de discrétion : Noé


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 74

Localisation : Juste devant toi, sayang...
Humeur : Joyeuse.

Disponibilité : ... Pardon ? /VLAN/

Sam 19 Mai - 19:38



Quelle entrée, cher nouveau frère !
Noé de l'Humanité, donc... Elle hocha la tête à la réponse du dénommé Micah, ne poussant pas plus loin la réflexion pour ce qu'il dissimulait - de toutes façons elle n'avait pas sa permission et elle ne se permettrait pas d'être à ce point discourtoise -, tandis que l'absence de réaction de Yanwë fit naître un sourire amusé au coin de ses lèvres. La question de son nouveau frère lui fit légèrement pencher la tête de côté avant qu'une joie sincère étincella dans ses yeux pour qui savait regarder. Elle s'installa ainsi à côté de Yanwë, aussi majestueusement que souplement.

- Une telle entrevenue est toujours envisageable, cher frère., eut-elle le temps de répondre avant que ce ne soit son frère Heath qui prît la relève.

Sa remarque crue à l'égard de Yanwë fit rire Rudy, d'un rire cristallin, léger et étonnamment ( vous sentez la suite arriver ) joyeux. Elle lança un regard malicieux - et joyeux - à son frère sans-gêne et rafraîchissant dans sa manière d'être.

- Nous pouvons en dire autant de votre langage, frère Heath.

Hum ? Oui, Rudy avait osé un trait d'ironie. Sur insistance de Yakin, importante précision que voilà. Inutile que vous sachiez l'explosion mentale qui a donné lieu à cette phrase joyeuse mais mesurée. Toujours mesurée. Le barman s'avança vers Rudy alors que son frère Heath reprenait la parole... et ce fut une mauvaise idée. Pour le barman et Heath.

*IL A DIT QUOI L'BÂTARD ?!*
*Ma chère, calmez-vous.*
*JE SUIS CALME. TRÈS CALME.*
*Bien.*
*Je prends la suite.*
*Non.*
*Si.*
*Voyez-vous ça ! Et en quel honneur... ?*
*...*
*Oh... oui, c'est une idée acceptable. Restez raisonnable, Yakin.*
*Ouais, ouais.*

Yakin garda la même posture que sa cruche de consoeur et regarda le barman en arquant un sourcil.

- Un White Russian.
- Vous êtes sû-...
- Oui.
- ... je vous l'emmène.


Yakin ne lui accorda plus son attention et la reporta sur l'oeillade de Heath qu'elle venait de recevoir. Elle se contenta de lui servir ses yeux sarcatiques au possible, sourcil moqueur arqué à l'appui.

*Connard...*
*Et vous pensez que c'est le moment de boire une boisson aussi forte ?*
*Toi, ta gueule.*

Le soupir mental de sa soeur et sa joie qui explosa par effet de contrepied l'exaspéra, ce qu'elle n'exprima pas sur son visage devenu simplement malicieux - et agacé. La suite fit ricaner Yakin qui leva les yeux au ciel. Espèce de con, même pas fichu de chopper une ambiance. Même Rudy avec ses putains de manière avait plus de finesse et de jugeote qu'un seul gramme de neurones de cet abruti.

*Alors que vous vous apprêtiez à faire la même remarque ?*
*Va te faire foutre, Rudy.*
*C'est votre hypocrisie qui le devrait.*
*T'as fini oui ?! Ça fait plus de deux mois que j'suis pas sortie putain !*
*...*
*COMMENCE PAS ! Je suis parfaitement calme, viens pas m'gaver avec tes conneries !*

Elle soupira grassement, comme en réponse à l'autre cruche joyeuse qu'à Heath, et se massa une tempe. Putain qu'elle le sentait pas du tout avec l'autre...

- Et tu pisses des Akumas par la tête, aussi ? Crétin. Dis simplement que t'as pas été foutu de tenir cinq minutes de conversation et que tu t'es barré par dépit., elle tourna légèrement sa tête vers Micah, plus son regard que sa tête en fait. Et va pas interpréter de travers, il ne leur est rien arrivé.

Elle prit le verre qu'on lui tendit et en but une gorgée. ... ouais, ceux à Saint Pétersbourg étaient décidément meilleurs mais celui-là n'était pas si mal que ça.

*Là, contente ?*
*Oui, si ce n'est plus.*
*Ce que j'ferais pas pour toi...*
*Pensez à payer, ma chère.*
*Crève.*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 27


Dim 20 Mai - 17:32

« Disons qu'il y a la place que te réserve le monde, et celle que tu aimerais te réserver. Ce sont parfois deux choses bien différentes. »

Je réponds simplement ça entre deux gorgées, à la question de savoir où il pourrait être. Termes équivoques, peut-être un peu curieux, alarmants, dans la bouche d'un nouvel éveillé à la Mémoire. Peut-être que je montre trop de mon scepticisme et  de mes avis... Divergeant. Mais c'est moi. Moi Michael, autant que moi Micah.
Tseh. Vous vous habituerez. A ça, et à tout le reste. Aux aspects moins reluisants de ce que signifie être « Noah de l'Humanité », aussi. Vous n'aurez pas le choix, pas plus que je n'aurais le choix de vous supporter. L'on choisit ses amis, mais pas sa famille, comme dit le proverbe.

Pour sûr que j'aurais choisis autre chose que l'espèce de cure-dent balafré tout juste débarqué que je suis supposé appeler « Frère », parait-il.

Au moins a-t-il raison sur un point : la forme de Noah n'est pas réellement indiquée, ici. Trop voyante, trop évidente. Elle attire les regards, et pas nécessairement ceux qu'il est bon d'attirer. Ca n'a aujourd'hui pas été un problème, à priori, mais si Yanwë s'amuse à jouer ce petit jeu régulièrement, de bien sombres surprises finiront tôt ou tard par lui tomber dessus... Je l'avise un moment, comme pour le jauger. Puis je reporte mes yeux sur cette Rudy, l'air soudainement un peu plus... Sèche. Hm.

Mais mon regard ne reste pas longtemps sur elle. Quelque chose bourdonne à mon oreille, comme un espèce de nuisible qui tourne un peu trop autour de moi.
Mon regard se reporte lentement vers Heath, un sourire faux sur mon visage.

« En voilà un qui n'a pas pris assez de revers de la main quand il était gosse, hm ? » Ca peut s'arranger. Et le rictus s'élargit doucement, passant de factice à quelque chose de plus malicieux. « Mais soit, je note de ne pas te traiter comme quelqu'un de civilisé à l'avenir, si ça peut te faire plaisir. »

Si tu penses que ta face de défiguré de guerre et tes airs de petite frappe vont m'empêcher de t'envoyer chier quand l'envie m'en prend, tu te mets le doigt dans l'oeil, « frère ».

Puis j'écoute la suite. J'écoute, sans réel intérêt de prime abord.Un nom, un titre. Des choses qu'il faudra retenir, mais qui n'attirent pas mon attention, pour le moment. Mais il rajoute quelque chose, après ces présentations.

Qu'est-ce que....

***

Ca monte, silencieusement.

Ca monte, sans geste ni parole dans un premier temps. Et pourtant, ça monte affreusement vite, effroyablement vite. Les mots sont entendus, enregistrés, analysés, comme en une machinale tentative de s'assurer qu'ils ont été prononcés. Et ca monte, oui. Ca lui prend le crâne plus vite qu'il n'a le temps de la museler, cette étincelle de colère incontrôlée.

Ne l'a-t-il pas dit lui-même ? Certaines choses n'ont pas changées. Même depuis que Michael est aussi Micah, certaines choses n'ont pas changées. Peut-être sont-elles pires, même.

Et des quelques pêchées qui entachent l'âme du Noah, l'impulsivité est très certainement l'un des mieux caché, la première fois. A la première rencontre, l'on ne la devine pas nécessairement, au détour de ses formules tantôt cordiales, tantôt dangereusement directes. Et pourtant.

Et pourtant, les prémices apparaissent, presque imperceptibles. Lents à arriver, rapides à enchaîner. Alors quelques secondes de latence, oui, quand Heath finit sa phrase. Le regard se maintient, et doucement, la main de Micah s'approche de son verre.

« Qu'est-ce... » premiers mots, murmurés d'une voix basse, interdite, alors que le sourire sur ses lèvres se fane soudainement. Déjà est-il imperméable à l'extérieur : ne reste que lui et cet autre qui a prononcé les pires mots. La main s'approche du galbe de la chope courbée, d'un geste fantôme. Puis d'un coup, Un coup de vent. Une espèce de bourrasque soudaine, comme si le vent s'était levé violemment.

Mais ce n'est pas le vent qui s'est levé. C'est Micah.

Trop rapide pour l'oeil nu, bien trop rapide. Comme la première fois, avec ces Akumas. Et le voici, avec ces doigts qui se sont refermés brutalement sur leur cible : pas la chope, non, la gorge du Néant.
C'est monté. Et ça n'est plus silencieux.
Pareillement à ce qui pouvait habiter ses yeux lorsqu'il a averti Yanwë, le Noah de l'Humanité brûle de cette braise de férocité dans le regard. Similaire, mais plus intense, plus dangereux. Et puisque la colère est montée, c'est maintenant au tour de la voix, de s'élever.

« Que tu as fait à mes parents ? » Il ne reste plus rien du murmure des premiers mots. A sa place, la froideur impersonnelle d'une fureur prête à se déchaîner complètement. Ne reste que ce brin de lucidité qui retient son poing de rajouter de nombreuses autres imperfections sur ce visage calciné. Cette petite voix faible, mais audible, qui lui susurre des vérités qu'il a du mal à entendre.
Tu vas aggraver les choses.
Tu ne sais pas de quoi il est capable.
Attends de savoir avant d'agir.
Calme-toi.


Difficilement audible. Parce qu'il y a ce que lui hurle sa colère.
Bute-le.
T'as très bien compris son sous-entendu, saigne-le.
Qu'est-ce que tu peux bien avoir à foutre des conséquences alors que ça concerne tes parents ?
Lâche-toi.


Et c'est difficile, d'écouter la première. Tellement difficile. Ne reste que la troisième voix, pour aider à le sortir partiellement de son début de frénésie. Celle de Rudy.

Dans un grognement étouffé, Micah lance une très légère œillade vers elle, sans vraiment être en état de relever son changement de vocabulaire. De juste un peu, la brume d'énervement qui s'est installée dans son crâne se désépaissi. Assez pour agir un poil plus intelligemment. Pour poser les questions avant de se déchaîner.
Le regard, très brièvement tourné vers Rudy, reviens vers Heath.

« Dis-moi ce que je veux entendre et j'envisagerais de ne pas te briser en deux par le milieu. »
Orgueil, disent-ils. Avec la Colère, ils forment une combinaison de Vices particulièrement dangereuse pour celui qui pêche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 350

Localisation : Arche des Noés
Humeur : Hum... ironique

Disponibilité : Actif

Mar 22 Mai - 19:26
Plutôt philosophique leur nouveau « frère »… il ne répondit pas à cela, se contentant de garder un léger sourire plutôt ironique. Ce n’est pas qu’il n’aurait pas pu disserter là-dessus mais, il avait comme l’impression qu’il était très mal placé pour le faire, surtout maintenant que la plupart de ses souvenirs « humains » lui étaient revenu.
Il passa sur la remarque de Rudy sur son physique « osé » avec un sourire moqueur qui se calma pas même quand il prit une claque à l’arrière de la tête de la part de Heath.

Tu veux pas non plus porter un panneau avec marqué dessus "Je suis un Noé" ? Putain mais faut vraiment vous tenir la main en permanence.
Hum… Je garde celle-là pour la prochaine fois~ Répondit-il amusé.

Toujours en train de râler le Noah du néant, mais ce n’était pas pour ça qu’il ne l’appréciait pas pour autant même si c’était peut-être vite dit. Toutefois, le fait qu’il n’ait aucun antécédent avec simplifiait pas mal la chose, surtout à présent.
Il soupira à la présentation de Heath… suivit de celle de Rudy qui entraînant celle de Yakin. Joli combo, il devait l’avouer et il se redressa un peu mieux sur son siège passant en mode « observateur » si l’on puis dire. De ce qu’il avait vu de Micah et du caractère des deux autres, ils risquait fort probablement de passer dans une zone de turbulences…

Micah attrapa Heath et lui ne fit aucun geste alors que Yakin tentait de « rassurer » Micah sur le fait que ses parents étaient toujours en vie. Enfin, « rassurer » était vite dit vu la douceur et la délicatesse de la personne bien qu’il n’ai pas pu l’observer dans toute sa beauté et… il n’était pas réellement pressé de le faire, surtout en état en plein milieu.

Dis-moi ce que je veux entendre et j'envisagerais de ne pas te briser en deux par le milieu.

Peut-être devrait-il tenter de calmer le jeu… ou alors simplement se barrer en les laissant faire ? Il ne voyait toujours pas ce qu’il faisait ici de toute manière et puis, c’était eux les « aînés » après-tout.
Il pourrait tenter d’apaiser les sentiments qu’il y avait entre Micah et Heath… mais cela risquait fortement de lui retomber dessus, surtout qu’il n’était pas vraiment sûr qu’ils joue le « jeu ». S’il y avait bien une chose qu’il avait retenu de sa conversation c’était qu’il ne fallait pas toucher à la famille de Micah. Mais il ne pouvait pas apaiser par des mots parce qu’il ne savait pas ce qui pouvait être fait.

Il se leva donc en soupirant, se dirigeant d’un air tranquille vers le barman.

Il faudrait mieux évacuer les lieux, dans le doute, ce serait plus prudent l’ami.

Il lui fit un sourire et les yeux du barman se posa sur le reste de sa charmante famille, le faisant déglutir avant qu’il ne hoche la tête et signale à tout le monde de partir. Lui en profita pour récupérer la bouteille de liqueur en passant derrière le bar et se servit un autre verre.



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 09/05/2018
Messages : 20


Ven 1 Juin - 11:27
Baptême du feu
- En voilà un qui n'a pas pris assez de revers de la main quand il était gosse, hm ?

Il est mignon. Encore un qui se prend pour le patron. C'est fatiguant à la longue. Son sourire de façade se transforme en rictus malicieux et il enchaîne.

- Mais soit, je note de ne pas te traiter comme quelqu'un de civilisé à l'avenir, si ça peut te faire plaisir.
- Tu m'en vois ravi mon p'tit.


Je commence à comprendre pourquoi il n'y a pas de Noé de l'Orgueil. C'est un défaut qui semble être commun à tous mes frères et sœurs. Je suis meilleur que toi et tu ne vaux rien. Bande de cons. Ils n'apprendront donc jamais. Mais je dois dire que je suis vraiment content de mon effet quand je vois le visage du nouveau se décomposer. Sa belle arrogance à disparue et ça, ça fait plaisir. Ah tu fais moins la maline ma jolie.

- Qu'est-ce...

Je n'ai pas le temps de bouger que mon frère est sur moi et me tient par la gorge. Il est rapide l'enfoiré !

- Que tu as fait à mes parents ?

Je peux voir la colère dans ses yeux. C'était vraiment trop facile avec lui. J'ai l'impression d'avoir affaire à un mini-Sheryl. Je souris et m'apprête à lui répondre mais je suis devancé par Yakin.

- Et tu pisses des Akumas par la tête, aussi ? Crétin. Dis simplement que t'as pas été foutu de tenir cinq minutes de conversation et que tu t'es barré par dépit. Et va interpréter de travers, il ne leur est rien arrivé.

Ah elle a pourrie mon effet cella là. J'aurais dû m'en douter. Quand c'est pas elle qui fait la blague, elle fait la gueule. La garce. Pourtant le gamin ne semble pas décolérer et repose son regard sur moi.

- Dis-moi ce que je veux entendre et j'envisagerais de ne pas te briser en deux par le milieu.

Mais c'est qu'en plus de ça, il se prend pour le roi du pétrole. Petit insolent. Du coin de l'oeil je vois Yanwë s'éloigner pour donner des recommandations au barman. Ce dernier fait évacuer la salle rapidement et j'attend patiemment que tout le monde sorte, tout en soutenant le regard de mon cadet. Tu perds rien pour attendre mon gros. Ça y est, les "braves" gens ont quittés les lieux. J'attrape la main enserrant ma gorge.

- Aucun sang-froid le nouveau.

Je lui colle ensuite un bon coup au niveau de la glotte, histoire de le calmer un peu. Une fois libre, je me lève.

- C'pas très poli d'attaquer les gens qu'tu connais pas comme ça. Mais bon, t'es mignon alors j'ten veux pas.  Si t'étais un peu moins tête de nœud t'aurais pris le temps d'écouter notre sœur qui a horreur qu'on lui vole ses blagues. Navré sœurette, boude pas trop jt'offrirai une poupée en rentrant à la maison.

J'attrape ma chope de bière et la termine en trois longues gorgées tout en adressant un nouveau clin d’œil ma sœur. Yakin est plus marrante que Rudy mais bon des fois elle est chiante.

- D'ailleurs Yakin je pensais pas que tu vendrais la mèche comme ça. C'est qu'tu deviendrais comme Rudy. Gentille, mignonne, polie. Bientôt tu vas te mettre à sourire en permanence et t'iras cueillir des p'tites fleurs dans les champs comme une princesse.

Je m'imagine la scène dans ma tête et je laisse échapper un gloussement. Je crois bien que je suis prêt à payer pour voir ça.

- En tout cas pour un type qui a été élevée par des culs-bénis, t'accumules pas mal de péchés capitaux. Papa et Maman doivent pas être fiers.
Rien de tel que l'amour fraternel


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 18/11/2017
Messages : 74

Localisation : Juste devant toi, sayang...
Humeur : Joyeuse.

Disponibilité : ... Pardon ? /VLAN/

Lun 11 Juin - 3:47



Quelle entrée, cher nouveau frère !
Yakin soupira, excédée, son soupir ressemblerait presque à un grognement, et réceptionna sa boisson en buvant une gorgée dans la foulée. Un peu trop grande, un peu trop longue, mais cela eut l'effet désiré ; celui de couper net ses envies de briser les espoirs environnants, ou de transformer tout ce qu'elle sentait en espoir pour les briser en suivant. Il était con ce gosse, définitivement con. Aucune lecture de l'atmosphère. Elle aurait préféré que Micah lui colle son poing dans la figure mais ce n'était pas ce qu'il s'était passé. Et ça l'excédait au plus haut point. L'oeillade furtive et partielle que lui donna son nouveau frère ne fit que la blaser davantage et elle prit une deuxième gorgée de sa boisson, beaucoup plus brève la gorgée cette fois. Heureusement qu'elle tenait beaucoup mieux l'alcool que Rudy, tiens.

*Voyez-vous ça...*
*Toi ta gueule, viens pas me faire chier alors que je suis concentrée.*
*... Voyez-vous ça...*
*VA TE FAIRE FOUTRE RUDY !*

Le rire joyeux et mental de sa consoeur énerva Yakin sur le vif, et elle se leva rageusement - permettant ainsi à Yanwë de se lever et s'extirper de là plus facilement par la même occasion - en gardant son verre en main. Les deux autres conneaux pouvaient bien s'engueuler s'ils le souhaitaient, sa soeur spirituelle semblait décider à lui gâcher ses plaisirs et l'amusement sous ses yeux alors qu'elle mit le sujet de paiement sur le tapis. Cette femme était insupportable. Elle souffla puissamment par ses narines, s'étant au préalable écartée des deux autres cons qui se... elle rêvait où ce bâtard de Heath avait cogné le nouveau ? De mieux en mieux ! Un sourire sarcastique étira ses lèvres en un rien de temps, tandis qu'une étincelle incisive alluma son regard. Yakin ricana.

- Et c'est toi qui parle de sang-froid ?, trancha-t-elle rapidement mais avec la subtilité d'une feuille passant dans une plaie ouverte.

Elle considéra la pièce quasiment vide, à présent, et sourit grandement. Elle allait donner un coup de pouce à son bâtard de frère et à son nouveau frère, tiens. Voilà une perspective amusante !

*Vous avez un verre en main, ma chère.*
*Et où est le rapport ?*
*Boire debout est déjà un comble en soi mais boire en se battant est le comble de la stupidité.*
*TU VIENS DE DIRE QUE JE SUIS STUPIDE, LÀ ?!*
*Non. Seulement que vous risquez de le devenir en vous battant.*
*Et déjà qu'est-ce que tu me saoûles là, casse-toi.*

Yakin en avait profité pour aller s'adosser au comptoir, coudes sur ce dernier et corps tourné vers son ancienne table. Pour voir de loin le revers du nouveau qui, décidément, devenait de plus intéressant. Évidemment, il n'y avait pas d'autre raison à s'adosser à un comptoir de bar, un peu de bon sens que diable. Voyons, elle devait s'en mêler de cette manière pour faire chier encore plus de monde et mêler u-...

*Vous vous saoûlez toute seule.*

Elle n'avait pas fini de l'emmerder, celle-là ?
Merde, putain.

*J'ai l'air saoûle ?*
*Non mais vu les verres que vous allez certainement enfiler vous allez vite le devenir.*
*T'es chiante là, ta gueule...*
*Et dois-je vous rappeler qu'un verre est fait pour être bu ?
*MAIS CASSE-TOIIIIIIIIIIIIIIIIII !*

Sa conversation mentale ne l'empêchait pas de suivre l'échange des deux siphonnés du cerveau de loin, tout en demandant un verre d'eau au tenancier pour taire les ardeurs de l'autre siphonnée des neurones. Sa demande la mit d'ailleurs encore plus en joie ce qui fit grogner Yakin d'exaspération. Elle était définitivement chiante.

- Leur balancer une tonne de glaçons à la gueule semble être une bonne idée..., souffla-t-elle pour elle-même, consciente que seul Yanwë aurait pu l'entendre.

C'était une excellente idée. Oh ! Des glaçons avec des pics de lumière tranchants pour parfumer le tout ! Voilà qui était une excellente idée, à la hauteur de son génie.

*Cessez donc ces manies de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas, Yakin. C'est indigne de notre ra-...*
*Mais ferme ta gueule avec ton rang à la con ! Et c'pas parce qu'ils ne me regardent pas que je ne peux m'amuser, merde !*
*Hum... je pense qu'il serait plus avisé que je reprenne le dessus en ce cas...*
*ÇA VA ! Je suis calme, ça va, c'est bon ! Contente ?!*
*Très !*, lança la pétasse en riant aux éclats - mentalement -, le tout avec une joie dégueulasse.

Yakin leva les yeux aux cieux et prit une autre gorgée de sa boisson, avisant du coin de l'oeil le verre d'eau qui venait d'être glissé près d'elle. Et il y avait des glaçons. Pas assez pour deux mais cela pouvait s'arranger avec deux verres d'eau... Elle soupira de nouveau. Saleté de connasse avec sa courtoisie de ses cinq orteils gauches.

*Ça se dit poli et ça laisse deux connards se bagarrer...*
*Deux de mes frères, Yakin, ne confondez pas.*
*C'est  pire.*
*... N'intervenez pas pour l'instant.*

Yakin soupira de nouveau. Putain de rabat-joie...
Elle tourna son regard désormais blasé vers Yanwë. Journée de merde.

- Bon spectacle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 27


Lun 11 Juin - 9:35

Mais Micah n'entendra pas ce qu'il voulait qu'on lui dise.

A la place, il y aura ce poing qui frappe sous le menton, tandis que d'autres autours s'affairent à faire évacuer les lieux. Un coup qui frappe là où ça fait mal, et qui en temps normal, face à quelqu'un de normal, aurait dû au moins paralyser une bonne poignée de secondes. Ici à la place, la force du coup fera simplement lâcher priser à Micah, sans même un unique pas en arrière. L'autre cogne fort, certes. Mais entre Michael, habitué des combats clandestins et rixes de bar, et Micah, surhomme physique caché sous ses airs de jeune garçon athlétique, il va devoir mettre beaucoup plus de cœur à l'ouvrage pour espérer soutirer quoique ce soit de plus qu'une vague sensation de douleur de la part du Noah.

Et puis, il y a plus important que la douleur, en l'instant.

Tout aussi courroucé qu'il soit, Micah a laissé une chance à l'autre. A sa manière. Il a tendu une main – une main ferme et autoritaire, mais une main tout de même. L'on a préféré lui lancer un poing au visage plutôt que de la saisir. Et quelque part, tout au fond, derrière cette façade  de colère contenue, le Noah sourit. Parce qu'il se maudit parfois, d'avoir cette ultime réserve qui retient ses frappes. Ce soupçon de pitié, de prudence, de quoique ce soit d'autre. Il préférerait s'en débarrasser, combattre le mal par le mal, sans que cet habituel instant d'hésitation ne se présente.

Ce poing, c'est le petit coup de pouce qu'il lui fallait pour abandonner l'ersatz de raisonnable qui subsistait encore.

Et pendant que Micah se libère furtivement de ses chaînes de moralité, Heath entame la suite d'un discours qui ne trouvera jamais de fin. Les premiers mots sortent, mais sont vite interrompus par une autre voix. Quelque chose de changé : elle ne se contente plus d'avoir ce ton lourd, coléreux. Déformée par un rictus de satisfaction sur les lèvres du Parisien, elle est plus... Joyeuse, presque.

« T'as eu ta chance. »

Et si ces mots devaient ne pas suffire à interrompre le Néant, la suite s'en chargera plus promptement.
Le geste est encore un peu plus rapide que celui qui l'avait vu agripper la gorge de Heath. Mais surtout, cette fois, il ne se contente pas d'être rapide.
Il est brutal.
Le poing fermé de Micah ne va pas chercher la glotte, il s'attaque directement au visage, et vient s'écraser dessus avec une force rare – surhumaine. Et la frappe ne cherche pas à calmer, à faire reculer, à simplement rendre le coup : elle vise à ce qu'il traverse la pièce pour s'écraser dans un mur, elle vise à faire mal, à rendre oui, mais au centuple.

Il aurait pu rire en d'autres circonstances, Micah. Il aurait pu jouer le jeu de piques et plaisanteries de mauvais goût de Heath, lui rendre coup pour coup sans perdre son sang froid. Hélas : mauvais sujet, mauvais timing. Il peut rire de beaucoup de choses, mais pas du sort de ses parents. Encore moins quelques minutes à peine après son éveil, quelques minutes après qu'il les ait sauvé d'une mort certaine. Encore sous le choc, encore en train s'assimiler sa toute nouvelle double identité. En clair : très, trop vulnérable, mentalement. Émotionnellement.

Un bouton de col libéré, deux manches retroussées, le Noah fixe son frère, l'air plus que prêt à continuer.

« Toujours sûr de rien avoir à me dire? »

Tout peut s'arrêter maintenant, pour peu que tu ranges ta vaine petite fierté.
Mais je t'en prie, continue, si tu préfères. Ça me convient aussi.


« Je m'en voudrais de faire perdre plus de leur temps à nos frères et soeurs.»

Dernière réplique lancée en un rictus mi-amusé mi-féroce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 350

Localisation : Arche des Noés
Humeur : Hum... ironique

Disponibilité : Actif

Sam 16 Juin - 16:17
Résumé de la situation en quelques mots : ses deux « frères » qui se tabassent et sa « soeur » qui préfère venir au comptoir se bourrer avec un verre d’eau glacé…
Il lança un regard noir au gérant qui quitta enfin son bar après avoir servit Rudy et s’aidant de ses mains, il s’assit sur le comptoir, faisant balancer ses pieds dans le vide. Mais qu’est-ce qu’il foutait encore ici ?

Leur balancer une tonne de glaçons à la gueule semble être une bonne idée...
Fais ce que tu veux… lui lança-t-il d’un air particulièrement blasé.

Même avec ça, il doutait que sa leur remettent les idées en place et lui ne voulait pas être prit dedans. Il ne pouvait pas non plus utiliser son pouvoir pour les calmer, vu leur caractère apparent de merde -fais avéré dans le cas de Heath-, cela ne servirait à rien.

Bon spectacle...
Non, c’est juste chiant.

Déjà qu’il n’aimait pas les combats en temps normal alors voir deux types se taper dessus parce que l’un avait un humour suspect et l’autre n’en avait pas, c’était absolument pas son truc.
Il finit son second verre cul sec avant de regarder la bouteille, plutôt concentré. Reprendre un verre ou non ? Parce que les deux autres avaient l’air d’en avoir encore pour un moment.

Il sauta du comptoir, se servant un autre verre qu’il vida aussitôt avant de reposer le tout sur le comptoir, faisant un léger signe à Yakin.

Je vais prendre l’air…

Reprenant une apparence « humaine » puisque celle-ci n’était pas au goût de sa « famille », il fit un salut aux deux combattants qui étaient sûrement trop occupé pour le voir et se dirigea vers la sortie. Une fois dehors, il se contenta de s’appuyer devant la devanture du bar, lançant un regard blasé au tenancier qui était restait devant la porte d’un air inquiet. Il avait sûrement peur qu’ils ne fasse exploser son bar… ce qui était légitime.
Sortant un paquet de cigarette de sa poche et qu’il avait « emprunté » au Noah du plaisir, il l’alluma distraitement avant de la glisser entre ses lèvres.

Le temps est vraiment magnifique… lança-t-il ironiquement à l’humain.

Maintenant, puisqu’il ne pouvait pas rentrer seul à moins d’avoir des remontrances, il n’avait plus qu’a attendre qu’ils se calment.
C’était toujours pas gagné.



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe-
Sauter vers: