Pourrez- vous vous en échapper ?
 
Les griffes de la mort se referment sur vous. Tous les regards se tournent vers un seul homme ; un frère, un traître, un musicien, pour certains un guide… Alors que l’Ordre Noir et les Noés cherchent à le capturer pour en faire un allié ou une victime, une nouvelle menace fait son apparition, bien déterminée à protéger ce destructeur à coup de tours et de sorts…
Les nouveautés
9 SEPTEMBRE 2017 : Ouverture du Forum
19 JANVIER 2018 : Lancement du premier Event-Intrigue
21 OCTOBRE 2018 : Lancement du second Event-Intrigue
1 JANVIER 2019 : Changement de thème
Rumeurs
• Il paraît que durant la nuit du 30 Décembre, la ville de Canberra a mystérieusement explosé avant d'être tout aussi mystérieusement reconstruite. Illusion collective ?


Les rumeurs sont à prendre en compte in-rp. Si vous avez des idées de rumeurs, vous pouvez les envoyez par mp ici.
Le staff
Shiro Takuya
Dispo • MP •
Irélia Montrozier
Dispo • MP •
Thomas Alexander
Dispo • MP •
Votez pour

Partagez|

La famille avant tout ! [PV: Ellana /o/]

D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe
avatar

Date d'inscription : 19/05/2018
Messages : 36

Localisation : ICIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! /O/
Humeur : Ambroisienne. *Q*'

Disponibilité : Always open, dude. ;p
Voir le profil de l'utilisateur
Si la mort est cruelle et jamais juste, alors je serais la justice
Inventaire

Date d'inscription : 19/05/2018
Messages : 36

Localisation : ICIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! /O/
Humeur : Ambroisienne. *Q*'

Disponibilité : Always open, dude. ;p
Ambroise de Coral
Si la mort est cruelle et jamais juste, alors je serais la justice
Sam 1 Sep - 1:42
Londres. Je m’étirai de tout mon long, faisant craquer mes épaules et quelques autres articulations. J’étais à Londres et Liang m’avait donné quartier libre parce qu’il en avait marre de voir ma sale face et de m’entendre hurler. Comme tout être vivant normalement constitué, en fait ; il a juste eu le courage de te dire ça directement ; j’l’aime bien moi, Liang. Moi aussi ! J’crois qu’on l’a perdu ; clairement perdu, ouais. J’expirai profondément, ouvris les yeux… et me mis à courir dans tous les sens.

- C’EST GÉNIAAAAAAL !

Je fis l’avion sur quelques mètres avant de me mettre à faire des roues puis à rouler plus simplement dans l’herbe tout en éclatant de rire.  J’y pense, Liang m’a donné quartier libre mais… il est où le quartier libre ? Il est con ; très con ; ou carrément précoce, au choix ; ta gueule toi, il est juste con ; c’pas une nouveauté ça ; c’pas faux. Les voix sont pas gentilles de pas m’aider… Oh ! Était-ce une épreuve ? Si je trouvais le quartier libre, j’aurais droit à… de la guimauve ? IL FAUT QUE JE TROUVE LE QUARTIER LIBRE ! Il est par là-bas, à droite ; à gauche crétin ; putain mais qu’il est con ce gosse... Il fallait que je sortisse du parc en prenant le chemin de droite, puis c’était à gauche ? J’enregistrai la chemin mentalement puis je brandis mon poing en avant.

- En avant Terreur Nocturne des Flocons de Neige du Quartier Libre Glacés au Froid d’Été ! Le quartier libre nous attend !, lançai-je à Neige, qui se percha dans mes cheveux et s’y accrocha solidement.

Je me mis alors à courir de tout mon saoûl, la queue de Neige balayant ma nuque dans un mouvement duveteux régulier. Je souris et, la sortie du parc atteinte, je fis un dérapage pour tourner à gauche tout en continuant de courir. C’était par où maintenant ? Tout droit ; évidemment que c’est tout droit. Alors allons tout droit ! Il veut sa mort ; non, il veut la nôtre ; les nôtres, plutôt ; ouais, pas faux. Si je n’allais pas tout droit je mourrais ? Je fonçai donc tout droit dans une ruelle où je m’arrêtais lentement avant de poser mes mains sur mes cuisses, essoufflé. Wow, le quartier libre c’était pas la porte à côté ! Neige avait profité de ma pause pour se rouler en boule sur ma tête, laissant sa queue caresser mon visage. Je ris.

- Patience, Neige, on y sera en un rien de t-…, commençai-je avant de m’interrompre. Cette allure princière, ce port de tête irréprochable, cette aura de délicatesse et de gentillesse irradiant à des kilomètres à la ronde... TATIIIIIIIIIIIIIIIIIE!, hurlai-je en lui sautant dessus.

Je lui fis un long câlin, l’étreignant de mes bras, tandis que Neige s’endormit en silence sur ma tête. Elle bougea sa queue lorsque je me redressai en la réveillant… J’AI RÉVEILLÉ NEIGE ? Mais c’est terrible ! Je la pris entre mes mains et la glissai dans la poche interne de la veste de mon uniforme cousue pour spécialement pour elle. Dans un ronron, elle s’endormit de nouveau. Je souris avant de me tourner vers Tatie.

- Tatiiiiiie, je suis content de te voir ! J’ai besoin de toi pour une mission PRI-MOR-DIA-LE ! Tu sais où est le quartier libre, toi ? S’IL TE PLAÎT TATIIIIE, ÇA URGE GRAVE DES COUTEAUX DE MAI ! J’dois absolument y être dans moins de trente-deux chèvres à canines pyramidales !, la suppliai-je.

Tatie allait me répondre, je le savais ! … Elle commencera par la réponse du savant ou du poète ? Au secours ; à l’aide ; il est… ; rien ; oui ; clairement, il n’est rien. C’pas très gentil, ça...


Ambroise vous explose les oreilles en #16B84E
et
les voix qu'il entend lui explosent son espace mental en italique ; italique.
avatar

Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
Inventaire

Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 22

Ellana A. Crawley
L'erreur est de croire qu'elle a besoin d'une arme. Elle est une arme
Dim 23 Déc - 13:34


« Quelle
blague. »
with Ambroise de Coral





Les rues de Londres ne lui avaient pas manqué. Sales, humides, glissantes et désespérément grises. Elle avait beau ne pas être une fervente amoureuse du soleil, Ellana ne chérissait pas non plus l’air lourd de l’Angleterre, son ciel blanc et ses averses imprévisibles. La boue lui collait aux pieds, l’humidité rendait ses cheveux désagréable au toucher et, comme si ce simple mouvement aurait pu prévenir l’insupportable, Ellana les noua en une longue tresse qu’elle laissa tomber le long de son épaule.
Les quelques mèches encadrant son visage s’étaient transformées en discrètes boucles anglaises, lorsqu’elle atteignit l’entrée de la ruelle qu’elle cherchait depuis son arrivée. Rien de surprenant, alors elle n’y prêta pas attention.

Son regard se perdit sur le passage pavé qui s’étendait sous ses yeux et elle s’y engouffra sans attendre pour fuir l’effervescence de Londres. Pour oublier le bruit qui l’entourait, autant que les regards qui la suivaient. Pour se retrouver confrontée à un visage qui sembla s’illuminer dès qu’il eut rencontré le sien.

« TATIIIIIIIIIIIIIIIIIE ! »

Elle ne l’avait même pas reconnu, au premier coup d’oeil. La vue de son faciès lui avait arraché un désagréable frisson fait d’une haine viscérale mais elle n’avait pas assimilé, sur l’instant. Pas plus qu’elle ne comprenait pour quelles raisons il se retrouvait accroché à elle, visiblement bien décidé à la câliner. Un nouveau frisson courut le long de sa peau et elle ferma les yeux un bref instant lorsqu’il la relâcha.

« Je croyais t’avoir déjà dit que je ne suis pas ta tante. »

Il l’agaçait. Il l’agaçait même tellement qu’elle en sentit sa mauvaise humeur exploser alors même que son regard perdait son temps à détailler les deux oranges sanguines qui la fixaient. Il n’était pas si différent d’elle, au final. Les mêmes cheveux blancs, les mêmes yeux étranges, il était juste dénué des marques pour lesquelles elle avait été jetée au fond d’un trou. Il avait grandi dans une famille qui n’était pas la sienne, élevé par un frère qu’elle avait préféré considéré comme mort, lorsqu’elle l’avait vu ignorer le traitement qu’on lui accordait. Alors de quel droit revendiquait-il un lien de sang qu’elle n’acceptait pas plus qu’elle ne le ressentait ?

« Tatiiiiiie, je suis content de te voir ! J’ai besoin de toi pour une mission PRI-MOR-DIA-LE ! Tu sais où est le quartier libre, toi ? S’IL TE PLAÎT TATIIIIE, ÇA URGE GRAVE DES COUTEAUX DE MAI ! J’dois absolument y être dans moins de trente-deux chèvres à canines pyramidales ! »
« ... »

Son visage se colora d’une brève colère. Sourde.
Et sa main se releva. Rencontra le visage de son prétendu neveu pour l’envoyer s’écraser dans le mur le plus proche. Rien qui ne puisse la calmer mais juste ce qu’il fallait pour s’empêcher de réellement exploser.

« … Cette famille a  un peu trop le don de me mettre hors de moi. »
© Shae


they could not
break me.

Music Theme :

She defies you in #778899.
La famille avant tout ! [PV: Ellana /o/]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Les études avant tout!"
» Graphisme sur fond noir / Galerie d'Amber
» Déesses mais amies avant tout !
» Molly Weasley - Je suis peut-être mère avant tout... ♥
» Maître de moi avant tout! Ft Amélia Peters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Europe-
Sauter vers: