Pourrez- vous vous en échapper ?
 
Les griffes de la mort se referment sur vous. Tous les regards se tournent vers un seul homme ; un frère, un traître, un musicien, pour certains un guide… Alors que l’Ordre Noir et les Noés cherchent à le capturer pour en faire un allié ou une victime, une nouvelle menace fait son apparition, bien déterminée à protéger ce destructeur à coup de tours et de sorts…
Les nouveautés
9 SEPTEMBRE 2017 : Ouverture du Forum
19 JANVIER 2018 : Lancement du premier Event-Intrigue
21 OCTOBRE 2018 : Lancement du second Event-Intrigue
1 JANVIER 2019 : Changement de thème
Rumeurs
• Il paraît que durant la nuit du 30 Décembre, la ville de Canberra a mystérieusement explosé avant d'être tout aussi mystérieusement reconstruite. Illusion collective ?


Les rumeurs sont à prendre en compte in-rp. Si vous avez des idées de rumeurs, vous pouvez les envoyez par mp ici.
Le staff
Shiro Takuya
Dispo • MP •
Irélia Montrozier
Dispo • MP •
Thomas Alexander
Dispo • MP •
Votez pour

Partagez|

L'innocence est une vertu - Ft Sigmar

D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Asie
avatar

Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 167

Localisation : France
Humeur : Souriante

Disponibilité : Quand la flemme ne frappe pas, tout le temps
Voir le profil de l'utilisateur
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Inventaire

Date d'inscription : 18/01/2018
Messages : 167

Localisation : France
Humeur : Souriante

Disponibilité : Quand la flemme ne frappe pas, tout le temps
Irélia Montrozier
Paix trompeuse nuit plus que guerre ouverte
Lun 17 Déc - 15:47

LA NEIGE, LE FROID,
ET UN AKUMA.


Étonnant qu'un paysage si luxuriant pendant les périodes chaudes puisse devenir si ... le premier mot qui venait à l'esprit était sobre. On pouvait y ajouter immatériel, presque pur et pour certains ayant l'esprit fantaisiste, enchanteur. Mais si la neige étendait son manteau blanc sur la végétation, dans les sous bois, s'était une tout autre affaire. Sur les sentiers la neige s'était mêlée à la terre pour transformer tout le sol en boue bien visqueuse, celle grâce à qui il était impossible de se déplacer sans bruit. Ça ne semblait pas déranger celle qui s'était aventurée dans ses forets alors qu'il faisait si froid que le moindre liquide pourrait geler sur place. En soi la température était habituelle pour un milieu d'Hiver en plein Henan, Mais ce froid était humide et pour en rajouter, un fort vent glacial se faisait un grand plaisir de pénétrer chaque couche de vêtement, prouvant sans miséricorde aucune sa supériorité.
Personne ne sortirait par un temps pareil, sauf les fous et les suicidaires. Heureusement, ou malheureusement suivant le point de vue, elle n'était ni folle ni suicidaire. Elle marchait d'un bon pas, portant une tenue occidentale, avec seulement une cape pour se protéger des intempéries. Peut-être était-elle folle tout compte fait. Pendant qu'elle avançait sans même sembler ressentir le froid, elle jetait des coups d'oeil tout autour d'elle. Elle marcha et chercha pendant au moins deux heures. Avec une moue de frustration et un froncement de sourcils, elle s'arrêta à coté d'un ruisseau gelé. Deux heures ! ça faisait deux foutues heures qu'elle cherchait une fichue plante. Et contrairement à ce que tout le monde pourrait dire, elle en avait vraiment besoin de cette plante endémique. Enfin... Vraiment besoin... peut-être était ce un mensonge. Un petit mensonge pour qu'elle puisse s'isoler au fin fond du monde, pour ne rencontrer personne et souffler légèrement. Décompresser de la soirée chez l'Empereur. Shen n'avait rien dit -ou peut-être quelques piques- car d'habitude c'était lui qui avait le boulot "ingrat" en gros guillemets et s'était elle, la propriétaire, qui gardait les commerces. Cependant, même dans sa maison elle n'arrêtait pas de tourner en rond, incapable de se calmer, ayant l'impression d'être entourée d'une foule alors qu'elle ne pouvait pas être plus seule. Donc pour éviter de devenir vraiment folle, en tous cas, plus qu'elle ne pouvait déjà l'être, elle avait emprunté une de ses portes pour se rendre dans une province Chinoise, le Henan dont les foret hébergeaient une plante endémique qu'elle n'avait plus chez elle.
Herbe qu'elle cherchait depuis deux bonnes heures ! Enfin deux heures et demis maintenant. Elle avait quitté le sentier depuis un moment et s'arrêta un instant pour se masser les tempes avant de repartir. Elle en avait déjà trouvé il y avait quelques années au pieds des montagnes dans lesquelles des moines avaient élus domicile. Irélia ne les avaient pas croisé et essayait de se faire discrète, ne voulant pas causer de problèmes. Elle se dirigeait vers ce même endroit en silence, s'étant résignée à devoir marcher au moins une heure de plus. Avec de la chance, Irélia allait trouver cette plante, mettrait deux heures -et pas trois- pour revenir et se prendrais un bon repas chaud dans la petit cabane -abandonnée lors de son premier passage- à qui elle avait liée la porte à celle de sa remise en France.
A vue de nez, il devait lui rester au moins un quart d'heure pour atteindre le pied des montagnes et au moins un quart d'heure encore pour trouver cette plante. Irélia venait de se révéler après avoir bu quelques gorgées à un ruisseau non gelé -va savoir pourquoi- quand elle entendit un bruit derrière elle. Elle se retourna et se retrouva devant un homme qui la dévisageait. 0 la vue de ses vêtements, surement un paysan du coin. Ce ruisseau étant sur le chemin du temple, elle supposait qu'il avait du arrêter sa route pour boire, tout comme elle. Elle lui sourit et se décala du ruisseau. Elle s'inclina légèrement pour le saluer et allait s'en aller quand elle remarqua qu'il avait fait un pas dans la même direction qu'elle. Qu'est ce qu'il pouvait bien lui vouloir ? Sans plus se soucier des convenances Asiatiques qu'elle ne connaissait malheureusement pas, elle le regarda.

- Que ce se passe t-il ? Que puis-je pour vous ?

Elle parlait légèrement le chinois, enfin suffisamment pour une conversation normale. Elle priait les Astres de ne pas avoir écorché des mots et avoir dit bien autre chose à la place. Mais l'homme lui ne bougea pas. Il ne lui répondit même pas. Il se contentait de la fixer tel une statue. Sans prévenir le super instinct d'Irélia se mit en route et son coude se mit à la brûler. Bordel de pu.... elle sursauta presque. Elle serra légèrement les dents et fixa un peu plus attentivement l'homme. Il était bizarre. Vraiment très bizarre. Parole de sorcière qui appartenait à un groupe de sorciers immortels et qui comprenait une nécromancienne approchant des six cents ans, son ancêtre et l’ancêtre de son employé qui avait deux personnalités. Elle savait de quoi elle parlait quand elle abordait le sujet du bizarre. Mais lui... il penchait du mauvais coté du bizarre. Elle lui fit un faux sourire et un signe de la main tout en faisant un pas en arrière. Et lui en fit un en avant. Salo... Zut. La sorcière sentit son coeur commencer à battre légèrement plus vite, et son sourire de façade toujours au lèvres, elle fit quelques pas de plus en arrière. Ce fut peut-être les signes de fuites de trop pour le pauvre paysan qui ne sembla pas supporter l'envie qu'Irélia avait soudain de s'éloigner.
Le corps du pauvre homme se déchira pour laisser apparaître un être humanoïde qui dégageait quelque chose de vraiment flippant. Irélia eu envie de rester pétrifiée mais son coude perdit toutes sensations tellement la douleur était forte et elle eu la présence d'esprit de se jeter à terre alors que le machin paysan truc s'avançait pour essayer de l'attraper. Enfin s'avancer... Se projetait en avant. A croire qu'il pouvait aller super vite... Ok c'était peut-être le cas. Irélia se releva rapidement et sans même réfléchir, fit demis tour et suivit le bon sens commun : la meilleure des attaques c'est une bonne paire de chaussures ! Elle attrapa ses jupes et sans même chercher midi à quatorze heures fila comme le vent. Elle savait pas pourquoi, mais elle se doutait que l'horreur allait la suivre. A croire qu'il y avait tellement peu de monde dans cette contrée, qu'il la prenait pour quelqu'un d'une autre profession. Il faudrait l'informer qu'elle n'en faisait pas partit et que, pour information, je jeter sur elle et avoir l'air aussi peu engageant qu'un commissaire de l'inquisition n'était pas forcément le meilleur moyen d'approcher une dame...  



Spoiler:
 
avatar

Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 10

Voir le profil de l'utilisateur http://seeds-of-destruction.forumactif.org/t628-sigmar-une-bonne-action-pour-un-ancien
Lorsque le Seigneur parle, les impies se tordent de douleur
Inventaire

Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 10

Sigmar Yngvarrsson
Lorsque le Seigneur parle, les impies se tordent de douleur
Ven 21 Déc - 15:38
  • Irélia Montrozier
  • Sigmar Yngvarrsson
En suivant les sentiers
- Tiens mon enfant, prends ça.

Le jeune garçon me fixe avec un regard mi-craintif, mi-soupçonneux et ne bouge pas d'un pouce. Je lui adresse un sourire bienveillant.

- N'aie crainte mon garçon, je ne suis pas là pour vous nuire. Prends ce paquet et porte le à ta mère. Ce qu'il contient vous permettra de soigner ton petit frère.

Les yeux du garçon se mettent à briller d'espoir. Il tend la main vers le paquet et s'interrompt pour me fixer, méfiant. Je l'encourage d'un hochement de tête et il fini par s'en saisir avant de partir en direction de sa maison sans demander son reste. Je me redresse avec un sourire aux lèvres. La confiance est une denrée rare et il est sage de ne pas l'accorder à tous le monde. Je resserre mon manteau autour de mon cou et reprend ma route, laissant ce petit village paysan derrière moi. Le temps et la neige me rappellent mon pays natal. Mais à l'inverse de l'Islande, où la météo changeait toutes les heures et métamorphosait le paysage, la neige et le froid pèse sur cet endroit comme un poids sur les épaules d'un ouvrier. Le temps semble ralenti alors que je traverse une forêt silencieuse, où nul être vivant n'ose s'aventurer par ces températures extrêmes. Peu de personnes apprécient l'hiver. Pourtant c'est une saison magnifique et bénéfique à notre monde. Le monde au repos, récupère ses forces pour nous revenir encore plus beau et coloré au printemps. C'est grâce à l'hiver que nous pouvons apprécier toute la beauté accordée à cette terre par notre Seigneur. Je progresse à travers les bois en brisant les congères sur mon chemin avec mon bâton de marche. En arrivant à une sorte de carrefour dans la forêt je remarque qu'un sentier semble avoir été foulé récemment. Oh ? Quelqu'un d'autre s'est aventuré par ici ? Cette personne s'est peut-être perdue et à besoin d'aide. J'imagine qu'il n'y a qu'un seul moyen de le découvrir. Je m'engage sur le sentier et suis les traces de pas. Ces dernières font des tours et des détours assez impressionnants. Il semblerait que leur propriétaire cherchait quelque chose. Au bout de plusieurs minutes je parviens à remonter la trace et remarque qu'il y a désormais deux set d'empreintes. Tiens donc. Je progresse plus rapidement et, finalement, une femme arrive en courant vers moi. Ou plus exactement, elle fuit dans ma direction. Je m'écarte promptement pour la laisser passer. Sur ses talons se trouve.... Un démon. Celui-ci me dépasse sans me remarquer mais je lui jette mon bâton de marche dans le dos pour l'arrêter.

- DEMON ! TU N'AS PAS TA PLACE PARMI LES MORTELS !


Mon ton impérieux et mon bâton décident l'Akuma à reporter son attention sur moi.

- Tu empestes l'Innocence vieil homme. Je vais te tuer et récupérer ton arme. Mes maîtres seront contents.
- TU N'EN FERAS RIEN ! JE VAIS TE DÉTRUIRE ET RENDRE TON ÂME TOURMENTÉE AU SEIGNEUR !


Je m'empare de ma Bible et l'ouvre à une page bien précise. Je sens mon sang battre dans mes tempes et la fureur s'empare de moi. Je fixe mon œil unique sur l'Akuma en face de moi. C'est la fin pour lui.

- MAIS POUR LES LÂCHES, LES INCRÉDULES, LES ABOMINABLES, LES MEURTRIERS, LES IMPUDIQUES, LES ENCHANTEURS, LES IDOLÂTRES, ET TOUS LES MENTEURS, LEUR PART SERA DANS L’ÉTANG ARDENT DE FEU ET DE SOUFRE, CE QUI EST LA SECONDE MORT !
- Tu es complètement f...


Le démon n'a pas le temps de terminer sa phrase car le sol s'ouvre sous ses pieds en un gouffre immense rempli de magma en fusion. Le démon flotte au dessus du gouffre et m'adresse un rire moqueur.

- Tu pensais vraiment me vaincre avec une attaque aussi minable vieillard ?

Deux bras diaboliques jaillissent de la lave pour attraper l'Akuma. Je lui adresse un regard sévère.

- Ton erreur fut de me sous-estimer, démon.

Les deux bras entraînent cette erreur de la création dans le flot infernal et le gouffre se referme dans un puissant tremblement et un bruit assourdissant. Le calme revenu, tant dans la forêt qu'en moi, je referme ma Bible dans un claquement.

- Amen.

Je remise ma Bible à ma ceinture et souffle lourdement. Je cherche mon bâton de marche sur le sentier maintenant bien visible, la chaleur de la lave ayant fait fondre la neige sur un large périmètre, avant de réaliser qu'il est probablement tombé dans le gouffre. Damnation. J'aurais dû y penser.

- Tout cela commence à ne plus être de mon âge.

Je me dirige vers la jeune femme et lui adresse un sourire chaleureux.

- Le danger est désormais passé, mademoiselle. J'espère ne pas vous avoir trop effrayée. Je m'appelle Sigmar. Que fais une jeune femme seule dans pareil endroit ? Vous êtes perdue ?


L'Innocence est une Vertu


L'innocence est une vertu - Ft Sigmar
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La vertu des femmes, c'est du sable mouvant.
» Le chemin de la vertu [Kelsey]
» Informations diverses sur Loches
» Nos traits équipés ...
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D Gray Man - Seeds of destruction :: Le Monde :: Asie-
Sauter vers: