« Quand la guerre fait rage, les déchirures ne se referment pas de sitôt. »
Marian Cross
Seeds of Destruction
Une petite panthère ! Ça fait longtemps ! {.feat Sabbat}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Une petite panthère ! Ça fait longtemps ! {.feat Sabbat}
Gabriel L. Whelan
Celui qui n'a jamais fait d'erreur n'a jamais rien fait
avatar
Date d'inscription : 12/05/2018
Messages : 32

Celui qui n'a jamais fait d'erreur n'a jamais rien fait
Lun 1 Oct - 20:15
 
Ça fait un bail !


Depuis « l’incident » de la dernière fois, impliquant sa descendante et ce satané Kale, il avait quitté l’Europe pour laisser les choses se passer un peu. Il comprenait bien la colère et la tristesse d’Irélia mais lui aussi avait perdu ce jour là. Cela était simplement de façon différente.
Quasiment un mois et demi était passé et il était donc de retour en Europe… plus précisément en France… et encore plus précisément dans la périphérie de Paris. C’était décidément bien plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher d’aller voir ce qu’il se passait du côté de sa descendante pour être sûr que tout aille bien. Il ne devrait pas en avoir de doute pourtant, surtout depuis qu’elle faisait partie elle aussi de l’Augure mais il était ainsi fait, il ne pouvait pas simplement l’ignorer.

La nuit était étoilé et bien fraîche mais cela ne se ressentait pas et pour cause, le quartier par où il avait décidé de passer étaient en pleine festivité. De quoi ? Il l’ignorait totalement mais la musique et les boissons allaient bon train. Peut-être même un peu trop, mais il ne pouvait pas s’empêcher de sourire en voyant toute cette agitation heureuse.
Il récupéra avec surprise une choppe de bière donné par un fêtard passant tout près mais fut absolument incapable de comprendre le charabia qu’il avait tenté de lui raconter avant de partir danser sur une table avec son collègue qui semblait tout aussi rond que lui. Pourquoi pas, en plus une bière gratuite, ça ne se refusait pas.

Il venait de finir sa choppe de bière, bien à l’ombre de la fête tout en gardant les yeux dessus quand une silhouette attira son attention. Et pour cause, peut importait où ils se trouvaient, le manteau des Exorcistes étaient fort peu discret.
Se demandant ce qui pouvait bien clocher pour avoir la présence de l’un d’entre eux ici -en espérant que les Akumas aient déjà étaient tués- il posa sa tasse sur une table quelconque avant de se fondre une nouvelle fois dans les ombre, usant de la dissimulation des sorciers pour masquer sa présence.

Un sourire amusé colora quand il reconnu le visage de l’exorciste. Donc, elle avait fini par rejoindre l’Ordre… A vrai dire, il ne l’aurait pas crut d’elle mais aussi, cela faisait un bon moment qu’il ne l’avait pas vu à présent. Les gens changeait.
Bifurquant, il se posta sur les toit pour continuer sa filature discrète attendant patiemment qu’elle aille dans une ruelle plutôt déserte… avant de sauter derrière elle subitement, lui posant une des ses large main sur sa gorge.

▬ Je t’ai connu plus réactive petite guerrière, commenta-t-il amusé.


Bien entendu, il avait triché, même avec son instinct et son innocence, elle aurait jamais pu le débusquer alors qu’il utilisait la sorcellerie.

Codage par Libella sur Graphiorum


Il n'existe rien dans ce monde dont je ne puisse plaisanter. Parfois, au plus profond de la nuit, je crois bien que j'entends les dieux plaisanter sur nous. S'ils nous ont réellement créés, ils nous ont créés pour plaisanter. C'est tout. Et une mauvaise plaisanterie, qui plus est !

David Gemmell - Rigante, le coeur de Corbeau


Je vous racontes des histoires en #cc3333
Revenir en haut Aller en bas
Sabbat
Vivre c'est ce mettre en danger
avatar
Date d'inscription : 29/05/2018
Messages : 18

Humeur : Chasseuse

Disponibilité : Tout le temps
Vivre c'est ce mettre en danger
Ven 16 Nov - 18:54

UNE DRÔLE MANIÈRE
DE DIRE BONJOUR


Paris. Une ville dont la renommée traversait même les mers les plus lointaines. Il ne m'avais pas fallut longtemps pour accepter la mission qui prenait place dans cette ville à la réputation si intéressante. Je m'étais bien assurée que c'était une mission des plus simples et pas comme celle que j'avais exécutée en compagnie du Maréchal Khan. Non pas qu'il ne me soit pas sympathique, bien au contraire, mais j'avais eu mon quota de contacts physiques pour une semaine ! Ce qui pour moi était exceptionnel. Au contraire de la mission à Palerme, celle de Paris était très simple. Enquêter sur des apparitions d'akumas dans la ville. Rien de plus simple que de les attirer et de leur expliquer gentiment la vie.
J'avais pris un grand plaisir à les exterminer il y a au moins deux heures déjà. Je m'étais accordé quelques instants pour parcourir les quartiers, surtout ceux qui semblaient en pleine célébration. Je ne cherchais même pas à savoir ce qu'ils fêtaient, le plus important étant la nourriture et la boisson en nombre. Je m'étais fait un bon repas et il était temps que je rentre au QG faire mon rapport. Je n'avais aucunes, mais alors aucunes, envies de rentrer au QG... Cette prison que la plupart des gens prenaient pour leur maison. Mais comment pouvaient-on vivre dans un endroit comme celui ci ? Peut-être que je pourrais taxer une chambre à Kae ? Elle en avait bien une de dispo non ? J'eu envie de grogner quand mon instinct s'emballa. Je n'arrivais pas à définir se qui m'embêtait autant quand soudain une main se posa sur ma gorge. Je ne réfléchis pas et envoyais mon poing vers l'endroit où devait se trouver la tête de mon agresseur. J'en profitais pour taper dans le foie. Sur cet enchaînement, je reculais de plusieurs pas, les poings levés devant moi, même si je n'arrivais toujours pas à voir le connard qui avait réussit à s'approcher de moi par on ne sait quel miracle. J'allais laisser échapper le grognement qui s'était coincé dans ma gorge quand une voix au l'amusement pointait fortement, sortit de nul part me sortis du monde "combat"

- Je t’ai connu plus réactive petite guerrière.

Cette voix et ce surnom ... Putain de bordel de merde. Le grognement sortit et prit de l'ampleur.

- Gabriel ! Tu te fout de moi ?! T'aurait pas pu venir dire bonjour comme tout le monde !?

Je laissais l'adrénaline redescendre et expirais lentement, me laissant convaincre que essayer de tuer mon cher ancien professeur serait une très mauvaise idée et surtout, surtout, un bon moyen pour lui de se foutre de ma gueule.


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: