« Quand la guerre fait rage, les déchirures ne se referment pas de sitôt. »
Marian Cross
Seeds of Destruction
You again ? || PV Shen-Nung Lan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
You again ? || PV Shen-Nung Lan
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Sam 22 Sep - 20:51

Shen-Nung Lan

&

Mei-Ling Hei

Pourquoi t'es là ? Tu me suis ?
Tes mains glissent sur le pan de ta jupe et tes doigts se crispent légèrement dessus.

« Ça devrait passer d’ici quelques jours. Ce n’est pas infecté. »
« Merci beaucoup. »

Tu finis alors par te relever en gardant le regard baissé puis tu quittes les lieux rapidement. Inutile de t’attarder plus longtemps chez ce médecin. Non pas qu’il soit désagréable mais ta venue subite chez lui n’est pas vraiment ce dont tu avais besoin. Ou plutôt, la raison de ta venue n’est pas vraiment ce dont tu avais besoin. Cela fait bien longtemps que ton œil ne t’a pas fait mal. Il faut dire que tu portes cette cicatrice depuis quelques temps maintenant et que la plaie n’est plus vraiment active. Mais ces derniers jours, quelque chose te lance à ce niveau si sensible. Ton œil te fait mal. Un surplus d’émotion ? Peut-être. Tu ne peux t’empêcher de ruminer depuis cette rencontre si inattendue de ce... jumeau. Rien n’est plus pareil maintenant et ton esprit accumule bien trop d’informations que tu n’arrives plus à gérer. Alors les pleurs s’accumulent même s’ils ne se voient pas. Mais même si tu aimerais tirer un trait sur l’origine de cette blessure ainsi que sur ce qu’il s’est passé il y a quelques jours, tu ne peux pas prendre le risque que cette zone de ton visage s’infecte. Alors cette visite médicale était nécessaire malgré tout.

Tu replaces tranquillement ton cache-œil avant de continuer ton chemin pour retourner chez toi. Tu n’es pas d’humeur à te balader. Ton visage reste morne. Tu ne regardes même pas en face de toi. Seuls les pavés du trottoir défilent sous ta seule pupille encore bien alerte. Un soupir las t’échappe alors que tu ralentis la cadence de tes pas. Les mots du médecin résonnent encore dans ta tête. « Comment est-ce arrivé ? » ... Comment est-ce arrivé... Comme si tu avais été seulement capable de lui donner la réelle raison de cette balafre. Mais la réelle raison elle... Elle traverse ton esprit maintenant. Et ce sont des images cruelles qui reviennent percer tes souvenirs. Tu ne sais pas si tu dois pleurer ou être frustrée. Ta famille te manque mais en même temps, ils ne comprennent rien. Ils ne te comprennent pas. Tu ne comprends plus rien toi-même. Qui est qui ? Où ? Comment ? Pourquoi ? Ça devient bien trop dur pour ta petite personne. A en oublier ce pourquoi tu es là maintenant, en Angleterre. Tu voudrais tant que tout redevienne comme avant.

Tu t’arrêtes non loin de chez toi, au coin d’une rue plus tranquille. Tu t’adosses alors au mur. Tu sens que les larmes montent mais tu ne veux pas qu’elles se montrent. Tu forces. Et ce signe de tristesse et de colère brûle ton œil. Ça recommence. La douleur est vive. Tu viens instinctivement porter des doigts sur le tissu qui cache ta misère mais c’est trop douloureux. Tu ne peux pas attendre d’arriver chez toi. Tu retires alors ce bandeau noir afin de frotter ton iris abimé. Mauvaise idée. Ça te lance bien plus. Un léger couinement de douleur t’échappe alors que tu baisses la tête pour frotter ton œil encore plus. Plus rien n’a d’importance autour de toi. Tu ne fais même plus attention. Tu essaies de calmer la douleur.

« Aïe... Ça fait vraiment mal... »



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Shen-Nung Lan
C'est parce qu'on a des choses à défendre qu'on fait le choix de se battre
avatar
Date d'inscription : 31/03/2017
Messages : 81

Localisation : En France ou en déplacement pour Iré~
Humeur : Rêveur

Disponibilité : Jours et nuits~♥
C'est parce qu'on a des choses à défendre qu'on fait le choix de se battre
Sam 22 Sep - 23:23
Encore ? Sérieusement ?

Journée de merde selon Lucy, belle journée agréable et ensoleillé selon Shen. Mais pour sa décharge, Shen n’avait pas encore très bien quel était le délire d’une réunion entre partisans du 14th et surtout, qui était réellement le fameux musicien.
Lucy soupira, s’appuyant contre un mur, son paquet enroulé dans du papier kraft bien casé sous son bras. « Je t’expliquerais plus tard, pour le moment, contentons-nous de rentrer en France », pensa-t-il à l’égard de sa moitié.

Un mouvement au coin de la rue attira son attention et il décolla aussitôt du mur, plissant les yeux pour mieux voir. Des cheveux violet… Il eut un mouvement de recul, entendant l’interrogation de Shen au fond de ses pensées.
Il eut une légère grimace.

Mei-Ling… marmonna-t-il.

Donc finalement, il n’était pas paranoïaque et elle était vraiment en ville. Honnêtement, il s’en serait bien passé. Et de nouveau l’interrogation, un peu agacé cette fois mais il pouvait comprendre. Shen devait commencer a en avoir marre qu’il remette ses explications à plus tard. Il soupira.
« Disons que la dernière fois que l’on s’est vu, on a faillis s’entre-tuer... »
Il sentit la tension et l’incompréhension de sa moitié, il fit une nouvelle grimace.
« C’est ta cousine… »
Si Shen avait été en face de lui, il n’aurait plus eut de tympans actuellement. Il croisa les bras maladroitement, tenant toujours son paquet sous l’un d’eux.
« C’est délicat mais… va la voir si tu veux. »
Il sentit l’hésitation et soupira, fermant les yeux d’un air fatigué.
« C’est un soucis de famille… ça ne me concerne pas. J’ai mal géré la dernière fois et ça a mal fini. Je ne suis pas toi… Je suis sûr que ça va bien se passer cette fois. Et je veille. »
Peu à peu, il lui laissa la place.

Il papillonna des yeux, un peu désorienté. C’était encore un peu étrange pour lui de se dire qu’il avait une autre personnalité… Se mordant la lèvre, il manqua de trébucher sur ses propres pieds et se tapa la tête dans le mur en rattrapa in-extremis sa charge avant qu’elle ne tombe au sol puis soupira de soulagement.
Se redressant, il tourna le regard en direction de celle désigne comme sa cousine par l’autre.

Un peu stressé et pas franchement rassuré, il marcha à pas lent vers la jeune fille. Plus il se rapprochait, plus il avait l’impression qu’elle n’allait pas très bien. Alors, cherchant un mouchoir propre dans son sac, il le tendit à la jeune femme une fois qu’il fut à porté, lui mettant presque sous le nez sans pour autant vouloir se montrer intrusif.

Tiens… ça ne va pas ?

Il ne savait pas vraiment comment il devait réagir aux informations soudaines de Lucy alors, il avait décidé d’agir le plus naturellement possible. Puis il la reconnu… cela lui paraissait être une éternité, en Chine. Sa famille… Il se souvenait ne pas se souvenir d’elle et l’avoir blessée…
Il recula d’un pas, le regard gêné et coupable.

Pardon…

Il s’excusait de ne toujours pas la reconnaître comme sa cousine et de ne savoir qui elle était que parce que Lucy le lui avait dit. Il s’excusait aussi de tout ce qu’elle avait dû supporter par sa faute parce qu’il ne comprenait pas. Mais il se promis de faire au mieux à présent qu’il savait un peu plus de chose même si beaucoup encore lui échappait.
Codage par Libella sur Graphiorum



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Jeu 27 Sep - 22:57

Shen-Nung Lan

&

Mei-Ling Hei

Pourquoi t'es là ? Tu me suis ?
Tu n’entends rien. Tu ne vois rien. Seule ta douleur te guide. Ce que cet œil a mal choisi son moment pour te faire souffrir. Et tu sais que plus tu frottes et moins ça va s’arranger. Mais c’est comme s’il y avait une forte poussière qui te brûlait. C’est plus fort que toi. Tu aurais mieux fait de te retenir. Non seulement ça aurait évité d’irriter ton œil encore plus mais surtout, ça t’aurait permis de constater que tu n’étais pas seule dans les environs. Que quelqu’un vient de lamentablement se prendre un mur en voulant se diriger vers toi. Quelle compagnie qui t’attend là... En quelques sortes, c’est peut-être bien mieux que tu ne saches pas. Du moins pas encore. Car le secret n’est pas gardé bien longtemps. Quelques pas, non loin de toi. Tu ne les entends pas tout de suite, trop focalisée sur ta douleur. Mais un timbre de voix que tu manques de reconnaitre perce tes tympans. « Tiens… ça ne va pas ? » Tu crois le reconnaitre mais tu dois te tromper, n’est-ce pas ? Tu te trompes sûrement alors tu secoues un peu la tête. Tu sens qu’on te tend quelque chose. Alors tu redresses le visage tout en cachant au mieux ton œil balafré afin de contempler qui vient demander de tes nouvelles.

« Merci. Mais ça ir... »

Oh non. Ça n’ira pas. Tu ne t’étais pas trompé. Tu crois que ton esprit te joue un sale tour. Que tu es fatiguée et que tu crois voir ce que tu ne veux pas voir. Mais là, la situation est telle qu’il n’y a pas d’illusions. Tu reconnais rapidement ce visage. Ces yeux... Cette voix était donc bien la sienne... Tu écarquilles tes pupilles tout en gardant tes doigts sur celle qui peine à voir. Elle n’est pas totalement aveugle mais elle décerne bien moins qu’avant à cause de cette blessure qu’IL t’a infligé. Un bruit de claquement sévère se fait sentir. Ta main libre vient de taper dans celle qui t’offre ce mouchoir. Shen recule alors que toi, tu t’apprêtes à hurler de colère.

« Pardon… »
« P... Pardon... ? PARDON ?! »

Ton cœur bat la chamade. Tu te focalises sur ce cousin que tu as tant aimé et qui, aujourd’hui, ne se souvient pas de toi. Qui a levé la main sur toi sans pitié. Ce geste et cette trahison te reviennent et la douleur remplit tout ton être. Tu te redresses alors d’un coup. Tu es tellement choquée et prise au dépourvue que tu ne réfléchis encore pas. Tu n’as même pas pensé que cette main qui t’était tendue était amicale cette fois-ci.

« Pardon pourquoi, hein ? Pour m’avoir oublié ?! »

Tu vocifères comme jamais. Tu aurais pu attaquer la première comme tu as si bien fait en Corée mais en réalité, ton corps entier tremble alors que tu protèges encore ton œil. C’est étrange cette sensation. En si peu de temps, tu ne t’attendais pas à rencontrer un homme ressemblant comme deux goutte d’eau à Shen ni même à rencontrer ce dernier dans ce même pays. Es-tu seulement réellement en colère maintenant ou tout simplement... perdue ?

« Ou pour avoir insulté les souvenirs de la famille ?! »

Tu te souviens que ce jour-là, Shen a trahi tout le monde en refusant de suivre la voie qui lui était tracé. Et ça l’a fait sourire de te dire ça. Comme s’il avait aimé te décevoir après t’avoir oublié. Ou fait semblant de t’oublier. En fait, tu ne sais même plus ce que ton cousin pense. Un sale frisson parcourt ton échine et te paralyse. Tu voudrais te jeter sur Shen et laisser ta frustration sortir mais tu ne peux pas. Tu restes là, comme une idiote, frottant ton œil encore pour chasser ces larmes qui reviennent. Finalement, au fond de toi, peut-être que tu es... soulagée de le voir parce qu'il te manque. Mais ça, tu refuses de le croire. Tu le détestes pour cet abandon. Tu finis alors par attraper ce mouchoir de cette main initialement tendue pour sécher tes yeux et tenter de calmer la brûlure qui s'installe encore plus.

« Ou pour m’avoir fait ça... ? ... Pourquoi tu es là... ?! Qu’est-ce que tu veux... »



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Shen-Nung Lan
C'est parce qu'on a des choses à défendre qu'on fait le choix de se battre
avatar
Date d'inscription : 31/03/2017
Messages : 81

Localisation : En France ou en déplacement pour Iré~
Humeur : Rêveur

Disponibilité : Jours et nuits~♥
C'est parce qu'on a des choses à défendre qu'on fait le choix de se battre
Dim 30 Sep - 1:28
Si seulement je pouvais savoir...
Elle frappa sa main mais il tenait assez bien le mouchoir pour ne pas le lâcher et il recula un peu, par réflexe. Il entendit un soupire étouffé mais n’y fit pas attention alors qu’il s’excusait par automatisme, un peu surprit. Peut-être n’aurait-il pas dû ? Il ne savait pas mais en tous cas, la voir ainsi lui faisait un pincement au cœur sans qu’il ne parvienne à s’expliquer pourquoi.
Il se souvenait bien de Luci lui disant qu’elle était sa cousine mais pour lui, ça n’avait aucun sens pour le moment.

P... Pardon... ? PARDON ?!

Elle se redressa d’un coup et il recula d’un pas, le mouchoir toujours à demi-tendu d’une main et l’autre main légèrement levé devant lui comme si elle pouvait lui servir de bouclier. Elle semblait triste et en colère et il en était que plus dérouté.

Pardon pourquoi, hein ? Pour m’avoir oublié ?!

Il entrouvrit la bouche pour parler… avant de la refermer en se rendant compte qu’il n’avait rien à dire. Ou du moins, rien qui ne pourrait rassurer ou calmer la jeune fille devant lui. Oh, il pourrait bien lui dire, qu’effectivement, il s’excusait pour cela. Mais même la pensée de son entreprise lui semblait dénué de sens.
Il n’aurait pas dû s’excuser, il le savait. Mais il n’avait pas pu s’en empêcher.

Ou pour avoir insulté les souvenirs de la famille ?!

Les souvenirs ? Lesquels ? Il ne savait pas de quoi elle parlait et même le temps qu’il avait passé en Chine ne lui donnait pas d’indice sur ce dont elle voulait parler. Il ne se rappelait pas d’avoir insulté sa famille quand ils s’étaient rencontré en Chine toutefois… a moins qu’elle estimait que l’oublie était une insulte alors, il ne pouvait rien y faire pour le moment.
« Plus tard... », mais la promesse de Luci lui sembla sonner comme une supplique cette fois.

Elle récupéra le mouchoir d’un geste si vif qu’il sursauta, observant son geste… puis son œil d’un regard inquiet. La blessure était-elle récente ? Il ne lui semblait pas mais il ne pouvait pas juger simplement en regardant ainsi. Il lui faudrait se rapprocher… ce qui ne lui semblait pas être une bonne idée pour le moment.

▬  Ou pour m’avoir fait ça... ? ... Pourquoi tu es là... ?! Qu’est-ce que tu veux...

Il écarquilla les yeux, sous la surprise.

Je… t’ai fait ça ? Demanda-t-il d’une voix blanche.

Mais il comprit. Ce n’était pas lui, ou du moins pas vraiment. Luci était le responsable… Mais ne lui avait-il pas dit que ça s’était mal passé la dernière fois ? Il l’avait attaqué ?
« Hum… sans les détails, les cicatrices dans ton dos sont les vestiges de cette rencontre. Elle sait se défendre… »
Il fronça les sourcils, se mettant droit avant de serrer la bandoulière de son sac étroitement dans ses mains.

Je… j’aimerais te parler. De la dernière fois… mais d’avant aussi… Je… C’est…

Il soupira, se grattant l’arrière de la tête d’un air clairement gêné avant de regarder la rue déserte, puis le sol… puis le mur derrière sa cousine… puis de nouveau la rue et le sol…

Je ne comprends pas tout encore… Mais j’essaie, vraiment…  Et… Je…

Il ne savait pas comment dire. L’autre lui avez dit de lui dire mais il ne parvenait pas à trouver les mots et excepté pour rajouter des « non-détails », il ne semblait pas vouloir l’aider à trouver ses mots.
Il entendit un autre soupire.

Je ne me souviens pas de l’attaque… finit-il par lâcher piteusement, triste, en observant ses pieds.

Ce n’était peut-être pas la meilleure chose à dire à ce moment précis au vu de la fureur de la jeune fille, mais c’était bien la seule chose de cohérente qui lui était venu à l’esprit.
Codage par Libella sur Graphiorum



Merci Iré pour la signa :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Mer 10 Oct - 14:04

Shen-Nung Lan

&

Mei-Ling Hei

Pourquoi t'es là ? Tu me suis ?
Tu t’acharnes avec cette frappe, éloignant cette main généreuse que tu ignores. Pourtant, quelque chose t’échappe. Tu ne comprends pas. Quel est ce recul si soudain et ces excuses bidons ? La dernière fois que vous vous êtes vu Shen et toi, il t’a blessé et il t’a considéré avec un certain mépris en plus d’un refus de venir vers toi de nouveau, comme avant. Il t’a oublié pour ensuite se souvenir de toi et enfoncer le couteau dans la plaie. Vous vous êtes battu, laissant pour chacun de lourdes cicatrices. Il t’a complètement perdu. Et là, il semble si... effrayé.

Tu perds ta contenance une fois de plus en hurlant pour seule défense à ta douleur et Shen recule. Encore... Et il se protège le visage ? A n’y rien comprendre. Même si tu continues de vociférer, tu restes stupéfaite face à ce comportement craintif. Un chiot entrain de se faire battre. Voilà l’image qu’il donne actuellement.

Tu attends qu’il te réponde. Qu’est-ce qu’il fout ? Tu t’égosilles depuis tout à l’heure et là, c’est le silence ? Comme une carpe, ses lèvres s’entrouvrent puis se referment. Tout se mélange dans ton esprit. Tu étais en colère parce que ton cousin adoré était là. Rien que sa présence éveille en toi des souvenirs que tu ne peux supporter. Mais là, ton mécontentement semble être tout autre. C’est quoi cette chiffe molle ? Il mériterait que tu lui gonfles le son d’un cri perçant dans les oreilles pour qu’il se bouge ! Même parler de famille ne le rend pas plus ferme.

Tu en attrapes le mouchoir de rage. « Je… t’ai fait ça ? » Si ta force avait été celle d’un homme, tu aurais déchiré ce petit mouchoir d’un seul coup. Mais ta poigne reste tout de même très ferme. Tu te crispes violemment en entendant cela. C’est impossible... Comment peut-il oublier tout ça ? Comment peut-il seulement se comporter ainsi ! Tu ne reconnais plus Shen. Tu finis par te demander qui il est...

« Je… j’aimerais te parler. De la dernière fois… mais d’avant aussi… Je… C’est… »
« Tu aimerais... me parler... ? »

Le ton que tu emploies est si blasé, si ironique. Te parler de la dernière fois ? Il ne se souvient même pas. Du moins, c’est ce qu’il dit. Tu t’occupes de ton œil comme tu peux. Tu as peur qu’à force de frotter, ça se mette à saigner. « Je ne comprends pas tout encore… Mais j’essaie, vraiment…  Et… Je… » Essayer ? Alors que son regard tremble et qu’il n’ose même pas te regarder.

« Je ne me souviens pas de l’attaque… »
« Tu... ne te... souviens pas... »

Un rire te prend. Un vilain rire jaune et nerveux. Tu n’en peux plus de cette situation. Alors ton corps cède à cette pulsion colérique. Tout s’accumule et tu finis par lâcher prise. Tu t’approches vivement de Shen avant de laisser ta main claquer violemment sur sa joue. Une gifle monumentale dont il se souviendra. Du moins tu l’espères. Les sanglots te prennent. Tu sens ta gorge se nouer. Ton regard est bien bas, tu fixes le sol. Mais tu restes près de ce cousin qui t’es totalement inconnu. Tu ne le reconnais pas. Tu n’acceptes pas son comportement. Tu ne comprends pas...

« Bordel mais c’est quoi ton problème ?! »

Tu relèves alors vivement ton regard pour planter tes pupilles fatiguées dans celles de Shen. Ton œil abimé est légèrement gonflé par l’irritation.

« Comment tu peux me dire ça ?! Tu... Tu te pointes à côté de moi avec cet air de chien battu alors que c’est toi qui m’a blessé et mentalement détruite ! Tu m’as abandonné... ! »

Un autre coup part. Droit sur son torse. Tu aimerais le frapper bien plus mais tu t’arrêtes là. Tu ne voulais pas le frapper. Tu étais vraiment soulagée de revoir Shen quelque part et il faut encore que ça parte en grand n’importe quoi parce que tu ne comprends pas. Et lui... Est-ce qu’il se joue de toi à faire comme s’il ne se rappelait de rien ? Pourtant il te l’a dit ! Il te l’a dit qu’il te reconnaissait. Et il t’a sourit mesquinement en te trahissant.

« Tu fais comme si tu avais oublié et après, par miracle, tu te souviens ? Et là... Tu veux me faire croire que tu ne sais rien... ?! Que tu t’intéresses à moi soudainement ? Il est où le souci ? Je ne te reconnais pas ! Je ne sais même plus qui tu es ! »

Tu lâches prise avant de te laisser tomber au sol, sur les genoux. Tes doigts effleurent ces larmes qui irritent encore ton œil. Il te faut ton cache-œil pour protéger ta plaie.

« Je finis par me demander si tu es réellement celui que j’ai connu... Je ne comprends plus... »



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: