« Quand la guerre fait rage, les déchirures ne se referment pas de sitôt. »
Marian Cross
Seeds of Destruction
Qui as dit que l'hiver était froid ? {.feat Mei-Ling Hei}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Qui as dit que l'hiver était froid ? {.feat Mei-Ling Hei}
Ahmès
Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
avatar
Date d'inscription : 29/11/2017
Messages : 99

Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
Mar 9 Oct - 22:49
 
L'Agacement serait-il le nouveau cupidon ?

Partir en mission au Canada avait été une plutôt bonne pour se changer les idées loin du Vatican et de sa putain de boss directe avec ses idées à la con. Aider un exorciste sur le chemin du retour en avait était une moins bonne, ce gosse était une plaie. Mais la mission avait été accomplie ce qui était l’essentiel.
Il avait passé deux jours au Vatican avoir d’éprouver le besoin de sortir de nouveau. Il était bien conscient qu’il avait des responsabilités à présent alors, il avait prit une mission pas trop dangereuse - du moins normalement – et pas trop loin du QG ainsi, il pourrait retourner assez rapidement au bureau même si cette pensée l’enchantait guère.

Parcourant les rues, il était emmitouflé dans un épais manteau, un café bien chaud dans une main. Les rues avaient retrouvés leur calme après les festivités de Noël mais cela n’empêchait pas les gens de s’amasser joyeusement dans les rues. Peut-être un brin trop joyeusement à son goût d’ailleurs.
Enfin, la mission était simple, repérer un groupe d’Akuma qui commençait à faire parler de lui. Il semblait qu’ils ne s’attaquaient qu’aux amoureux. Enfin, ils n’étaient même pas sûr que ce fut des Akuma au vu de leur peu d’indices, d’où le fait qu’il enquête. Enfin, même si l’affaire en question était plus une excuse pour sortir qu’autre chose.

Seulement voilà, ils approchaient les deux heures de l’après-midi et… toujours aucun indices en vue. Même aucune personne suspecte s’il pouvait dire ainsi. Et s’il y avait bien une chose qu’il n’aimait pas, c’était de ne pas trouver ce qu’il cherchait. Enfin, une des chose parmi tant d’autres, évidemment.
De ce fait, grossièrement parlant : il s’emmerdait sévère. Et en plus, ça l’agaçait au plus haut point au passage. Il n’aimait pas glander dans les rues pour rien. Surtout quand il faisait froid dehors.

Finalement, il se planta au milieu de la ruelle, sortant sa main libre de sa poche pour chopper une jeune fille aux cheveux violet passant juste à se moment là. Sans lui laisser le temps de réagir - et il en fit presque tomber son café – il l’a rapprocha asse de lui pour l’embrasser – chastement – sur la bouche.
C’était ici qu’avait eut lieu le dernier meurtre de couple alors peut-être que les Akumas étaient encore dans le coin et avec un peu de chance, en se voyant défier de manière aussi ostentatoire, ils se trahirait.

Il eut à peine le temps de lâché l’inconnue qu’il dû lâcher sa tasse à café pour lancer un mamori bane autour d’eux, les protégeant tout les deux d’une attaque d’un akuma niveau un qui s’était caché dans l’ombre de la ruelle adjacente jusque là.

Ah… merde. Commenta-t-il tranquillement.

Surtout que deux de ses collègues de niveau un avait suivit le mouvement.
Certes il avait voulu les démasquer mais il n’avait pas pensé qu’ils prendraient la mouche à ce point. Et il faisait comment lui ? Il ne… Ah si, les niveau un, il pouvait les détruire. Il soupira.

J’aurais mieux fait de rester au lit finalement…

Il en bâilla même. Tiens, peut-être même qu’il avait choppé la crève au Canada finalement…
Il salua la jeune femme d’un geste de la main dans le genre « salut, je contrôle situation » avant de fixer l’Akuma devant lui, les deux autres s’étant mis à attaquer sa barrière avec entrain également. Bon, maintenant il lui restait plus qu’a savoir comment faire pour ne pas mettre l’inconnue en danger… l’avantage c’est que les Akuma se concentraient sur eux et que les civils avaient pu fuir.

Que demander de plus ?
L’arrivée miraculeuse d’un exorciste sûrement.

Codage par Libella sur Graphiorum



Ahmès se moque de vous en #993333

Spoiler:

Merci pour la signa Iré :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Mer 10 Oct - 0:51

Ahmès

&

Mei-Ling Hei

Sale mécréant ! T'as pas honte ?
L’hiver est froid cette année. Ou alors peut-être est-ce parce que tu le vis pour la première fois en Angleterre. La légère brume qui s’échappe d’entre tes lèvres est significative de ces températures encore bien froides après les fêtes de Noël. Des fêtes qui se sont montrées bien mornes pour toi. Sans famille restante pour honorer ces sourires d’antan quand vous faisiez la fête avec entrain. Même si tu n’étais pas seule, ne pas au moins avoir eu cette compagnie fraternelle t’as bouleversé. Perturbé. Mais le choix, tu ne l’avais pas. Il a fallu faire avec. Un long soupir t’échappe alors que tu fermes un instant les yeux. Un sourire amer traverse ton visage. C’était le bon vieux temps. Mais il a disparu.

Tu es fatiguée de tout ça. Ces rencontres désastreuses avec tes cousins et autres personnes étranges, des festivités gâchées... Tu aurais pu craquer. Mais cette ambiance de fin d’année te garde alerte. Tu es émerveillée de voir ces décorations de Noël un peu partout. C’est d’ailleurs pourquoi tu avances avec détermination dans ces rues encore animées. Couverte d’un chaud vêtement et d’une écharpe arborant la même couleur que ta chevelure, tu arpentes les rues, regardes les vitrines à la recherche du petit objet qui pourrait te faire plaisir. Ton cadeau de Noël, tu te le feras toi-même.

Les premières petites échoppes visitées, tu te décides à aller vers des magasins un peu plus grands, de l’autre côté d’une ruelle qui rejoint une autre grande avenue. Un pas. Deux pas. Puis un léger couinement de surprise t’échappe. Tu sens ton corps complètement tiré à l’opposé de la direction que tu as choisi de prendre. Tes yeux s’écarquillent doucement alors que tu comprends que quelqu’un te tient par le bras. Tellement dans tes pensées que tu ne l’as pas vu venir celle-là. Et pire encore, tu n’avais pas non plus senti venir cette... proximité envers cet homme complètement inconnu au bataillon qui... abuse bien lentement de tes lèvres. Deux secondes. Deux secondes qui te paraissent une éternité. Tes yeux forment maintenant des billes alors que tes joues s’empourprent violemment. Tu réalises ce qu’il se passe au moment même où un claquement violent se fait entendre. Ta main n’a pas loupé sa cible. Même si cet étranger est bien plus grand que toi, tu as su viser sa joue avec brio ! Comment a-t-il pu ? Te voler un baiser ainsi... Comme ça... Alors qu’il ne te connait pas ! La violence de tes rougeurs est sans égal. C’était juste... pas à faire ça ! Surtout pas à toi qui n’a jamais... Non rien.

« Non mais ça va pas bien dans votre tête ?! Vous me prenez pour qui là ?! Espèce de c... »

Ta phrase est interrompue. Et il vaut mieux au vu des grossièretés que tu allais sortir. Un bruit sourd. Une explosion. Puis plusieurs. Tes mains viennent instinctivement protéger tes oreilles avant que tu ne constates que tu n’entends que les bruits mais que tu ne sens aucun impact vers toi. Tu relèves alors les yeux. Tout va de surprise en surprise. Sans nul doute maintenant que vous êtes attaqués par des Akumas. Mais ce n’est pas ça qui t’interpelle. Il s’agit plutôt de cette protection soudaine autour de vous. Un sorcier... ? Ici ?

« J’aurais mieux fait de rester au lit finalement… »
« ... Mais vous êtes complètement timbré !! Vous venez de nous mettre dans la merde et vous parlez de rester au lit ?! »

Tu t’en fous pas mal de son signe de la main et tout ce qui va avec ! Ce type est décidément un sacré petit con qui vient de violer ton intimité et qui en plus... ne doit pas être un type ordinaire pour se retrouver si zen face à des machines de guerre. Tu as juste envie de fuir d’ici mais il faut bien avouer que ce sort qui t’es inconnu est efficace. Si tu t’échappes, tu es fichu. Tu t’es bien pointée au mauvais endroit au mauvais moment et ça t’agace. Encore un après-midi qui ne va pas tourner rond. Ça te tracasse tout ça. Qui c’est ce mec, hein ? Et vu son comportement, c’est à croire qu’il cherchait cette attaque. Et toute personne combattant des Akumas n’est pas forcément un allié pour toi.

Tu sursautes en reculant, frôlant la barrière de protection avant de trébucher et de tomber. Un coup plus fort que les autres fait vibrer les alentours. Voilà bien une situation délicate. Tu pourrais donner un coup de main pour vous sortir de là mais ça serait indiquer bien trop de chose à ton sujet. Tu ne peux pas face à quelqu’un qui te parait tout à coup suspect. Et de toute manière, ta condition mentale est faible. Utiliser ton pouvoir ici ne serait pas forcément le plus efficace. Pourtant... cette barrière martelée tiendra-t-elle ? Tu resserres tes doigts contre le bitume en restant au sol avant de fixer le premier Akuma. Ta concentration est difficile au milieu du bruit émanant du carnage des deux autres qui s’acharnent. Brouiller sa vue. Faire en sorte qu’il ne vous voit plus tout en faisant style que tu ne fais rien pour ne pas éveiller les soupçons. Faire en sorte que cette ruelle soit vide aux yeux de cet Akuma. Tu espères alors que cette perturbation visuelle l’invitera à perturber les autres dans leur attaque mais dans le doute, tu tentes d’appliquer cette illusion aux deux autres en même temps. Chose plus faisable vu que le même sens est touché pour toutes les machines. Tu te crispes mais tu tentes de garder tes actions discrètes pour que ça passe inaperçu. Sauf que tenir trois Akumas piégés dans l’illusion n’est pas chose aisée. Ta tête tourne un peu mais les tirs s’arrêtent. Quelques secondes de répits.

« Ils se sont arrêtés... Sortez-nous de là maintenant... Je veux pas mourir à cause de vos conneries ! »

Parce que tu ne vas pas tenir très longtemps.



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Ahmès
Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
avatar
Date d'inscription : 29/11/2017
Messages : 99

Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
Mer 10 Oct - 15:22
 
L'Agacement serait-il le nouveau cupidon ?

Tout à ses pensées, il aurait dû été forcé d’avoir qu’il avait légèrement zappé la jeune femme après que les Akumas ce soit montré. Ne captant pas ses cris alors qu’il était en pleine réflexion sur le comment sortir de cette situation.
C’est quand il se dit que, finalement, il aurait dû rester au Central et au lit - pour être sûr de ne pas avoir de paperasse à faire - qu’il se souvient qu’il y avait une autre personne dans l’affaire.

 ... Mais vous êtes complètement timbré !! Vous venez de nous mettre dans la merde et vous parlez de rester au lit ?! 

Personne qui lui hurlait apparemment dessus depuis un moment semblait-il et qui avait l’air plutôt mécontente de leur situation. Au moins, elle ne paniqué pas à la vue des machines du Comte, bon point pour elle et pour lui aussi mine de rien.
Il eut un sourire en coin en la regardant. Les mettre dans la « merde » donc ? Concept intéressant de la situation, on aurait presque dit qu’elle avait l’habitude. Étrange pour une civil. Mais peu importait, il n’avait pas vraiment le temps de penser à cela alors qu’il devait bien maintenir les protections autour d’eux pour éviter de se prendre un tir.

Tout en ce concentrant, il observait la jeune femme du coin de l’oeil. Elle avait l’air un brin calmé et analysé la situation ce qui lui fit hausser un sourcil. Au moins, il n’était pas tombé sur une idiote, il avait vraiment eu beaucoup de chance dans son entreprise.
Pour la peine, il se ferait peut-être pardonner son comportement vis-à-vis de la demoiselle.

Il la vit tombé mais ne pu pas la rattraper sans risquer de laisser sa protection se fissurer. Tant qu’elle était dans la zone, tout allait bien, trébucher était un moindre mal.
Gardant une main pour contrôler le mamori bane, il sortit une dizaine de sceau de sa poche, s’interrogeant encore sus la marche a suivre. Si seulement ils pouvaient arrêter de tirer une minute le temps qu’il puisse en sceller un… ne plus être encerclé de la sorte serait un bon début.

Un des akumas stoppa son attaque et il regarda autour de lui, craignant l’arrivée d’un autre… ou d’une quelconque cause, en vain. Les deux autres stoppèrent, semblant perturbé… tant pis pour eux. Il profita de l’occasion pour sceller l’Akuma devant lui… puis les deux autres en voyant que sa chance perturbait. Puis abaissa sa protection en soupirant, les trois machines au sol.
Son regard se posa sur la jeune femme et il fronça les sourcil. Elle était un peu trop calme d’un coup.

Soupira, il la prit par le bras pour la relever sans difficulté puis posa une de ses large main sur la tête de la plus jeune.

Merci de ne pas avoir paniqué. Je t’invite à boire si tu veux.

Il avait bien dit qu’il s’excuserait si elle ne paniquait pas le temps qu’ils sortent de là. Toutefois, il n’allait pas non plus la forcer.
N’attendant pas sa réponse, il se dirigea vers le café le plus proche, donnant un gros coup de pied dans le store baissé.

J’ai besoin du téléphone pour débarrasser les horreurs, ouvrez.

Il aurait pu tenter de les tuer puisqu’il ne pouvait pas les bouger mais il était plus simple d’appeler un exorciste pour ça. Il était quasiment certain qu’il y en avait un dans le coin pour s’occuper du boulot.
Le volet roulant commença à se relever quand il vit un type en uniforme reconnaissable s’approcher. Il lui fit un signe de la main au trouveur.

Fais en sorte que personne s’approche de ça, j’appelle les renforts.

Enfin façon de parler mais le trouveur comprit et hocha la tête.
Il se tourna vers la jeune femme.

Tu prends quoi ? Café ? Thé ? Chocolat chaud ?

En plus il avait perdu son café à cause de ça… la prochaine fois il y réfléchirais mieux avant de provoquer les Akumas dans la rue.
Ou pas, il faisait toujours des trucs dans le genre.

Codage par Libella sur Graphiorum



Ahmès se moque de vous en #993333

Spoiler:

Merci pour la signa Iré :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Jeu 18 Oct - 16:29

Ahmès

&

Mei-Ling Hei

Sale mécréant ! T'as pas honte ?
Tu en as rencontré des gens étranges ces derniers temps mais ils étaient relativement tous liés à ta famille. Mais là, c’est bien la première fois que tu tombes sur un inconnu qui a complètement perdu la tête. Ou alors, il est fortement conscient de ce qu’il fait et il est sacrément barge. Il ne t’écoute même pas ! Tellement concentré sur ces Akumas qui vous tombent dessus, il ne t’écoute même pas... ! Peut-être parce qu’il a besoin de se concentrer justement. Tu ne peux pas ignorer ce sort qu’il a lancé et qu’il maintient avec fermeté. Jamais tu n’as vu de magie telle que celle qui est dévoilée sous tes yeux. Ça t’intrigue. Fortement. Si cet homme est un sorcier, ce serait une aubaine pour toi. Mais s’il ne l’était pas ? Et il combat des Akumas ? Tu viens encore de te fourrer dans une de ces situations. Tu risques gros sur ton identité. Il faut absolument que tu te sortes de là... tout en n’oubliant pas de faire payer à ce malotru son geste déplacé et la merde qu’il a créée ! Parce que ça le fait sourire en plus...

Tu décides alors de prendre le risque d’aider cet inconnu parce que ta vie est en jeu aussi. Sans laisser d’indice possible sur la nature de tes pouvoirs, tu prends le risque d’altérer la vision de trois Akumas en même temps. Ta pupille dévie légèrement pour observer cet étrange manipulateur de magie. Qu’est-ce qu’il fait ? C’est quoi ces morceaux de papiers ? Tant de questions te viennent mais tu ne peux pas penser à cela tout en activant ton pouvoir. Surtout dans ton état mental qui est ébranlé. Ça semble fonctionner. Les Akumas arrêtent de tirer. Mais tu te sens mal. Très mal. Tu ordonnerais presque à ton compagnon d’infortune de vous sortir de là tellement tu sais que c’est une question de secondes avant que les tirs ne reprennent. Mais ils ne reprennent pas. Les machines tombent au sol. Tu lâches alors prise. Tu n’en peux plus. Ton souffle est saccadé. Ta vue se brouille. Ta tête tourne bien plus. Tu sens le malaise. Mais ce geste pour te remettre sur pied et cette main sur ta tête te sorte rapidement de ta faiblesse. Ton regard unique se pose dans celui qui te parle. Le temps d’une demi-seconde, tu n’écoutes pas. Tu rougis. Il t’a touché encore là... ?

« Merci de ne pas avoir paniqué. Je t’invite à boire si tu veux. »
« M... M’inviter... ? Attendez là... Il faudrait peut-être m’... »

Tu vois ton interlocuteur partir sans même te laisser le temps de finir ta phrase et tu sursautes quand son pied tape dans le rideau baissé du café apparemment fermé. La réalité revient. Ce type est malade.

« ... m’expliquer... Okey. »

Ce mec est timbré. Tu pourrais en profiter pour partir afin d’éviter tout soupçon de plus mais son comportement est tellement sidérant que tu ne bouges pas et observe cet idiot agir avec la force la plus brutale qui soit. Mais ce café est fermé. Ça ne se fait p... Ah ? Il est ouvert finalement ? Une personne se montre alors et ton corps entier se raidit. Ton œil s’écarquille. Cette tenue t’est familière. Des alliés des Exorcistes. « Fais en sorte que personne s’approche de ça, j’appelle les renforts. » Les renforts ? Tu fais alors un léger pas en arrière. Tu espères te tromper mais cette tenue te rappelle bien de trop ceux qui assiste ces foutus élus de Dieu. Alors si c’est vrai, cet homme est forcément un de leurs alliés. Et les renforts sont probablement... Non. Tu ne peux pas rester là. Si jamais tu parles trop, tu peux méchamment te retrouver dans une sale situation.

« Tu prends quoi ? Café ? Thé ? Chocolat chaud ? »
« ... Euh... Vous êtes sérieux là ? »

Ce sont les seuls mots qui sortent. Tu pensais fuir et là, on t’invite vraiment. Tu te perds un peu. Fuir maintenant c’est comme dire haut et fort que tu as quelque chose à cacher. Alors tu restes là et tu fais un petit pas en avant, puis un autre avant de te mettre au niveau de ce mystère sur patte.

« Bon. Puisque vous proposez, je veux bien un thé parce qu’il fait froid et que je viens d’avoir la peur de ma vie. Mais si vous me touchez encore une fois, je vous assure que je vous fais avaler la tasse ! Et puis comment ça « tu » ? On ne se connait pas je vous signale ! »

Tu croises alors les bras en tournant un peu la tête. Tu fais même une légère moue de gamine qui se remet à rougir. Quand tu y repenses, il t’a volé ton premier baiser comme ça là, en plein milieu de la rue et tu ne le connais même pas !! Forcément, tu rougis encore plus. Tu finis par reprendre celui que tu caractérises bien de pervers dans ta tête entre quatre yeux.

« Je peux savoir qui vous êtes ? Ça vous arrive souvent d’embrasser la première fille qui se montre avant d’invoquer des trucs qui vous tirent dessus ? On aurait pu mourir ! »



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Ahmès
Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
avatar
Date d'inscription : 29/11/2017
Messages : 99

Ce n'est pas parce qu'on ignore une chose qu'elle n'existe pas
Ven 19 Oct - 21:08
 
L'Agacement serait-il le nouveau cupidon ?

La « petite » demandait des explications mais il ne répondit pas, trop occupé à taper dans le volet pour que le tenancier ré-ouvre son commerce. Il comprenait bien qu’ils avaient fermés pour se mettre à l’abri mais maintenant c’était fini alors il allait ouvrir et plus vite que ça. Il voulait son café lui.
Le rideau commença à ouvrir et avec lui la promesse d’une tasse de café bien chaude et il donna ses instructions au trouveur qui venait de se montrer. Il accepta les ordres en silence et il invita donc la jeune femme. Il tenait ses promesses, même s’il ne lui avait rien dit à voix haute. Mais bon, il l’avait un peu entraîné dans le merdier simplement parce qu’il était agacé alors pour une fois, il allait se montrer bon prince. Ça aurait été Sabbat ou Luverrier, elles auraient tout aussi bien pû aller se pendre.

▬  ... Euh... Vous êtes sérieux là ?
▬  J’ai l’air de plaisanter ? Demanda-t-il sérieusement, un sourcil légèrement relevé.

Non parce que si c’était pour faire une proposition en l’air, il se serait épargné de la salive et ne l’aurait pas faite.
Bon, si elle était pas intéressait, il rentrait lui. Il n’allait pas continuer à ce geler dans la rue pour rien.

▬  Bon. Puisque vous proposez, je veux bien un thé parce qu’il fait froid et que je viens d’avoir la peur de ma vie. Mais si vous me touchez encore une fois, je vous assure que je vous fais avaler la tasse ! Et puis comment ça « tu » ? On ne se connaît pas je vous signale ! 

Levant les yeux au ciel face à l’éclat, il tint la porte du café ouverte pour lui faire signe d’entrer en premier. Mais voilà qu’elle lui tournait presque le dos…
Bon, ils n’allaient pas non plus rester dans la rue, si ?

▬  Je peux savoir qui vous êtes ? Ça vous arrive souvent d’embrasser la première fille qui se montre avant d’invoquer des trucs qui vous tirent dessus ? On aurait pu mourir ! 

Avançant vers elle dans une grande enjambée, il l’a prit doucement par le bras pour l’emmener à l’intérieur du café, un léger sourire moqueur aux lèvres et un ton totalement ironique quand il lui répondit.

▬  Non, généralement je prends au moins le temps de leur demander leur prénom avant.

Lui tirant un siège, il lui fit signe qu’il arrivait et se dirigeait vers le comptoir pour passer la commande mais aussi pour passer le coup de téléphone. Sortant un golem passablement froissé de sa poche pour faire la liaison avec le central.
Une fois que cela fut fait, il récupéra le plateau avec le thé, le café et une montagne de scones et de confiture pour l’emmener à la table et s’installer dans le siège en face de la demoiselle.

▬  J’étais en mission pour débusquer les machines qui ont attaqué et ça a plutôt bien marché. Merci du coup de main. Expliqua-t-il le plus simplement du monde.

Sucrant son café, il s’appliqua à bien mélanger avant de se saisir d’un scone, le barbouillant de confiture de mûre.

▬  Je m’appelle Ahmès, conclut-il tranquillement.

Il avait des manières pour le moins bourrues mains ça ne l’empêchait pas de faire dans la simplicité et d’expliquer les choses directement. De toute manière, il avait de forte chance pour ne plus la revoir après alors pourquoi ce casser la tête ?
Déjà qu’il ne le faisait pas avec les gens qu’il voyait tous les jours…

Codage par Libella sur Graphiorum



Ahmès se moque de vous en #993333

Spoiler:

Merci pour la signa Iré :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Mei-Ling Hei
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 148

Localisation : Nowhere
Humeur : Capricieuse

Disponibilité : Closed !
La Vérité est une Illusion, l'Illusion est une Vérité
Jeu 1 Nov - 23:26

Ahmès

&

Mei-Ling Hei

Sale mécréant ! T'as pas honte ?
Tu aurais du fuir pendant que tu le pouvais. Tes doutes sont de plus en plus précis. Tu ne penses même plus qu’ils s’agissent de doute. Tu es peut-être bien dans une position très délicate. Mais c’est trop tard. Tu ne peux plus reculer maintenant que cet homme au comportement très brutal t’invite. Tu observes l’inconnu et son visage bien droit. Le sourcil relevé sous ses paroles tout aussi vives que ses actions. Il est vraiment sérieux alors. Non seulement il te roule une pelle comme ça, style de rien et maintenant il t’invite ! En réalité, tu ne sais pas comment tu dois agir. Mais ce dont tu es sûre, c’est que tu es vraiment frustrée. De son comportement mais aussi pour tout ce qui vient de se passer.

Cela dit, tu acceptes tout de même l’invitation pour éviter les ennuis. Il ne faudrait pas élever des soupçons. Mais ta langue reste celle d’une demi-vipère qui fait bien comprendre qu’il a vraiment agi comme un goujat. Et... Il s’en fout. Alors ça c’est vraiment la meilleure. Ce n’est plus un goujat. C’est un vrai petit con... ! Galant certes. Mais un petit con ! Alors tu en rajoutes une couche pour qu’il s’excuse quand même ! Mais non... ! Au lieu de ça, il te traine derrière lui par le bras en faisant le fier... Tu t’énerves. Ça y est.

« Non, généralement je prends au moins le temps de leur demander leur prénom avant. »
« Espèce d’abruti ! Vous ne l’avez pas fait là ! Vous me prenez pour q... »

Qui... Mais il est, encore une fois, parti avant même que tu ne finisses de t’égosiller. Tu t’assoies de rage sur cette chaise tendue en marmonnant entre tes lèvres. Quel pervers fini. C’est vraiment ce que tu penses de lui. Tu devrais partir. Tu en as fortement envie. Mais encore une fois, tu ne veux éveiller aucun soupçon. Ta manigance avec ton pouvoir est passée inaperçue. Ce n’est pas le moment de réveiller la question. Et puis... ce sort utilisé t’intrigue. Et le seul moyen d’en savoir plus, c’est de faire ta petite investigation.

L’odeur du thé te ramène à la réalité et tu sors de tes pensées. L’homme s’installe en face de toi. Pendant de longues secondes tu l’observes. Il semble si calme d’un coup. Comme si rien ne venait de se passer. « J’étais en mission pour débusquer les machines qui ont attaqué et ça a plutôt bien marché. Merci du coup de main. » Tu roules alors des yeux avant de taper sur la table de la main. Il ne manque vraiment pas de culot !

« Merci du coup de main ?! Mais je n’ai pas voulu vous aider ! Vous m’avez mis dans le pétrin ! Vous êtes irresponsable ! »
« Je m’appelle Ahmès. »

Tu te rassoies dans le fond de ta chaise, fermant soudainement la bouche. Il est vraiment... spécial ce gars. Vraiment. Tu finis par te calmer en faisant comme lui et en commençant à profiter de ton thé qui, tu dois bien l’avouer, fait du bien par là où il passe. Il fait froid et cette boisson te réchauffe bien comme il faut. Tu aimerais faire la gourmande en piochant aussi dans les scones mais ton regard continue de fixer l’inconnu. Et là, tu ne sais pas pourquoi, tu repenses à ce qu’il s’est passé juste avant l’attaque. Et forcément, tu rougis. Il faut bien dire la vérité : tu aurais pu tomber sur pire comme détraqué. Tu te redresses pour oublier tes pensées et te laisse tenter par ce qu’il y a à manger. Enfin... C’est surtout pour que tes rougeurs passent inaperçu.

« Et bien... Enchantée alors... ? Moi c’est Mei-Ling. Enfin... Mei si ça vous semble trop long à retenir. »

Tu te sens très mal à l’aise maintenant. Il faut lancer le sujet. Il le faut. Tu dois savoir qui est en face de toi et si oui ou non, tu risques gros en restant à cette table. Tu manges ton scone tranquillement avant de boire une gorgée de thé. Et enfin, tu te décides après avoir reposé ta tasse.

« Et sinon... C’était quoi tout à l’heure ? Ce que vous avez fait ? Vous pratiquez la sorcellerie ? »

Mais tu te rends compte que tu utilises le vocabulaire des sorciers bien trop rapidement et facilement. Tu te reprends habilement en tenant ta tasse encore posée de tes deux mains. Tu cherches à te réchauffer. Il fait vraiment froid.

« Enfin je veux dire qu’on ne voit pas une barrière magique tous les jours. C’est un peu occulte tout ça pour des gens comme moi. »



Mei - Fidèle partisane
« Where's my family... ? » × by lizzou.
Mei-Ling fait son caprice en #5b238c

Je suis aussi : Yû Kanda - J. Ezechiel Lawrence - Wolfgang A. Mayer - Aloïs Crane

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: